06-09-2017 08:45 - Intempéries meurtrières en Mauritanie

Intempéries meurtrières en Mauritanie

RFI - De forts vents accompagnés de pluie ont balayé plusieurs régions du sud de la Mauritanie dans la nuit du 4 au 5 septembre, faisant 15 morts et plusieurs dizaines de blessés. Quelques centaines de personnes se retrouvent également sans abri.

« On n'avait jamais vu de tels vents, on aurait dit une tornade », témoigne un journaliste de Boghé, une ville située près du fleuve Sénégal. Dans plusieurs villages de la commune, des habitations en banco, bois ou tôles, se sont envolées ou effondrées sur leurs propriétaires.

Neuf personnes ont été tuées et 26 autres blessées, dont 11 ont dû être transportées à l'hôpital régional d'Aleg, selon le gouverneur de la région Abderrahmane ould Mahfoud, qui a promis une assistance rapide aux sinistrés.

Des sinistrés en situation précaire : dans le village d'Houdallaye par exemple, de nombreux habitants sans abri ont dû être installés dans une école tandis que dans plusieurs localités, les lignes électriques ont été arrachées par le vent.

Ils seraient encore plus nombreux à se retrouver sans toit autour de Kiffa, dans la région voisine de l'Assaba.

Cette même tempête a soufflé entre 400 et 500 habitations précaires, en particulier dans les villages au sud de la ville, affirme Cheikh ould Ahmed Mody, journaliste à Kiffa-info. Six personnes, dont les cinq membres d'une même famille, ont été tuées, là aussi dans l'effondrement de leur maison, précise-t-il.

A Bogué comme à Kiffa, les autorités locales et les rares ONG se mobilisent, mais faute de moyens, espèrent que les aides d'urgence, notamment en vivres, bâches et nattes, ne tarderont pas à arriver.

Par RFI



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 2
Lus : 2092

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • jamkoyleeli (H) 06/09/2017 15:12 X

    Aziz n'a pas trouvé mieux que de se rendre à Paris pauvre Mauritanie nous avons les dirigeants que nous méritons Paix aux âmes des victimes si c'était dans un autre pays c'est toute la nation qui se lève au chevet des victimes 15 âmes arrachés pas de Deuil national le premier ministre se contente d'une petite visite à l'hôpital de Nktt et dire qu'on est dans une rue publique islamique et la solidarité musulman Mauritanienne très réactif s'il s'agissait de nos frères palestiniens se fait sentir ici aux pays d'assaba et du Brakna l'élan de solidarité qui avait prévalu à Tintane aurait dit se manifester d'ailleurs nos compatriotes se font même rares même pour compatir avec les victimes mémé dans les drames ont dirait qu'il y a deux poids deux mesures .

  • Sidikader200 (H) 06/09/2017 09:57 X

    Pendant que les populations sinistrées sont laissées à leur triste sort, Le president Aziz ne trouve pas mieux à faire que d'aller avec toute sa famille se prélasser à Paris au frais de ces pauvres populations sous prétexte , dit l'agence officielle d'infirmation, "d'assister a une reunion organisée par le Tchad à Paris" (sic). Des dizaines de millions d'um dépensés pour ce voyage inutile qui aurait pu alleger les souffrances des pauvres victimes de ces intempéries .