14-10-2017 18:00 - Imaginez Nouakchott dans 100 ans : Barcelone ou Calcutta ?

Imaginez Nouakchott dans 100 ans : Barcelone ou Calcutta ?

Les Mauritanies - Le mari de Tettou est étonné de la rapide transformation de Nouakchott. Témoin oculaire des débuts prometteurs de cette ville des bédouins, il est aujourd’hui forcé de comprendre que l’œuvre n’a pas échappé à ses fondateurs. Nouakchott est une ville sans protocole.

La notion de l’intérêt général existe, mais elle est inversée. Ainsi, alors qu’à Paris, l’espace public appartient à tout le monde, à Nouakchott, le même espace n’appartient à personne. Aussi, dés la tombée de la nuit, tous les Nouakchottois iront jeter les ordures et les eaux usées en pleine chaussée.

Dés le lendemain, ils se plaindront des puanteurs et de l’inaction de leur municipalité. Les Nouakchottois ne sont pas devenus des citadins, même s’ils s’efforcent de pérorer un bel arabe classique ou un français de l’île de France. Ils ont réussi l’exploit de faire d’une ville une juxtaposition de plusieurs villages.
Nos coutumes du bled ont été importées en entier avec tous les dommages collatéraux dont on est en mesure de deviner. La vie tribale a pris le dessus sur la vie civile, citadine. Il n’est pas rare de voir certains quartiers réservés exclusivement ou presque à telle tribu. Les cabris circulent dans Nouakchott librement et sans entrave, ce qui étonne les premiers visiteurs de notre beau pays.

Beaucoup d’hommes circulent armés, d’un fusil ou d’un gourdin. A Nouakchott, chacun vit sa vie en rançonnant les honnêtes citoyens.

L’on retrouve une belle villa à côté d’une petite tente de charbonniers, posé au beau milieu des croisements routiers pour mieux narguer les urbanistes. Dans Nouakchott la rutilante, les bolides derniers cris occupent la chaussée, à côté de courageux charretiers qui alimentent toute la périphérie de la ville. Tandis que quelques cadres attrapent froid dans leurs bureaux aux clims mal réglés, la populace risque l’inondation souterraine à tout moment.

Sur ce point, Ma&M parle en connaissance de cause, lui qui a investi des millions de nos valeureux Ouguiyas dans sa villa de Socogim PS. Du jour au lendemain, le fruit de sa vie a été envahi par les eaux, dans une puanteur relative. En digne mari de Tettou, il a repoussé l’offre d’un terrain que le gouvernement promet à ceux qui déguerpissent.

Après Socogim PS, à qui le tour ?

Que subsistera-t-il de notre belle capitale dans 100 ans ? Si rien n’est fait pour infléchir la donne actuelle, les égoûts seront plus que pleins, donnant un cadre de vie idéal aux moustiques du monde entier.

La criminalité explosera à foison puisque, en l’absence du systéme d’adressage, il est impossible à notre vaillante police, d’assurer notre sécurité. Comment surveiller les bandits et personnes dangereuses dans un environnement où les gazras poussent tous les jours ? Et puis, se demande M&M : aurons-nous de l’eau dans 100 ans ? Espérons que Nouakchott sera une Barcelone bis plutôt que Calcutta.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1590

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lass77 (H) 15/10/2017 09:41 X

    Question sélective , je crois que 100 ans c'est loin. La question générale qu'il faut poser que sera la Mauritanie dans 25 ans avec toutes ces injustices flagrantes, l'aveuglement , une jeunesse abandonnée victime de racisme, de rejet dans leur propre pays.voilà les vrais questions concernant tout le pays au lieu de comparer Nouakchott dans 100 ans par rapport Barcelone ou calcutta.