03-11-2017 21:00 - Appel pour la libération de Moussa Bilal Biram et Abdallahi Matala Saleck

Appel pour la libération de Moussa Bilal Biram et Abdallahi Matala Saleck

Freedom United - Depuis plus d'un an, les activistes mauritaniens anti-esclavagistes Moussa Bilal Biram et Abdellahi Matalla Saleck sont détenus dans une prison du désert saharienne à Bir Moghrein.

La prison, plus communément utilisée pour héberger les condamnés à mort, se trouve dans une région reculée du pays, à 1 200 km de la capitale Nouakchott où ils vivent. Alors qu'ils sont en détention, Moussa et Abdellahi auraient été torturés et auraient été blessés dans des positions douloureuses pendant des heures à la fois.(1)

Pourquoi Moussa et Abdellahi souffrent-ils dans une prison éloignée sans possibilité réaliste de visites de leurs avocats ou de leurs proches? Simplement pour dénoncer l'esclavage.

Ils ont été reconnus coupables, entre autres accusations, d'incitation à des émeutes et d'une rébellion violente contre le gouvernement. Cependant, aucune preuve de ces crimes n'a été fournie au procès.(2)

Nous pensons que les autorités ciblent Abdellahi et Moussa parce qu'ils sont des membres influents de l'organisation anti-esclavagiste mauritanienne, l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA). Moussa et Abdellahi sont innocents et n'auraient jamais dû être détenus, inculpés ou reconnus coupables de ces crimes, mais ils sont persécutés en tant que militants anti-esclavagistes. Leur cas a récemment été renvoyé à la Cour suprême de Mauritanie et attend d'être arrêté.

Nous demandons au ministre de la Justice de Mauritanie de réinstaller immédiatement Moussa et Abdellahi dans une prison de la capitale Nouakchott, en attendant leur audience devant la Cour suprême, qui devrait leur accorder une libération immédiate et inconditionnelle.

Depuis la création de l'IRA en 2008, le gouvernement mauritanien a refusé de légitimer le travail du groupe pour mettre fin à l'esclavage et arrête régulièrement ses membres pour diverses accusations spécieuses, comme l'appartenance à une organisation non reconnue(3).

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement mauritanien tente de faire taire les militants anti-esclavagistes. En 2014, beaucoup d'entre vous ont soutenu notre campagne pour la libération du président de l'IRA, l'activiste anti-esclavagiste Biram Dah Abeid. Près de 400 000 sympathisants de Freedom United comme vous ont pris part et notre soutien et notre pression pour réexaminer son cas ont eu un impact énorme! (4) La Cour suprême de Mauritanie a statué en faveur de Biram en mai 2016 et il a été libéré.

Relocaliser Moussa et Abdellahi dans une prison plus sûre près de Nouakchott n'est que le premier pas sur la voie de la justice pour ces hommes. Ils sont innocents de ces crimes bidon et leur détention, en particulier dans une région comme Bir Moghrein, est ciblée et totalement injustifiée. Nous voulons finalement voir Abdellahi et Moussa totalement disculpés et libérés.

La pression internationale peut avoir un impact réel sur le droit des militants de s'exprimer en Mauritanie. Si nous pouvons tirer parti de la pression mondiale pour le cas de Moussa et Abdellahi, le ministre de la Justice saura que le monde regarde - créant un espace d'organisation plus sûr pour les autres militants qui luttent contre l'esclavage et la discrimination de caste en Mauritanie. C'est pourquoi il est plus important que jamais que nous défendions Moussa et Abdellahi et que nous les déplacions avant leur audience devant la Cour suprême afin qu'ils puissent avoir accès à leurs avocats et à leurs familles et recevoir les soins dont ils ont besoin.

La Mauritanie est devenue le dernier pays au monde à abolir l'esclavage par ordre présidentiel en 1981, mais il a fallu beaucoup de temps avant que les lois criminelles soient adoptées pour réprimer la pratique quotidienne de l'esclavage. En raison de la pression mondiale, la Mauritanie a finalement adopté une loi en 2007(5) punissant ceux qui considèrent les autres comme des biens et a ensuite renforcé la loi en 2015, mais elle a rarement été appliquée. Les militants anti-esclavagistes en Mauritanie continuent à vivre dans la peur que s'ils travaillent ouvertement, ils seront confrontés à la même persécution que Moussa et Abdellahi.

Allez-vous vous joindre à nous pour demander au gouvernement mauritanien de relocaliser Moussa et Abdellahi en attendant leur audience devant la Cour suprême - l'organe ayant le pouvoir d'ordonner leur libération immédiate?

Notes:

1. https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/09/mauritanie-ma-revolte-contre-le-systeme-esclavagiste ↩

2. https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/09/mauritanie-ma-revolte-contre-le-systeme-esclavagiste/ ↩

3. https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/09/mauritanie-ma-revolte-contre-le-systeme-esclavagiste/ ↩

4. https://www.freedomunited.org/advocate/mauritania/#updates-info ↩

5. https://www.newyorker.com/magazine/2014/09/08/freedom-fighter ↩





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Freedom United
Commentaires : 2
Lus : 1228

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Selmedine (H) 03/11/2017 22:53 X

    Les salafisyes ont ele emprisonnes dans la base de sarah done a 700 km au nord , les de tourneurs sont à bir Mogrein . Pourqu'oi s'alarme t on sur des meneurs d'émeutes qui ont semé la terreur et l'anarchie

  • Kemet-Seth88 (H) 03/11/2017 22:44 X

    il n'y a pas d'esclavage en Mauritanie, n'est esclave que celui qui le désir. deux "militants" en manque d’héroïsme se servent d'une étiquette pour se faire voir par la communauté internationale qui n'a que faire de la Mauritanie alors Monsieur de l'IRA allez vous faire pendre ailleurs. nous avons un pays a développer