03-05-2017 16:51 - Au 21ème siècle, Nouakchott toujours dans l’obscurité

Au 21ème siècle, Nouakchott toujours dans l’obscurité

L'Authentique - Les Mauritaniens se trouvent bien au 21ème siècle. Et leur capitale Nouakchott, aussi. Pourtant, les uns comme l’autre connaissent encore des délestages, de jour comme de nuit. Depuis le début de présente semaine, les habitants de la Moughtaa de Dar Naïm et ceux d’El Mina et ceux de Arafat sud, vivent le martyr, sans électricité mais aussi sans eau.

« Nous sommes là depuis une heure, il n’y a pas de courant, donc pas d’eau, car le suppresseur ne marche pas ».
Nous sommes à quelques mètres du populeux garage de Nouadhibou, dans des dédales de rue à Sebkha.

Quelques femmes stoïques sont restées là, près des bidons pour faire la garde tandis que les autres sont parties prospecter ailleurs. C’est la même scène qui fleurit les artères de la ville.

Partout, le sujet est d’actualité. « On nous a foutu une pénurie d’eau pour qu’on ne s’intéresse pas autres questions nationales, telles la hausse des prix, le référendum… » lance une quadragénaire assise sur des crottes d’ânes, qui ruminent non loin de là. Elle sursauta quand ses copines lui en firent la remarque, déclenchant une traînée d’hilarité.

Nouakchott alterne ainsi entre sécheresse et obscurité, ramenant sur terre des populations euphoriques qui croyaient qu’avec la démocratie et toutes les bonnes choses que les politiciens leur avaient servies ces dernières années, ils allaient sortir de leur misère par une simple baguette magique.

La réalité est bien amère aujourd’hui et le réveil brutal. Non seulement, les prix des denrées de première nécessité ont atteint des seuils inimaginables, grignotant les maigres augmentations de salaire, mais il n’y a plus d’électricité, plus d’eau…plus d’argent. Rien que les meurtres, les vols et des promesses de lendemain qui ne chanteront pas de sitôt.

Le gouvernement n’a pas encore fini le décompte de plusieurs décennies de gabegie. La Somelec, n’est plus qu’une structure vide. Très prompte à procéder aux délestages ou à faire payer ses factures, elle est désormais incapable de requinquer une capitale qui commence à prendre les relents d’une grande bourgade précoloniale.

Seuls signes de modernité dans une cité où les plans d’action et les programmes de réfection noircissent les dossiers enfermés dans les tiroirs de l’inopportun, des carcasses de tacots qui se chamaillent des artères où le goudron n’est plus qu’un pâle souvenir.

Pourtant, que de belles littératures sur la politique d’électrification avec l’OMVS. Le gouvernement avait même adopté il y a trois ans, une belle Déclaration de politique de développement du secteur d’électricité restée une énorme arnaque.

Une Autorité de régulation fut même mise sur pied, dont les membres se sont contentés de bouffer notre budget, de se trimbaler dans de grosses cylindrées payées avec nos sous, entretenus avec nos sous, alimentées avec nos sous, et dont le dernier souci est de savoir pourquoi la Somelec est incapable de fournir un service minimum en matière d’approvisionnement en eau potable des populations.

Que n’a-t-on dit sur ce sujet. On a parlé de renforcement du système d’électrification, grâce à l’énergie solaire à Nouakchott. On a aussi parler de révision à la baisse du kw.

Que nenni ! Le résultat est que les populations continuent de payer le produit très cher. Plus, le service de l’institution laisse à désirer du fait d’incessantes coupures du courant préjudiciables aux appareils ménagers et même aux matériaux industriels de privés. Dans un cas comme dans l’autre, les dommages ne sont jamais pris en compte.

MOMS



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1662

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • kaedien (H) 03/05/2017 19:04 X

    Mais les autorites voulaient vendre de l' electricite au senegal ou se trouve alors ce surplus dont on parle chaque jour? Toujours des mensonges tant que ces guignols seront au pouvoir nous reculerons chaque matin.a bon entendeur salut.

  • mohamed w.l (H) 03/05/2017 18:10 X

    un mensonge khana ils ont refuse de vous faire un contrat pour le journal