17-09-2017 18:16 - Déguisée, la ministre de la Santé ougandaise épingle des travailleurs médicaux corrompus

Déguisée, la ministre de la Santé ougandaise épingle des travailleurs médicaux corrompus

France24 - La ministre de la Santé ougandaise Sarah Opendi s'est fait passer pour une patiente dans un hôpital de la capitale Kampala vendredi afin d'exposer et condamner la corruption endémique dans les centres de soins du pays.

Le coup de com’ a le mérite d’être éclatant. Sarah Opendi, ministre ougandaise de la Santé, s’est prêtée au jeu de l’immersion pour constater la prévalence de la corruption dans les hôpitaux publics du pays. Vêtue d'une burka de manière à être méconnaissable, elle s’est rendue en boda-boda (moto taxi) vendredi 15 septembre à l'hôpital de Naguru, dans la capitale Kampala.

"J'avais reçu de nombreuses plaintes sur le personnel de l'hôpital qui extorque de l'argent aux patients", a raconté la ministre samedi. Elle explique qu'alors qu'elle se faisait passer pour une patiente ordinaire, un médecin lui a réclamé 150 000 shillings (35 euros) pour des examens de laboratoire "qui sont censés être gratuits". "Je lui ai dit que je n'avais pas d'argent mais il a insisté", a-t-elle précisé.

Elle accuse également une infirmière de la réception de lui avoir réclamé un dessous-de-table de 5 000 shillings (1 euro) pour un test de glycémie. "Je l'ai payée et j'ai ensuite appelé la police qui a arrêté les deux travailleurs", a ajouté la ministre.

"Les soins dans cet hôpital sont gratuits, sauf dans l’aile privée, où les paiements se font directement aux caisses. À part cela, toute demande de paiement dans tous les services est faite illégalement", explique une cadre de l’hôpital de Naguru à la chaîne ougandaise NBS.

Salaires très bas

Le fait de demander de l'argent aux patients est monnaie courante dans les hôpitaux publics ougandais. Le directeur adjoint de l'hôpital, Stephen Kyebambe, a salué l’action de la ministre mais a rappelé la nécessité d’augmenter les fonds publics alloués au secteur de la santé. "De nombreux [travailleurs médicaux] gagnent environ 300 000 shillings [70 euros] par mois", précise-t-il, ajoutant que beaucoup recourraient au chantage pour arrondir leurs fins de mois. Le salaire moyen en Ouganda, où une grande majorité de la population vit de l'agriculture, est estimé à 200 000 shillings.

Sur les réseaux sociaux, les réactions étaient très partagées, de nombreux internautes pointant les salaires trop bas et le manque de médicaments dans les hôpitaux, non évoqués par la ministre. D'autres dénonçaient l'usage du voile musulman pour se déguiser.

"Je pense que la ministre de la Santé Sarah Opendi devrait prioriser l'augmentation des salaires des médecins plutôt que de les attraper en train de recevoir des pots-de-vin".

"Bien joué Sarah Opendi ! À présent déguisez vous en ninja, rendez-vous au Parlement et prenez les députés la main dans le sac alors qu'ils reçoivent de l'argent pour augmenter la limite d'âge légale du président."

L'Ouganda est l'un des pays les plus corrompus au monde, selon le classement de l'ONG Transparency International.

Avec AFP



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : France24
Commentaires : 5
Lus : 2385

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • mystere1 (F) 18/09/2017 10:44 X

    j'aime ces genres de surprises! si nos autorités étaient des responsables honnêtes, ils guetteraient tous les paresseux, fénéants qui travaillent dans les secteurs, ministères, en leur réservant des surprises désagréables, ainsi personnes ne jouera ! brave mme la ministre ougandaise !

  • Le coq (H) 17/09/2017 23:52 X

    Et dire qu'ici on veut dépénaliser le delit de corruption par ce que des journalistes qui n'ont plus droit à la publicité prennent des dessous de tables...

  • Belle Plume (H) 17/09/2017 20:27 X

    Nous connaissons ces procédés populistes et inefficaces. Le comportement d'un haut responsable, fut-il ministre, ne changera pas le comportement et la mentalité du personnel médical qu'on appelle ici "travailleurs médicaux" de façon impropre. Ce sont des opérations pour mieux se vendre.

  • leguignolm (H) 17/09/2017 19:53 X

    Madame n'était pas juste du moment où les salaires ont le calibre d'un aumône. Elle jouait à l'escroquerie ou pour mieux comprendre, elle jouait au rusé, elle cherchait d'être célèbre.

  • jakuza (H) 17/09/2017 18:26 X

    Spectaculaire mais d'autant inefficace! Ce qu'il faut c'est un personnel bien formé, recruté dans la transparence, motivé mais sous contrôle permanent. Le reste c'est du spectacle...