05-11-2017 09:54 - Non à l'impunité des crimes de Génocide en Mauritanie

Non à l'impunité des crimes de Génocide en Mauritanie

Le Calame - Amie(s), Ami(s), Nous, Forces de libération africaines de Mauritanie (F.l.a.m), vous soumettons la présente pétition pour encourager les victimes du génocide contre les Noirs de Mauritanie à résister à une énième provocation de la Justice des vainqueurs.

En effet, Mohamed Ould Abdel Aziz entouré de génocidaires, dont quelques uns se sont rendus coupables des pendaisons racistes du 28 novembre 1990, s' apprêtent à aller parader chez leurs victimes pour célébrer cette funeste date, pour eux Anniversaire de l'indépendance de la Mauritanie, pour les Noirs de Mauritanie, Jour de deuil et de communion avec les martyrs du Racisme.

En signant la présente pétition, non seulement, vous encouragez les victimes et les ayants de droits à retrouver un peu dignité de ne plus se sentir seuls, mais, en plus vous communiez avec nos Morts.

Nous, Forces de libération africaines de Mauritanie.

Appel à signatures :

Faire de la journée du 28 novembre, Jour de Deuil.

Le 28 Novembre ne peut plus jamais être ce jour d'optimisme où les Négro-mauritaniens du Waalo Barak, du Fuuta Tooro et du Gidimaxa et les Arabo-berbères étaient libérés du joug du colonialisme français.

Depuis le 28 novembre 1990, ce grand jour de libération du colonialisme s'est transformé en un Jour de douleur et de grande souffrance, un Jour de larmes, un Jour de deuil, de tristesse pour toutes celles et pour tous ceux qui ont perdu des êtres chers. Un Jour de deuil pour toutes et pour tous les Négro-mauritaniens.

L'Etat mauritanien a pendu dans la nuit du 27 au 28 novembre 1990 à Inal 28 militaires parce qu'ils étaient Noirs et non Arabo-berbères :

1- l'Adjudant-chef Abdoulaye DJIGO

2- 1ére classe Samba Baba NDIAYE

3- 1ére classe Samba Oumar NDIAYE

4- 1ére classe Ibrahima DIALLO

5- 1ere classe Mamadou Hamadi SY

6- Sergent Mbodj Abdel Kader SY

7- 2éme classe Samba Demba Coulibaly

8- 2éme classe Demba DIALLO

9- 1ére classe Amadou Saïdou THIAM

10- 1ére classe Mamadou Oumar SY

11- 1ére classe Abdarahmane DIALLO

12- 1ére classe Mamadou Ousmane LY

13- Caporal Mamadou Demba SY

14- Soldat Alassane Yéro SARR

15- Caporal Amadou Mamadou BAH

16- Sergent-chef Lam Toro CAMARA

17- Sergent chef Souleymane Moussa BAH

18- 2éme classe Oumar Kalidou BAH

19- Sergent Amadou Mamadou THIAM

20- Sergent Samba SALL

21- 2éme classe Abdoulaye Boye DIALLO

22- 1ére classe Cheikh Tidiane DIA

23- 2éme classe Samba Bocar SOUMARE

24- 1ére classe Moussa NGAÏDE

25- 1ére classe Ciradio LÔ

26- 1ér e classe Demba Oumar SY

27- Sergent Adama Yero LY

28- Caporal Djibril Samba BAH

Ces 28 Négro-mauritaniens ont été pendus par « leurs frères d'armes » Arabo-berbères dans la nuit du 27 au 28 novembre 1990 au camp d'Inal (situé du Nord-ouest de la Mauritanie) pour fêter le 30ème anniversaire de l'indépendance de notre pays.

L'Etat raciste mauritanien veut aller parader avec ses Milices dans la ville légendaire de Kaédi.

Nous, signataires du présent appel, par devoir de mémoire et exigence morale, demandons solennellement à toutes celles et à tous ceux qui aspirent à l'unité de notre pays, la Mauritanie, à toutes celles et à tous ceux qui croient scrupuleusement au respect des droits humains :

- de faire désormais de la journée du 28 novembre, un jour de deuil à la mémoire des victimes du racisme et du chauvinisme d'état arabo-berbère contre la Mauritanie. Que ce jour soit pour nous un jour de Grande Communion avec toutes les victimes de la barbarie raciste anti-noir exprimée par le Système fasciste arabo-berbère.

Ce jour, chacune et chacun à Kaédi, et dans toutes villes, villages et hameaux du Sud meurtri, doit se consacrer à la communion avec les 28 martyrs pendus à Inal, au refus de participer la réjouissance des auteurs et des commanditaires de cette barbarie raciste qui continuent de vivre impunément en Mauritanie.

Cet appel est donné à signature. Les noms des vingt huit premiers signataires symboliseront les vingt huit pendus dans la nuit du 27 au 28 novembre 1990.

Pour signer la pétition cliquez sur:

https://nonalacelebrationdu28novembvreakaedi.unepetition.fr/




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1990

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • salloumar (H) 05/11/2017 19:47 X

    Une pensée pieuse pour ces victimes innocentes d'un ethnocide barbare et lâche sans précédent en Mauritanie.Aux veuves et orphelins nous renouvelons notre solidarité totale et notre serment de continuer la lutte à vos cotés jusqu’à la traduction de ces monstres coupables devant les tribunaux. Non à l'impunité, non à l'oubli et non à l'injustice. Salam. Oumar Débé

  • lejuste (H) 05/11/2017 16:44 X

    Faites vous voir ailleurs marchands de haine.. s'il y a eu mort d'homme c'est a cause de vos idees sordides qui ont fait sombrer ce peuple dans l'horreur et quand les problemes ont eclate, vous avez pris vos jambes avos cous et en vrais laches, vous etes partis gagner votre vie en marchandant la chaire de vos freres et maintenant que votre pactole diminue chaque jour, vous recidivez pour trouver une justification pour nouvel exile. Vous n'avez pas honte d'avoir vendu vos peres,meres et soeurs par le passe?. Vous ne voulez pas que ce peuple vive en paix??? Allez vous faire foutre avec vos slogans haineux et raciste. La haine a laquelle vous ibcitez vous emportera cette fois ci et sans retour.

  • jakuza (H) 05/11/2017 16:34 X

    Samba Thiam doit se prononcer sur cet article signé Flam! Peut-on considérer son projet de parti comme crédible quand il laisse passer ça sans réagir?

  • samba el bakar (H) 05/11/2017 14:11 X

    Chaque environnement socioculturel a eu des poubelles dans son Histoire.Mais pour éviter de les remuer tout le temps, il est plus que nécessaire de reconnaître leur existence et leur contexte.Cela est une condition pour pardonner les forfaits mais sans jamais les jeter aux oubliettes afin que leur répétition ne survienne, soit par vengeance pour les victimes soit par conservation pour les auteurs afin de se mettre toujours à l' abri d' un fatal retournement de situation.L' approche dans l' affaire des événements cités est d'éviter une accusation de la communauté beydane pour les crimes commis par une équipe en un moment donné.Bien sûr,les auteurs non repentis et les négationnistes qui continuent à approuver doivent être logés à la même enseigne que les tortionnaires et autres criminels. Quand 27 ans après les faits ont trouve encore les mêmes théoriciens de la haine qui, s' appuyant sur des thèses de soi-disant historiens,brandissent l' épouvantail du péril noir sans être inquiétés,il est difficile d' éviter l' amalgame.Déjà des voix se font entendre pour dénoncer les exactions anciennes et l' exclusion actuelle et c'est là un soubassement pour reconstruire un pays unifié et juste .Mais le passage obligé est de mettre des noms et des visages aux bourreaux et aux victimes pour pouvoir se regarder en face dans une rencontre inclusive de clarification.Ici se situe le devoir de mémoire que le Pouvoir doit initier en se séparant de ceux qui prennent en otage le pays pour leur profit égoïste.Les différentes composantes de la Nation Mauritanienne peuvent vivre en parfaite entente dans le respect de leur diversité ethnique et culturelle.Jouer sur la division pour mieux régner est devenu très dangereux pour les promoteurs de cette attitude dans ce Pays car les cloisonnements qu'on tente d' ériger ne sont plus aussi étanches que ça.