13-10-2017 08:45 - « Shipeko » à tous les niveaux

« Shipeko » à tous les niveaux

Mauriweb - Personne ne connait avec certitude l’étymologie de ce terme générique qui est devenu sans doute l’un des plus usité du jargon économique et financier de la "Mauritanie nouvelle". Mais dans son sens commun, il veut dire emprunter au-delà du raisonnable et à des taux vertigineux.

Le retrait de l’agrément de Tamkeen Bank par le Conseil monétaire de la Banque Centrale de Mauritanie, a remis à l’ordre du jour les polémiques autour du système financier, ses tares et ses insuffisances.

Tous ont encore en mémoire le naufrage de la Maurisbank, la fermeture et le départ fracassant de QNB et le traitement peu amène infligé à la GBM il y a deux ou trois ans.

Personne ne s’explique la prolifération des institutions financières (18) que rien dans la vigueur de l’économie du pays, ne saurait justifier. Le Sénégal en compte 15, le japon 7, l’Inde 11, le Maroc 15, les Etats unis 19). Cependant malgré ce nombre considérable de banques primaires, les nouveaux hommes d’affaires de l’entourage du président Mohamed Ould Abdel Aziz ont recours au système des Shipeko pour se financer en ouguiya.

Pendant ce temps la même opération à lieu à plus grande échelle, pour le pays tout en entier. C’est une autre forme de Shipeko, dans la mesure où l’actuel régime s’endette frénétiquement en dollars auprès de bailleurs non conventionnels (Chine, Inde Iran Soudan Turquie et Brésil) à des taux d’intérêts astronomiques. Le niveau d’endettement de la Mauritanie est devenu insoutenable, il a atteint 93 % du produit intérieur brut (PIB), soit environ 5 milliards de dollars, selon Masood Ahmed, directeur du département Moyen Orient, Asie centrale et Afrique du Nord du fonds monétaire international (FMI).

S’exprimant, en marge des assemblées annuelles de la banque mondiale (BM) et du FMI, l’expert a souligné que la dette extérieure de la Mauritanie dépasse la moyenne africaine qui est de 50 % du PIB.

Selon la rapport 2016 de la BCM qui ne prend pas en compte la dette du au Koweit, l’encours de la dette extérieure globale a atteint en 2016, USD 3889,8 millions, enregistrant ainsi une progression de 1,4% par rapport à son niveau de 2015. Rapportée au PIB, la dette extérieure publique s’est établie en 2016 à 82,1%.

L’encours de la dette bilatérale, à fin 2016 s’établit à USD 1490,0 millions, dont 26,7% à la Chine seule. Les charges de la dette extérieure publique au titre de l’année 2016 se sont élevées à USD 250,0 millions, enregistrant une augmentation de 5,7% par rapport à l’année dernière.

La structure du service de la dette extérieure montre que 40,4% des paiements ont été effectués au bénéficie des créanciers bilatéraux en 2016 contre 39,7% en 2015.

Alors après avoir expérimenté, avec « succès » Shipeko au niveau national, avec diverses fortunes, voilà aujourd’hui que notre gouvernement en fait un concept utilisé sans parcimonie sur le marché financier international.

B.C




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2186

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • almoudo3 (H) 13/10/2017 18:56 X

    On comprend maintenant pourquoi la derniere semaine le gouvernement a change la politique douniere par rapport a l age des importations de voitures.N importe quelle voiture est permis d importer sur le sol mauritanien. c est juste pour encaisser de L argent et qui ne va jamais etre depense pour le bien de la nation mais plutot va directement dans les poches des ministres, des directeurs et des hommes d affaires et aux femmes bordelles

  • mohamed w.l (H) 13/10/2017 10:33 X

    svp si vous aviez compris expliquer nous moi rien compris

  • Lebatmohamed (H) 13/10/2017 09:20 X

    Pour avoir une idée de la rapidité avec laquelle ce régime a endetté le pays , il faut rappeler qu'en 2007 notre pays avait obtenu une annulation de notre dette multilatérale qui ramène le niveau de l'endettement de la mauritanie à moins de 2 milliards de dollars . En quelques années seulement la gestion du president Aziz a porté la dette extérieure à plus de 5 milliards de dollars !? Ce sont les jeunes d'aujourd'hui qui devrait payer demain l'argent que ce régime a dilapidé dans des projets mal étudiés et des commissions sur des marchés de gré à gré accordés au cercle restreint restreint des proches de Aziz qui sont devenus milliardaires du jour au lendemain teks que Feil , O Baya, Zein Elabidine ...