14-09-2017 07:00 - En images : La BCM organise une manifestation sur l'histoire et l'évolution des moyens de paiement en Mauritanie

En images : La BCM organise une manifestation sur l'histoire et l'évolution des moyens de paiement en Mauritanie

AMI - Une manifestation organisée sous le thème "Histoire et évolution des moyens de paiement en Mauritanie" a débuté, mercredi matin dans les locaux de la chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture de Mauritanie à Nouakchott.

La manifestation, dont l'ouverture s'est déroulée en présence des ministres de l'économie et des finances, du commerce, de l'industrie et du tourisme et de l'emploi, de la formation professionnelle et des technologies de l'information et de la communication, est organisée par la Banque Centrale de Mauritanie.

La rencontre qui dure trois jours et qui comprend un volet portant sur une exposition au musée nationale a pour but de passer en revue les étapes franchies et les moyens permettant la poursuite de la voie visant l'évolution et la modernisation des moyens de paiement en Mauritanie tout en réfléchissant sur le développement du change et le renforcement des moyens permettant aux citoyens d'accéder aux produits et services bancaires appropriés à des coûts raisonnables.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie, M. Abdel El Aziz Ould Dahi, a indiqué que le choix de ce thème répond à un souci majeur des autorités monétaires, celui de contribuer à mieux assurer des fonctions importantes mises à la charge de la BCM par les pouvoirs publics conformément à son statut.

Il s'agit, a-t-il dit, de:

- l'émission et la gestion, pour le compte de l'Etat de la monnaie fiduciaire;

- la promotion, la stabilité, la sécurité et l'efficience des système de paiement.

Il a ajouté que la Banque Centrale de Mauritanie s'est trouvée, à l'instar de toutes les banques centrales, confrontée aux problèmes de sécurité que ce soit au niveau des substrats qu'au niveau des éléments internes dans les visuels.

اا a noté qu'une synergie entre les banques a été rendue possible et a permis une interopérabilité de la carte bancaire entre les banques mauritaniennes.

Cette synergie, a-t-il précisé, a permis la mise en place d'un système de paiement collectif conforme aux normes internationales EMV assurant ainsi la sécurité et la fiabilité.

Le gouverneur de la BCM a souligné que, de nos jours, le système de paiement monétique national permet aussi à tous les porteurs de cartes mauritaniennes d'effectuer des paiement électroniques, principalement dans les grands commerces, notre objectif étant d'étendre l'acceptation des cartes bancaires à de nouveaux secteurs économiques, notamment les services publics".

Il a précisé que le processus de modernisation des moyens de paiement et de la gestion fiduciaire se poursuit par la mise en place dans le cadre du pilotage stratégique des projets de:

- Télé-compensation et de règlement de gros montants en temps réel (RTGS),

- Paiement " Mobile Banking" qui permettra la prise en charge des paiements effectués à travers les téléphones mobiles. Il facilitera les échanges en zones non couvertes par le réseau bancaire à moindre coût favorisant ainsi l'inclusion financière,

- Transformation et automatisation du centre de tri des billets de banque pour mieux entretenir et améliorer la qualité de la circulation de la monnaie fiduciaire à travers la détection des faux billets et le remplacement des coupures endommagées par des billets neufs.

Il a noté que les travaux à ce niveau ont déjà débuté.

La cérémonie d'ouverture de la manifestation s'est déroulée en présence du président de la chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture, du président de l'association professionnelle des banques mauritaniennes et d'un certain nombre d'anciens gouverneurs de la Banque Centrale de Mauritanie.

-------


Avec Cridem, comme si vous y étiez...






















































Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1958

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Sidikader200 (H) 14/09/2017 10:39 X

    Au lieu de perdre son temps à refaire l'histoire de l'ouguiya , activité qui serait plutôt du ressort de la direction de la culture et des musées, tout ce beau monde de l'économie et des finances ferait mieux de s'occuper de la gestion chaotique de la monnaie nationale dont le cours atteint aujourd'hui le niveau historique le plus bas par rapport à l'euro et au dollar.