12-03-2017 16:33 - A notre Jeunesse Ardente: Résister ou subir

A notre Jeunesse Ardente: Résister ou subir

Le Calame - "Quand on peut tout ce que l’on veut, il est difficile de vouloir ce que l’on doit’’, Luis XIV

Aziz, Démocrate par la parole et monarque par l’action

Je veux aviver et réveiller les consciences !

C’est 2016, les Mauritaniens rendent grâce à Dieu et disent ‘’ouf ‘’. Ils ont traversé 2016 dans la douleur et l’affliction. Heureusement, leur honneur n’a pas abdiqué. Ils se sont battus dignement, non seulement pour survivre, mais surtout pour ne point vivre une humiliation en quémandant ou en s’endettant.

2016 a été certes pénible. Mais elle a été aussi l’année de vérité où monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, l’UPR et ses alliés ombrageux ont fait preuve de leur affreuse incapacité à apporter des réponses aux questions qui étranglent le peuple.

Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz n’a d’ailleurs jamais essayé d’apporter des réponses aux questions sociales pour deux raisons : il en est incapable et il n’a que le temps d’une politique politicienne que les citoyens jugent abominable allant même jusqu’à jurer qu’Aziz qui fait impunément ce qu’il veut, commencerait à perdre le sens des réalités.

Et c’est-bien un débat. Mais ce qui est sûr est que 2017 doit être l’année de la Jeunesse, notre Jeunesse Ardente Radieuse. Il faut faire face par l’expression publique pour faire arrêter la tornade des coups politiques anti-républicains et anti-démocratiques.

C’est la voie royale pour la restauration de la dignité républicaine et du crédit de l’Etat. Tout ce que ce peuple a conquis est tombé à terre. Le régime AZIZ/ l’UPR a été démasqué devant la Nation et la communauté internationale pas ses pratiques nébuleuses et ses graves libéralités dans la gestion des finances publiques.

Ce pays-là va tristement mal. Il va très mal. Sa situation est encore économiquement corrosive et socialement explosive. Monsieur Aziz même, grand donneur de leçons, est devenu impopulaire et est de plus en plus marginalisé. Démocrate par la parole et monarque par l’action.

La communauté nationale et internationale devrait se convaincre que cet homme-là n’est plus sûr s’il l’a jamais été d’ailleurs. Il donne chaque jour un coup de main au recul de la démocratie. Son Etat est à son état. Il claudique. Il toussote. Il est prisonnier d’un parti familial personnalisé et cerné de bohémiens du jeu politique sorti, on ne sait d’où. Le néant est partout.

L’économie nationale suffoque. La vie sociale est pire. La crise de confiance est là. L’image de Ould Abdel Aziz dévalorisée par un culte atavique de personnalité. Le parlement n’est qu’une abstraction d’homologation de coups politiques.

AZIZ, le Prophète du changement qui a lieu-même trop changé et beaucoup changé sa cour, sans rien changer dans ce pays. Plus grave, l’Etat AZIZ est resté ataraxique et apathique devant la flambée vertigineuse des prix. Mais tout est un échec dans ce pays. AZIZ, les Mauritaniens dans leur immense majorité n’en veulent plus.

Lui, il continue toujours sa parade au moyen d’une propagande médiatique et inflation de parole si bien qu’à sa vue, le citoyen rechigne et le zappe.

Il doit certainement en souffrir si on le lui disait en toute vérité. AZIZ n’a plus tous les atouts en main. Et rebattre les cartes, c’est perdre la maîtrise de tout. 2016 sera-t-elle pire que 2017 pour ses projets politiques ? Le temps file en tout cas.

‘’ Gare aux peuples qui n’ont pas de héros, gare aux peuples qui ont besoin de héros’’, JOSE MARTI

AHMED BEZEID OULD BEYROUCK

P.S
Email: chroniqueurbeyrouck@gmail.com

Je ne suis ni de l’opposition

Ni de la majorité présidentielle

Je suis ailleurs

"A bon entendeur, Salut."



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1528

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mauritanievive (H) 12/03/2017 21:30 X

    Les politiciens doivent laisser la jeunesse tranquile . l'eloigner des querelles politiciennes ,tout le monde sait que ceux qui crient a la honte n'ont a curer ni avec le drapeau ,ni avec l'hymne ,c'est une lutte pour le pouvoir et la part du gateau ce grand charognard qu est notre pays .si la jeunesse doit s'engager ca doit etre pour de vaies causes:la justice,egalite .education .sante......