04-09-2017 10:35 - Polyclinique de Nouakchott : Le marché étouffe patients et médecins [PhotoReportage]

Polyclinique de Nouakchott : Le marché étouffe patients et médecins [PhotoReportage]

Le Quotidien de Nouakchott - Mégaphones des vendeurs de cartes de crédit téléphone, marchands ambulants, vendeurs de fruits, taxis tout droits...la polyclinique de Nouakchott, très tôt le matin, jusqu’à tard dans la nuit, subit insalubrité et nuisances sonores. Cette structure de santé, née en 1973, est encerclée, envahie par un marché.

Les agents du poste de police ouvert récemment à l’entrée de la polyclinique (appelée clinique), ont dû mal à maintenir les marchands ambulants derrière les barrières de sécurité. Malgré les efforts consentis, la polyclinique est difficilement accessible.

Autres difficultés de cette structure de santé : la face extérieure de sa clôture sert de toilette aux marchands, clients passants…la petite mosquée de la clinique était devenue celle du marché.

Le combat de l’hygiène

« Nous avons mis des barrières, et nous avons ouvert des toilettes qui font face à la rue », explique Bouna Moctar, médecin chef. Le premier combat du jeune médecin affecté à la polyclinique en février dernier, c’est la salubrité. 12 employés sont en permanence chargés du nettoyage. Une verdure sommaire rend les lieux un peu agréables.

L’équipe de la polyclinique est arrivée à rendre propres la cour, les bureaux…mais elle subit constamment la pression du marché qui la ceinture.

Autres voisinages nuisibles : les guérisseurs ou charlatans installés aux abords de la polyclinique, les dentistes artisanaux contre lesquels les médecin-chef a envoyé un courrier au wali.

Pour réduire la pression sur les hôpitaux, le ministère de la santé a sensiblement augmenté les capacités de prise en charge des structures secondaires. Depuis six mois, la polyclinique a réalisé 16. 000 consultations (généralistes).

Pour les spécialités, (la même période), 2000 consultations en dermatologie, plus de 1000 en diabétologie, 900 en ophtalmologie, 2000 en neuropsychiatrie…

Pour le personnel : deux médecins titulaires en plus du médecin-chef, quatre dentistes, sept sages-femmes, 12 infirmiers, 17 spécialités en externes… Les consultations : 100 UM pour voir un généraliste, 500 UM pour un spécialiste.

La polyclinique dispose aussi d’une radiologie, échographie obstétricale et abdominale, un service pour les urgences, un service tuberculose, un laboratoire… Pour les « économiquement faibles », la polyclinique dispose d’un service indigents. Il est également prévu l’extension de cette structure de santé.

Premier bébé

Le 02 août 2017, marque un tournant dans les 44 ans de la polyclinique. Mohamed, un petit garçon y est né ce jour là. C’est le premier bébé de la maternité ouverte récemment dans cette structure de santé. Il se porte bien. La polyclinique, elle, subit toujours la loi des vendeurs ambulants, des pisseurs…jusqu'à quand ?

--------


Avec Cridem, comme si vous y étiez...
























Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 3205

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • Aboulamine (H) 05/09/2017 16:59 X

    Mais proposez une solution mes amis ! vous faites le même constat d’échec mais personne n’évoque sérieusement une solution: La solution, ce n'est pas seulement les efforts venants de l’état, de la CUN ... certes, la volonté de l’Etat est indispensable, mais cette solution commence par la prise de conscience de chacun d'entre nous de la nécessité de rendre salubre tous les espaces et toutes les voies publiques de nos cités et de nous abstenir de déposer des excréments, de pisser, de cracher dans ces espaces publics. Il faudra que la société prenne d'abord cette situation en charge . Sommes-nous prêts à celà? toi qui me lit ou toi qui réagit es-tu prêt à t'abstenir de pisser dans la rue et de sensibiliser tes frèrers, soeurs et tes amis sur la question? es-tu pret à crier à celui ou à celle que tu verras pisser dans la rue ou déposer ses excréments, " ALLEZ LEVE-TOI SAUVAGE !" ? That is the right question.

  • bleil (H) 04/09/2017 14:20 X

    La Polyclinique n'est que le reflet de la chienlit ambiante à Nouakchott, ou les terroristes enturbannés côtoient des policiers en guenilles lesquels font le raquette des taxis carcasses et des vendeurs de drogues douces quand les barbus font la loi ... C'est facile de constater que la gestion de la grande agglomération ressemble à s'y méprendre à celle du GRIM ... la CUN a été longtemps confié à des minables sous les ordres du MINT et qui ne font aucun effort si ce n'est de détruire ce qui fonctionne ; on chasse Pizzorno pour polluer l’atmosphère et enrichir les proches du pouvoir au vu et au su de tout le monde. Le règne de la médiocrité touchera inéluctablement à sa fin avec une nouvelle gouvernance du pays plus à même de changer le décor hideux de notre capitale ...

  • medabdul (H) 04/09/2017 13:39 X

    LA Mauritanie est un pays degueulasse,arriere sale, marché capitale, des odeurs d'urine de chiottes du matin au soir.

  • doudou19 (H) 04/09/2017 13:39 X

    En l'absence d'une autorité efficace, le tout peut se permettre. Regarder du carrefour de la BMD jusqu'à le mosquée marocaine? Une véritable anarchie qui s'est installée en l'absence de la soit disant communauté urbaine. Trop c'est trop. La notion d'Etat n'y est plus.

  • juif53 (H) 04/09/2017 12:54 X

    Peine perdue.Personne ne pourra changer la mentalité (***).La discipline et la propreté ne sont pas leurs priorités.

  • el makhlough (H) 04/09/2017 11:32 X

    Tant que la politique du laisser aller persiste il n y aura jamais d'avenir pour ce peuple...

  • el makhlough (H) 04/09/2017 11:08 X

    les mauritaniens sont anarchiques ,ils ont ça dans le sang et les autorités adoptent la politique du laisser aller car ça arrange le business de tout le monde,il n'ya pas de nationalisme,la plupart vaque à leurs affaires le matin sans se laver le visage ni de brosser les dents,il nya pas de raison qu'ils veillent à la propreté des lieux publics