27-02-2013 11:13 - Les affaires de Hamady Ould Bouchraya: Un empire financier titanesque à l’ombre du pouvoir de Ould Abdel Aziz…enquête!

Les affaires de Hamady Ould Bouchraya: Un empire financier titanesque à l’ombre du pouvoir de Ould Abdel Aziz…enquête!

Homme discret voire secret, dans la Mauritanie Nouvelle, il est la nouvelle étoile montante des « affaires ». Né en 1949 à Laâyoune Sahara espagnol, Ahmed M’hamed Yamaa dit Hamady Ould Bouchraya est le frère de l’homme d’affaire feu Hmeyda Ould Bouchraya.

Il acquiert la nationalité espagnole en 2005 pour « services rendus » à l’Espagne durant la guerre civile en Guinée Bissau (1998-1999). C’est dans ce pays, dont il détenait aussi la nationalité qu’il était le Consul honoraire d’Espagne.

En 2005 juste après le coup d’Etat, il commence à venir en Mauritanie et à fréquenter les dirigeants de l’époque, car entre temps à cause de diverses affaires, l’Espagne avait mis fin à son accréditation et il cherchait à avoir celle de la Mauritanie. En quelques semaines, il fut adoubé et nommé Consul honoraire de Mauritanie en Guinée Bissau.

En Guinée Bissau, même Hamady était le représentant local de Coca Cola car il est l’homme de la société Equatorial Coca-Cola Bottling Company, S.L.

La Guinée équatoriale est aussi de notoriété publique, un narco Etat complètement gangrené par les trafiquants qui y ont pignon sur rue. Le trafic y est toujours contrôlé par la haute hiérarchie de l’armée, comme le chef d’état-major Antonio Indijai et l’ancien chef d’état-major de la Marine, José Americo Bubo Na Tchuto, qui figure sur la liste noire américaine des personnalités impliquées dans le trafic de stupéfiants.

D’après l’une de nos sources, plusieurs réseaux criminels agissent en Guinée-Bissau. Les Colombiens font venir la drogue d’Amérique latine, tandis que des Nigérians, des Ghanéens et des trafiquants d’autres nationalités viennent se ravitailler sur place. Mais quels liens avec notre homme d’affaire ?

Pendant cette période Ould Bouchraya fait la pluie et le beau temps a Bata. En fait on retrouvera Hamady Ould Bouchraya reçu en audience par le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz en compagnie du Major général Antonio Indijai.

Le 20 janvier 2009, le franco congolais Eric Walter Amegan dit Mika arrêté en flagrant délit, est extradé par le Sénégal car la Justice mauritanienne le recherchait. Quelques jours seulement après l’entrevue avec Injiai et Bouchraya, un Décret présidentiel fait bénéficier Amegan d’une réduction de peine de 5 ans sur les quinze auxquels il a été condamné en première instance. Et, quelques mois plus tard, celui qui avait pourtant fait des aveux circonstanciés sur les réseaux de trafic de drogue est libéré par la chambre d’accusation pour …« erreur » de procédure !!

Initiation aux affaires…

Après coup d’Etat du général Ould Abdel Aziz, le 6 août 2008, et alors que la junte recherche désespérément une reconnaissance internationale, Ould Bouchraya débarque à Nouakchott avec de mystérieux investisseurs espagnol (notre photo) et le compte rendu de l’audience est par la suite retiré du site de l’Agence officielle mauritanienne d’information, malheureusement pour eux, d’autres sites en conservent trace. En ces temps troubles d’isolement diplomatique, tout étranger surtout européen était le bienvenu.

Entre temps le président Aziz confie à Ould Bouchraya la mission d’initier ses fils Bedr et Ahmedou aux arcanes de la Finance et des Affaires. Grâces à ses amis espagnols d’ECCBC Ould Bouchraya fait entrer les Abdel Aziz dans l’actionnariat de SOBOMA en lui adjoignant l’eau minérale (Assil) mise en bouteille dans le ranch du président qui se trouve en Inchiri sur le sondage réalisé à l’époque par Moulaye Ould Mohamed Laghdaf.

Avant d’accéder au pouvoir, Ould Abdel Aziz avait tenté de vendre sur le marché cette eau minérale mais le lancement avait fait un flop et le projet avait été mis en veilleuse. Ould Bouchraya lui-même devient actionnaire à hauteur de 4% et devient le président de SOBOMA qui s’empresse de lui acheter une voiture V8 à plus de 20 millions. Ould Bouchraya qui ne possédait en Mauritanie qu’une vague boutique située en face du marché des femmes et qui était gérée par son épouse, se retrouve du jour au lendemain à la tête d’un empire financier considérable.

Tout d’abord il bénéficie de 6000 ha de terres agricoles au bord du fleuve Sénégal et, au moment où nous mettons sous presse, un bateau affrété par lui et chargé de matériel agricole est en rade du port de Nouakchott.

Panneaux photovoltaïques

Dans le cadre des festivités commémorant le 52ème anniversaire de l’indépendance nationale le Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf entouré de pas moins de Huit ministres supervise le lancement d’une usine de production de panneaux photovoltaïques appartenant à la société ATERSA pv Mauritanie s.a, et dont le président n’est autre que Hamadi Ould Bouchraya et dont l’actionnariat est :

- Etat mauritanien 40% ;
- Applicationes Technicas de la Energia (société espagnole filiale de Elecnor que nous allons retrouver un peu plus tard) 32,4% ;
- Macoger (société de Bouchraya) 25,6%;
- L’espagnol Virgilie Sanchez 1%
- et Bouchraya 1%.

L’Etat mauritanien a déjà versé 800 millions d’ouguiya dans cette affaire alors que les actions de Macoger lui reviennent gratuitement grâce à une sur évaluation des actions de l’Etat mauritanien. Il est plus que probable que atersa obtiendra le marché des lampadaires solaires qui vont être placés le long de la route de Toujounine et de celle d’Akjoujt.

Déjà huit panneaux expérimentaux sont placés prés du hangar situé prés de la gare routière et qui appartient au président Mohamed Ould Abdel Aziz et dans lequel il garde un immense parc roulant lourd. Ce sont d ailleurs ces mêmes camions qu’utilise SOBOMA pour importer les PET du Maroc.

Pour afficher sa toute nouvelle puissance, Ould Bouchraya est admis au salon d’honneur pour l’accueil du président de retour de France après sa blessure alors que les ministres en sont expulsés et parqués dehors avec la foule.

L’électricité

Ce n’est pas tout, Hamady Ould Bouchraya avec son partenaire Bedr Ould Abdel Aziz mettent la main sur la logistique et les fournitures de la SPEG (société de production de l’Électricité à partir du gaz et dont les actionnaires sont : Somelec 40% SNIM 34% et Kinross 26%) et dont le président est Khattar Ould Cheikh Amed. Cette société a déjà signé avec Tullow oil Mauritania, une autre société aux mains de Kemal Ould Mohamedou un autre proche de Aziz, pour fournir le gaz a un prix de 8,5 dollars.

On peut ici ouvrir une parenthèse pour souligner que le gaz a des marchés régionaux, ainsi au Canada et aux USA a cause de l exploitation du gaz de schyste le prix est de 3 ou 4 dollars alors qu’au Japon a cause de la fermeture des centrales nucléaires il est de 13 dollars, plus prés de nous en Europe il oscille entre 6 et 7 dollars. On imagine donc aisément les sommes et les commissions en jeu et ou elles vont aller.

Les BTP aussi

Et pour couronner le tout, Ould Bouchraya dame le pion aux entreprises du BTP et obtient avec ses partenaires espagnols Elecnor (maison mère d ATERSA) quasiment de gré à gré la construction du siège de la SNIM à Nouakchott pour prés de 15 millions d’euros auxquels viendront s’ajouter sans aucun doute des avenants.

Enfin Ould Bouchraya est en train de lancer la distribution des cigarettes Winston et on imagine aisément ses partenaires dans cette nouvelle affaire. Ainsi donc, un empire financier titanesque est en train de se constituer a l’ombre du pouvoir de Ould Abdel Aziz dans cette Mauritanie nouvelle et dans laquelle au moins les riches seront renouvelés.

B.C





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.



Commentaires : 11
Lus : 7164

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Les commentaires sont temporairement suspendus durant l'absence du webmaster (Hospitalisation). Ils devraient être réactivés d'ici une dizaine de jours

Commentaires (11)

  • brabak 28/02/2013 11:04 X

    Je ne connais pas ce Bouchraya mais votre article sent mauvais. Vous avez peut être des comptes personnels à régler avec ce monsieur.

  • el bou ould moctar 28/02/2013 00:50 X

    On ne retient rien de précis. Des affirmations gratuites. Des conclusions hâtives qui ne trompent pas sur l’intention de l’auteur. De la pure diffamation. Vous n’allez pas quand nous dire que tout celui qui réside en Guinée Bissau est un trafiquant. Tout celui qui investit en Mauritanie est associé à Ould Abdel Aziz. Tout celui qui s’approche ou qui force l’estime de Ould Abdel Aziz est « Gouggouh ».

    Allons soyons sérieux. Si la diffamation pouvait changer la réalité des choses, il y a longtemps que tout le monde aurait emprunté cette voie. Profitez du temps où de l’impunité de la diffamation. Vous n’avez pas honte de vous attaquer aux gens paisibles sans preuve. Ou êtes-vous aveuglés par l’argent au point d’oublier la déontologie et l’éthique journalistique.

    Bouchraya tout comme son frère feu H’meida sont des hommes aimables, généreux et sérieux. Ils sont appréciés là où ils passent et semblent susciter l’envie de vos donneurs d’ordre.

  • hamoud1993 27/02/2013 20:08 X

    Ce que vous listez ne constitue en aucun cas un ''empire'', ni une principauté, ni une baronnie ; Savez-vous qui a obtenu ces dernières années (sous Sidioca) un terrain revendu 20 millions de dollars US à une ambassade occidentale ? Savez-vous qui a suscité la nomination de tous les gouverneurs de la BCM depuis 15 ans (à part Z. O. Zeidane) jusqu’à O. Raiss (non inclus) ;

    Savez-vous qui a voulu peser sur les taux qui rémunèrent les créanciers de l’Etat sur les bons du Trésor, qui étaient descendus à moins de 2 % contre 8-9 % auparavant ?

    Je ne vous dirai pas qui c’est… Mais ce n’est pas Hamady O. Bouchraya...

  • And Bader 27/02/2013 19:32 X

    Dans les vieille démocraties occidentales et dans les pays développés, les empires financiers se sont constitués sur des dizaines de générations, sur un voire deux siècles d'efforts et de labeurs continus. Or, en Mauritanie en l'espace d'une année voire moins, certains comme par enchantement se voient à la tête d'immenses fortunes sans efforts ni aucun mérite. Il y a de quoi s'étonner.

  • echweina 27/02/2013 13:48 X

    Je trouve malhonnete de signer avec des initiales après avoir affirmé de si graves accusations. Où est la déontologie? ou sont les règles et conditions journalistiques? Hélas! cher B.C., Bête et C.n est le qualificatif de votre article car quelque soit la réalité et la suite que prendront les infos que vous affirmez, vous etes passible de poursuites judiciaires de la part de ce citoyen et/ou investisseur qui a, quelque part, contribué à amortir le choc de la crise économique dans notre pays.

    Comme le savent certains, la famille Bouchraya est connue pour son apport direct sur l'économie sociale de notre pays dans bcp de zones. Alors, cessez de verser de l'huile sur le feu par les temps qui courent. Allah vous demandera des comptes car vous contribuez à attiser le feu de la situation sociale en Mauritanie, plus que l'IRA et autres.

  • ahmedkellygreimich 27/02/2013 12:51 X

    Mr B.C Bechrya Hamadi est entré dans le monde des affaires bien avant que Mr Mohamed Ould Abdel Aziz ne soit nommé a la tête de la BASEP au temps de Mr Maaouya, ce professionnalisme Hamadi là hérité de son grand frère feu Hmeida Bechra qui est réputer comme l'un des plus grand hommes d'affaire dans la sous région d'Afrique de l'Ouest.

    Vos informations sur la famille Bechraya en qualité professionnel (Business) sont tout simplement erronés mon cher B.c.

  • BLAKGEND 27/02/2013 12:13 X

    Le président Aziz doit s'exprimer sur ses prétendues accointances avec les narcos trafiquants de la Guinée Bissau et ce fameux homme d'affaire détenteur de multiples nationalités.

    je voudrai savoir si cet homme né au Sahara occidental détient également la nationalité mauritanienne. Si tel est le cas, je vois mal pourquoi Aziz refuse de reconnaitre la double nationalité aux autres citoyens.

  • ANTIGABEGIE 27/02/2013 12:11 X

    Voila qui est très clair cette fois-ci. Maintenant il appartient aux différentes personnes citées dans cette très grave et salle affaire, si elle est confirmée, d'user de leur droit de réponse pour se diculpapiser.

    Le peuple et l'histoire retiennent tout et ne négligent rien.

    A vos claviers doncs, Messieurs les accusés. Nous attendons vos réponses.

  • sahelien 27/02/2013 12:07 X

    Je ne connais pas les objectifs politiques des auteurs de cet article, mais je le trouve surprenant en terme de qualite, specialement en comparaison avec les publications typiques dans le pays.

    Il est bien recherche, et de bonne qualite journalistique, et sans trop d'attaques personnelles directs.

    Beau travail a encourager.

  • DIAM kissal 27/02/2013 11:27 X

    merci frere, mais vous avez oublié de citer le pere de presume frodeur ould ghadde...

  • babavall 27/02/2013 11:22 X

    Balivernes et sornettes de Bouamatou, ces crus de diffamation destinés à faire fléchir les autorités. Et, à propos de cigarettes, le seul qui s'est enrichi sur le commerce Marlboro, pendant plus 30 ans, est bien connu des mauritaniens: Bouamatou!