14-09-2017 09:29 - Vers la rupture entre Nouakchott et Rabat

Vers la rupture entre Nouakchott et Rabat

Mondafrique - Dans le deux capitales maghrébines de Rabat et Nouakchott, chacun espérait que la nomination d’un nouvel ambassadeur du Royaume du Maroc en Mauritanie allait ramener de la sérénité aux relations entre les deux pays.

Quelle erreur! L’éclaircie n’a été de courte durée. Selon des informations divulguées par la capitale mauritanienne, le président Mohamed Ould Abdel Aziz, oublieux de tous les gestes faits par le Palais marocain en sa faveur, aurait catégoriquement refusé d’accréditer Hamid Chaba qui avait été nommé par le roi Mohammed VI, le 25 juin dernier, comme ambassadeur en Mauritanie.

Pourquoi une telle agression entre voisins ? Personne ne comprend vraiment les raisons qui guident actuellement le pouvoir mauritanien, mis en cause par la rue et une opposition de plus en plus unie, bousculé par ses plus fidèles soutiens au sein du Sénat et des élites mauritaniennes et égratigné par la diplomatie américaine.

Attaques en règle

Pour l’instant, le ministère des Affaires étrangères marocain affirme n’avoir reçu aucune fin de non recevoir. Il est clair que les autorités mauritaniennes, avec une extraordinaire désinvolture, essaient de jouer avec les nerfs des responsables marocains qu’ils accusent d’héberger chez eux des opposants au régime d’Ould Abdel Aziz.

Habitué aux sautes d’humeur du général-président, le royaume chérifien n’a pas voulu mettre de l’huile sur le feu et a joué profil bas. Mais du coup, la colère du président mauritanien n’a fait que décupler. La presse proche de la présidence mauritanienne s’est mise subitement à attaquer le Maroc.

Ces médias aux ordres ont ainsi évoqué le retour à l’accord tripartite de Madrid signé par le Maroc, la Mauritanie et l’Espagne et prévoyant la répartition du Sahara occidental entre les deux pays du Maghreb. A l’époque, Nouakchott incapable de sécuriser une partie du territoire saharien s’était retiré unilatéralement de cette tentative de compromis. Pourquoi revenir aujourd’hui sur une solution aussi ancienne qu’inopérante, sinon pour provoquer le voisin marocain?

Ligne rouge

Alors que le Sahara constitue une ligne rouge pour l’Etat marocain, le président mauritanien semble jouer avec ce sujet hautement sensible comme un “bad boy” qu’il n’a jamais cessé d’être. Mais cette posture constitue, hélas, une véritable « déclaration de guerre » pour Rabat. Plus grave, le pouvoir mauritanien ne semble pas vouloir s’arrêter au niveau des gesticulations. Selon des informations concordantes rapportées par le site Saharazoom.com, les autorités mauritaniennes auraient décidé de fermer le passage frontalier de Guerguarat qui relie le Maroc à son voisin du Sud.

Le dossier est sensible. Le passage de Guerguarat est l’unique passage terrestre qui lie le royaume chérifien à l’Afrique subsaharienne et revêt à ce propos une importance capitale au niveau économique, puisque plusieurs dizaine de camions transportant des marchandises marocaines vers les pays du Sahel transitent par cette ville frontière.

Une provocation de plus

En même temps, la Mauritanie aurait sollicité les responsables algériens pour accélérer l’ouverture de la route Tindouf-Zouerat qui fera office de cordon reliant le port d’Oran aux pays subsahariens. Une telle initiative ne vise qu’à provoquer les Marocains, sans que cela ne bénéficie vraiment à l’Algérie.

Avec des milliers de kilomètres de frontières aussi bien avec le Niger qu’avec le Mali, Alger a suffisamment de liaisons avec le reste de l’Afrique. La politique mauritanienne, faite d’ingratitude et de cécité, ne peut mener qu’à un bouleversement des équilibres régionaux.

Par Karim Douichi



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Mondafrique
Commentaires : 8
Lus : 3531

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • jakuza (H) 14/09/2017 16:41 X

    L'auteur traite Aziz de "bad boy" et Mohamed VI ne serait pas un "bad boy"? A l'époque de Hassan II un étudiant Libyen fut arrêté au prétexte d'injure à sa majesté. L'enquête révéla que cet étudiant avait répondu à la même injure proféré par un étudiant marocain à l'encontre de Kadhafi! Au final c'est l'étudiant marocain qui fut reconnu coupable d'injure à son Roi. Nous n'avons pas la culture de l'injure en Mauritanie mais faut pas abuser...

  • samba el bakar (H) 14/09/2017 15:25 X

    Mais à qui profite le crime? Une fois de plus l' incapacité de ce pays à gérer la PAIX se justifie par cette énième crise avec un voisin direct. Il est déroutant qu'au moment où le financement du pont transfluvial entre le Sénégal et la Mauritanie est acquis permettant de rêver d' une intégration sous régionale UMA États de la CEDEAO,ce risque de transformer en cauchemar le rêve surgisse à nouveau.Je ne comprends pas que l' avenir de ce pays soit hypothéqué par les sautes d'humeur d' une seule personne qui se dit "Après moi,le déluge".La souveraineté nationale n'est pas négociable mais de grâce qu'on explique au pauvre citoyen que je suis,à quoi rimerait le blocage du passage de Guerguarat qui supprimerait de facto l' avantage d' avoir des fruits et légumes du Maroc sur le marché? .Je suis aussi en droit de penser que l' animosité à l' égard de Bouamatou s' est invitée dans le paysage diplomatique de la Mauritanie .De toutes les façons la rupture éventuelle avec le Maroc mettrait en péril des intérêts personnels de certains gros bonnets de chez nous: suivez mon regard...!

  • abouth (H) 14/09/2017 14:01 X

    ... "médias aux ordres"..: tout est dit!.

  • duroowo (H) 14/09/2017 13:08 X

    AZIZ peut mettre ce pays en feu et tuer tout dans des guerres qui ne beneficient personne just pour rester au pouvoir et mettre la mauritanie dans la situation la ou l'election est impossible avec ces conseils regionaux. Il tout essayer pour ramener les troubles de 89 avec le Senegal et sa n'as pas marcher et actuellement c'est avec le Maroc et on verra.

  • abarry45 (H) 14/09/2017 11:33 X

    La Mauritanie est souveraine Le Président Aziz ne fait que son devoir à savoir défendre les intérêts du pays Si le Maroc est sérieux il n a qu' à renvoyer la bande des Bouamatou à la Mauritanie pour répondre à la justice Ces voyous dont l un des des membres a déstabilisé le Burkina

  • jahil (H) 14/09/2017 11:30 X

    1/ le profil de Hamid Chabar tel que présenté par dans les 2 URL suivantes, ne peut qu’inspirer méfiance. Un diplomate plus axé sur la sauvegarde et promotion d’excellentes relations sociales et économiques entre les 2 pays seraient sans aucun doute de bon aloi. https://www.h24info.ma/maroc/hamid-chabar-nouvel-ambassadeur-maroc-mauritanie http://maroc-leaks.com/espion-nomme-ambassadeur-maroc-mauritanie 2/ Comment peut couver des opposants présumés actifs pour déstabiliser la Mauritanie, au lieu de leur imposer une réserve, et bénéficier de sa bienveillance pour exploiter son réseau routier et développer un florissant business avec nombre de pays de la CEDEAO ? Il y a lieu de se demander : Qui sont le provocateur et le provoqué ?

  • nosechanges2016 (F) 14/09/2017 11:25 X

    Nous n’avons pas besoin d’un conflit de plus, après le Mali, le Sénégal maintenant c’est le Maroc avec des coups de pieds dans le désert, je ne crois pas que la solution serait de fermé les voies de passages entre les pays, cela nous mettra en mal avec les autres pays frères, amis ou voisin cela dépend de quel coté ils sont par rapport à nous avec le Maroc, les marocains ont des intérêts en Mauritanie comme la téléphonie Mauritel dont il sont partenaire, les mauritaniens avaient décidés de relever les marocains qui pouvait écouté qui ils voulait dans ce pays, à moins de ne pas se connecter à Mauritel, Bouamattou ne doit pas être un point de discorde entre les deux pays jusqu’a réveiller les accords de Sahara occidental, donc il temps pour nos généraux politiques de savoir que les populations ne peuvent pas continuer depuis plus de 20 ans de vivre des tensions avec ses voisins, jamais une paix de 1 an avec l’un d’eux depuis l’arrivé d’Aziz, les populations vivent un traumatisme politique régional sans précédant dans l’histoire de ce pays, hier ce sont les pécheurs, avant c’était avec les maliens et demain ce sera avec l’Algérie, même avec la Libye c’est possible, donc on veut la paix avec les voisins.

  • analagjar (H) 14/09/2017 10:37 X

    Cette analyse pour le moins approximative cherche manifestement à jeter l'huile sur le feu...Pour savoir vraiment qui provoque qui dans cette affaire il suffit d'examiner les faits...Qui a abrité,sinon le Maroc, depuis des décennies et meme avant l'independance des opposants aux différents régimes qui se sont succédés en Mauritanie sinon le Maroc...Qui a organisé,sinon le Maroc, une tentative de reprise de legoueira alors que les accords internationaux sur cette question sont limpides quant à l'administration provisoire de cette portion de territoire échoit à la Mauritanie...Qui a organisé,sinon le Maroc, pour un oui ou un nom des campagnes orchestrées contre la Mauritanie ces derniers temps?... Quant aux décisions politiques ou économiques prisespar les uns et les autres c'est une question de souveraineté ...Nos freres marocains doivent comprendre que c'est le principe de réciprocité et de respect mutuel qui doit guider les relations entre les pays et plus particulièrement les pays freres et voisins...