27-10-2017 19:45 - Limitation des naissances : quand l’Afrique fait peur à l’occident

Limitation des naissances : quand l’Afrique fait peur à l’occident

BENIN WEB TV - « Quand des pays ont encore aujourd’hui sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ». Telle est la réponse du Président Français, Emmanuel Macron à la question d’un Plan Marshall pour l’Afrique lors du dernier Sommet du G20, qui s’est tenu en juillet à Hambourg en Allemagne.

À l’époque, les propos du nouveau locataire de l’Élysée, ont tôt fait de sonner comme une nouvelle croisade de l’occident envers le continent noir si l’on fait référence au passé colonial liant la France à l’Afrique.

Suscitant ainsi la colère et l’indignation de nombres d’africains à travers le monde, cette déclaration de Macron sur les causes du sous-développement africain tire tout de même la sonnette d’alarme sur les plausibles conséquences que peuvent entraîner la poussée démographique de l’Afrique sur la vie économique des pays occidentaux dans le futur.

De cette nouvelle poussée démographique africaine, on est tenté de dire que la démographie galopante constituera prochainement l’un des défis majeurs à relever par les occidentaux afin d’asseoir de plus bel leur hégémonie sur le continent noir.

Des indices démographiques africains inquiétants pour l’Occident.

Tous les voyants démographiques sur l’Afrique sont aux rouges. La plupart des indicateurs sur la poussée démographique africaine, décrivent la situation alarmante. En effet, selon un rapport de l’Unicef publié en 2014, 40 % des enfants de moins de cinq ans dans le monde vivent sur le continent africain.

A l’horizon 2050, un quart de la population mondiale sera africaine.

Ce chiffre étonnant s’appuie sur une projection calculée par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Toujours selon ce même rapport intitulé : “Génération 2030 / Afrique”, la population du continent, qui compte actuellement 1,2 milliard d’habitants, devrait doubler d’ici le milieu du siècle et atteindre 4,2 milliards d’ici 2100. La part des africains dans la population mondiale sera alors de 40%.

Le cas du Sahel est particulièrement parlant. Voilà en effet une région incapable de nourrir ses habitants et où la population double quasiment tous les 20 ans en raison d’un accroissement de 3,9% par an et une moyenne de 7,6 enfants par femme. En 2040, cette région fragile, en voie de désertification et aux ressources plus que limitées, devra ainsi faire vivre plus de 150 millions d’habitants.

En 2016, le taux de fécondité en Afrique est estimé à 4,7 enfants par femme, contre une moyenne mondiale de 2,5.

Notons que le record mondial de la fécondité appartient au Niger avec 7,6 enfants par femme en 2012. Aussi la population de l’Afrique est très jeune : 41 % a moins de 15 ans. Plus critique encore, l’Ouganda et le Niger sont les pays les plus jeunes au monde : 49 % des habitants ont moins de 15 ans.

Contrairement, une récente étude scientifique publiée dans la revue Human Reproduction Update, révèle que non seulement la qualité du sperme décline mais aussi sa quantité s’est réduite dans les pays occidentaux. La situation inquiète surtout l’Occident qui voit la population africaine augmentée.

Au-delà de la poussée démographique : la question migratoire

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en Août 2011, la Jamahiriya Arabe (Libye) est en proie à la violence et à la décomposition. D’une part, ce pays qui servait de grenier pour contenir les flots de millions de migrants africains vers le Vieux continent (Europe) en n’est devenu un point de passage principal.

Aussi faut-il remarquer que l’apparition des réseaux terroristes en Afrique de l’Ouest (comme Boko Haram, Aqmi au Sahel, Ansar Dine au Mali) et dans la corne de l’Afrique (Le cas Shebab au Somalie) explique la montée de la migration africaine vers l’Europe.

Les problèmes liés au chômage dû aux manques d’emplois et à l’augmentation sans cesse croissante de la population, ont poussé la plupart des jeunes africains à tenter l’aventure occidentale. Ainsi, la question de la migration se pose avec acuité et véhémence pour l’Europe qui s’y voit contraindre.

Malgré les vagues déferlantes de la Méditerranée, des milliers d’africains à la recherche du mieux-être, arrivent chaque jour en Europe. Créant ainsi des problèmes aux pays de l’Union Européenne, ceux-ci s’interrogent à leur tour sur comment il faudrait réduire considérablement cette poussée démographique africaine. C’est dire que la Catastrophe prophétique annoncée par Kadhafi dans une de ses missives à l’Occident en Mars 2011, est en train de se réaliser sur l’Europe.

En France, les interrogations sur la démographie africaine riment étroitement avec la question des migrations ; elles suscitent mélancolie et compassion devant les drames qui se jouent en Méditerranée tout en alimentant des peurs. La présence au sud de l’Europe de deux milliards d’africains dans une génération, inquiète particulièrement les occidentaux.

Que font les occidentaux en la matière ?

La survie économique de l’Occident dépend largement de la démographie africaine. Les Européens craignent surtout le manque de ressources en qualité et en quantité suffisante que générerait un envahissement des migrants africains. L’Union Européenne se sent dépasser par les événements. Ne pouvant pas accueillir tous les migrants africains, elle est obligée de recourir aux États africains.

Les occidentaux sont désormais aptes à financer toutes les politiques africaines en matière de limitation des naissances.

Sur le continent, plusieurs ONG financées par ces derniers travaillent déjà dans le domaine de la planification familiale. Elles expliquent aux femmes africaines la nécessité d’espacer les naissances et de faire moins d’enfants. Même les Parlements africains sont sollicités pour les besoins de la cause. La dernière résolution du Parlement de La Cédéao suite aux déclarations du Président Français, Emmanuel Macron en est un exemple palpable.

Les parlementaires de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 pays), de la Mauritanie et du Tchad ont affirmé vouloir limiter à trois, le nombre d’enfants par femme afin de faire baisser de moitié, d’ici 2030, le taux de fécondité le plus élevé au monde que détenait l’Afrique Subsaharienne. L’enjeu est crucial et les pays occidentaux s’y attellent déjà pour limiter la poussée démographique africaine.

De quoi parlent-ils ?

En vérité en vérité, ces parlementaires de la Cédéao, de la Mauritanie et du Tchad, qui comme des enfants de chœurs reprenant le cantique du maître colon se sont précipités pour prendre une résolution, ignorant tout de même l’importance de la poussée démographique dans le développement d’une Nation.

Il est à remarquer que les douze (12) pays les plus riches du monde avec leurs populations (USA, Chine, Japon, Allemagne, Angleterre, France, Inde, Brésil, Italie, Canada, Corée du Sud, Russie) représentent à eux seuls 3,9 milliards d’habitants sur les 7.55 milliards de la population mondiale (soit 60% environ). Ce qui représente le triple de celle de l’Afrique. De quoi parlent-ils ?

Le problème de notre continent n’est pas démographique mais Néo-colonial.

La poussée démographique est un important facteur de développement et le continent africain à toutes les chances de devenir l’une des premières puissances mondiales dans quelques années.

Chèr(e)s parlementaires de la Cédéao, du Tchad et de la Mauritanie à chacun de tirer sa propre conclusion pour en déduire les enjeux des débats que suscitent les questions des facteurs démographiques en Afrique.

Ozias Houngue



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : BENIN WEB TV
Commentaires : 1
Lus : 851

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mauritanievive (H) 27/10/2017 20:08 X

    quelqu un qui n a rien compris au dividende demographique , pour se developper l;afrique devrait maitriser le taux de natalite et donner le droit aux femmes de participer a l;economie en la dsortant de la case de genitrice uniquement, les pays developpes qu il cite ont maitrise leur planification familiale depuis un siecle . halte a la demagogie.