17-08-2017 07:00 - Mauritanie – CEDEAO Le « Oui - Mais » de la Mauritanie

Mauritanie – CEDEAO Le « Oui - Mais » de la Mauritanie

L'Authentique - Finalement, la Mauritanie a eu gain de cause, face à la CEDEAO. Ayant refusé de réintégrer la CEDEAO il y a quelques semaines contre le vœu du directoire de cette communauté des États, la Mauritanie vient de réussir son challenge en obtenant face aux dits partenaires, un accord d’association.

En effet, la Mauritanie et la Communauté Économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont fini par signer un accord d’association. C’était en marge du forum Amérique Afrique organisé la semaine dernière à Lomé au Togo.

Ladite convention devrait permettre –selon les textes- la libre circulation des personnes et des biens. Ce qui devrait donner une nouvelle tournure dans les relations entre les deux parties, notamment entre la Mauritanie et la Sénégal.

Alors que l’économie mauritanienne bénéficierait désormais du marché de la CEDEAO riche de près de 350 millions de consommateurs, que les opérateurs économiques mauritaniens ainsi que le citoyen lambda circuleront librement dans cet espace qui pèse sur un PIB de plus de 800 milliards de dollars, les ressortissants des pays membres de la CEDEAO seraient libres de circuler sur le territoire mauritanien, et qui pourront y conduire des opérations financières à leur guise, sans jamais être inquiétés.

C’est dire que finalement, les deux parties sont parvenues à créer une situation de marché commun tout en gardant chacune son indépendance. C’est surtout le cas pour la Mauritanie qui avait été appelée à réintégrer la CEDEOA en lieu et place d’une demande d’accords d’association formulée par Nouakchott.

Membre fondatrice de cette communauté en 1975 avant de la quitter en 2000 pour se consacrer à l’union du Maghreb, qui tarde jusqu’à présent à prendre son envol, la Mauritanie, ferait valoir son avantage géographique depuis que la demande du Maroc d’adhésion à la CEDEAO a été acceptée.

Pour nombre d’observateurs à Nouakchott, la question est de savoir pourquoi le pays s’entête à refuser de regagner la CEDEAO ? Pour d’aucuns, il ne s’agit certainement pas de « quête d’indépendance économique », mais il s’agit plutôt de la crainte du « péril noir » développé par les mouvements nationalistes étroits « hantés » par les ressortissants de l’Afrique de l’ouest qui envahiraient le pays.

Et conséquemment, mettraient en péril l’arabité voire le peuple arabe de Mauritanie. En fait, la Mauritanie serait d’accord avec la libre circulation des biens mais non des personnes.

C’est ce qui se produit actuellement dans les échanges entre els deux parties et c’est ce qui risquerait de se produire même après la signature des accords entre les deux parties.

MOMS



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 1962

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • lass77 (H) 17/08/2017 16:11 X

    Ce sont les ouest africains qui vont respirer. Il est impératif que les diplômates ouest africains en place en Mauritanie constatent que leurs ressortissants ne sont plus traqués sous peine d'annulation des accords.

  • Hamdoulah (H) 17/08/2017 14:42 X

    @ Bertrand,il faut s'installer en France pour être lepeniste, tu dois souffrir d'un complexe que tu exprime mal. Tu parles comme si la Mauritanie est sur la planète mars.

  • Hamdoulah (H) 17/08/2017 14:35 X

    C'est une bonne option qu'a prise la Mauritanie, je ne donnerai que l'alibi de notre monnaie nationale pour ne pas être totalement avec des gens qui ne pensent avoir une monnaie que dans 20 30 ans.

  • foutatoro (H) 17/08/2017 11:54 X

    Trêve d'analyses compliquées pour expliquer le faux mariage entre notre erreur coloniale et la CEDEAO. La Mauritanie institutionnelle n'aime pas le NOIR. C'est tout. Tirez vos conclusion de ce fait. On est fatigué de blablater à longueur de journée sur ce faux problème.

  • boubou_kibili (H) 17/08/2017 10:49 X

    l'auteur de cet article n'a rien compris. La Mauritanie n'a rien gagné, elle a eu que ce qu'il peut s'attendre c'est à dire l'association. Elle ne peut pas être membre car elle trés e deça des criteres requis dont la bonne gouvernance. De toute façon faut pas rever meme avec le statut actuel il n'y a pas à juguler car la CEDEAO a aussi beaucoup appris de son voisin Rimois et surtout de sa gouvernance l'emporte pieces et de ses elections truquées à mort. Vivement 2019 pour qu'il y'ait dans ce pays des discussions sereines sur notre devenir. Le pouvoir actuel et ce regime sont un désastre pour notre pays. Wa salam

  • Bertrand (H) 17/08/2017 10:08 X

    C'est du bla-bla. la Mauritanie va bénéficier d'un marché de 800 millions de consommateurs. Qu'est ce que la Mauritanie va exporter pour ces consommateurs : du sable§ Non la Mauritanie n'a rien à y gagner sauf peut être le bon voisinage, si le voisin veut bien y aller. Cependant elle y perdra plusieurs choses : elle sera une direction privilégiée de tous les candidats à l'immigration clandestine, les trafiquants de drogues... La mauritanie ne craint pas le péril noir, parce qu'elle est noire, métissée et islamique. Le péril noir se sont les occidentaux qui dressent des barrières construites par les bras de ceux la même dont elle voudrait se débarrasser, qui veut imposer un nombre d'enfant par femme africaine, qui veut financer (en arme) ses anciennes et actuelles propriétés en Afrique pour s’entre-tuer et laisser les terres africaines vierges pour y faire pousser peut être une jeune Europe, comme aux Amériques et en Australie.

  • samba el bakar (H) 17/08/2017 09:38 X

    Oui au beurre,à l' argent du beurre et en sus le sourire de la marchande du beurre! La Mauritanie est prise au piège d' une realpolitik nécessaire à son développement qui passe par un retour obligatoire à la CDEAO et les chimères d' une intégration pleine dans le monde arabe dont l' UMA est la tête de pont indispensable.On a tenté de nous gonfler la tête avec le titre de "porte Ouest" de l' arabité (comme l' Irak en serait la porte Est) mais rien n'y fait.Dans la pratique,on ne nous accordera que le strapontin avec des reconnaissances pompeuses comme "Amir Echouara" sans jamais aller plus loin.La Mauritanie a pour vocation d' être un trait d'union entre l' Afrique Noire et l' Afrique arabo-berbère.En optant pour une telle position elle devient la Suisse du continent avec à la clé un hub pour la distribution des marchandises qui transitent même s'il s' agit pour la plupart des produits chinois maquillés ou des rebuts agricoles du Maghreb non conformes aux spécifications du marché Européen. Nos compatriotes bien installés dans l' Afrique Noire finiront par imposer au noyau dur du chauvinisme beydane que leurs intérêts économiques sont bien au Sud.On peut enquêter auprès des grossistes de Nouakchott ce que cela leur a coûté les tensions artificielles qui ont conduit aux expulsions massives des ressortissants négro-africains.Ce n' est parce qu' un pays est accueillant ,qu'il est en péril manifeste.Le nouvel État Civil mauritanien appliqué correctement constitue un rempart efficace.