13-10-2017 08:00 - La justice de Mauritanie camoufle un nouveau scandale d’esclavage

La justice de Mauritanie camoufle un nouveau scandale d’esclavage

IRA Mauritanie - A. Des faits sans équivoque

Après une longue journée au parquet de Nouakchott-sud, le substitut du procureur de la république a fini, le 10/10/2017 par camoufler une affaire d'esclavage au premier degré.

En effet, Amadou Ousmane Diallo, jeune Peulh, travaillait dans la zone de Chami, au nord de la capitale Nouakchott ; marié à une Hartania, c’est-à-dire une femme descendante d’esclaves de maures, appelée Meimouna Mint Breika, ils élevaient, ensemble, 3 enfants, dans la commune populaire de Elmina (Nouakchott).

L’époux fut alerté par son frère Mamadou, qu'un policier répondant, au nom de Jaeffar Ould Moctar est venu, le 4 /10/2017 à la maison, pour enlever Meimouna Mint Breik et deux de ses rejetons mineurs, Khadjetou et Samba. L’agent de la force publique, auteur de la séquestration, n'est autre que le fils des maîtres de la susdite.

Après l'avoir kidnappée, il l’installait à Aghchorguit, localité située à 200 km au sud de Nouakchott, la capitale ; elle y passe quelques jours, malgré l'insistance du mari, au travers d’une plainte en bonne et due forme, auprès du commissariat 2 d'Elmina.

B. La contrefaçon habituelle

Le maître ramène son esclave, au commissariat de police Elmina 2 (Nouakchott) ; après audition, ils rentrent ensemble, au mépris du conjoint. Le lendemain, Amadou Ousmane Diallo et son frère Mamadou Ousmane Diallo sont déférés devant le procureur de la république, qui se contente de camoufler les actes avérés d’esclavage, par l’inculpation du policier, pour des « menaces » téléphoniques à l'égard du mari ; le magistrat, au nom d’un sens précaire de l’équilibre, poursuit le frère de Ousmane Diallo, de « coups et blessures et d'atteinte aux bonnes mœurs ».

Ainsi, l'affaire à été vidée de son contenu juridique, requalifiée sur le fond et la forme afin de soustraire, de la rigueur de la loi, les justiciables de pratiques de servitude ; ce faisant, il fallait, comme d’usage récurrent dans le pays, rejeter la responsabilité sur les victimes. Actuellement, le dossier se trouve entre les mains du juge d'instruction qui a mis Mamadou Ousmane Diallo et Jaeffar Ould Moctar sous contrôle judiciaire.

C. Une histoire répétée

Il convient de le relever, l’agent de police plaçait le mari de Meimouna, en demeure de choisir, entre trois options : divorcer, laisser son épouse s’installer à Aghchorguit durant une année de pension versée par lui, sinon s’exposer, lui-même, au risque d’un emprisonnement à vie. A la faveur de l’évènement, les témoins assistaient, en plein jour, au spectacle d’une famille d’esclavagistes, s’efforçant d’arracher une femme à son mari, sur les marches du Palais de justice.

D. Conclusion

Nous lançons un appel aux forces vives mauritaniennes espérant un lendemain meilleur, la concorde social et la paix civile, représentées par les organisations civiles et politiques, à s'exprimer sur cette propension du régime de Ould Abdel Aziz a blanchir inexorablement les crimes contre l'Humanité que sont les pratiques esclavagistes.

Nous appelons la communauté internationale: organisations non-gouvernementales de défense de la dignité humaine et les organismes sous-régionaux et internationaux: Commission Africaine des droits de l'Homme et des Peuples, Union Africaine, Union Européenne, les Nations Unies et leurs différents rapporteurs spéciaux sur tous les compartiments des droits humains, a mettre en accusation publique le régime mauritanien réfractaire aux principes élémentaires de la dignité humaine, un régime méprisant ses propres lois et piétinant les engagements et conventions internationales qu'il a lui même ratifié.

Le régime du général Mohamed ould Abdel Aziz a atteint le stade suprême d'impunité des crimes inhumains qui justifie sa mise au banc des Nations.

Nouakchott, le 12/10/2017

La commission de communication



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : IRA Mauritanie
Commentaires : 4
Lus : 3624

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • SAF-B.F.L. (F) 15/10/2017 20:20 X

    HÉÉ BONNET YOO! Comme disait Sankara: « L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère . » Point de BLA_BLA_! HÉÉ BONNET YOO!

  • Selmedine (H) 14/10/2017 01:55 X

    L'esclavage en Mauritanie c'est du mensonge .C'est un moyen de se faire renflouer les poches par birmane et ses acolytes negro flamistes

  • zombie (H) 13/10/2017 22:14 X

    mohamed ne fait pas semblant de ne pas connaître ce qui se passe en Mauritanie,cette histoire est bien réelle les autorités mauritaniennes protègent les esclavagistes vu que eux même détiennent des esclaves chez eux

  • mohamed w.l (H) 13/10/2017 10:25 X

    un mensonge qui ose aujourd’hui enlever une personne même avec la complicité de l Etat soyons raisonnable