09-11-2017 11:11 - Mauritanie : Mohamed Ould Abdel Aziz prépare-t-il un hold-up constitutionnel ?

Mauritanie : Mohamed Ould Abdel Aziz prépare-t-il un hold-up constitutionnel ?

Le Grand Soir - Supprimer le Sénat. Si le débat est un vieux serpent de mer en France, d’autres pays ne s’embarrassent pas des mêmes précautions. A l’image de la Mauritanie, ce pays d’Afrique de l’Ouest dont les électeurs ont voté, le 6 août dernier, pour la suppression de la Chambre haute du parlement.

Un referendum proposé par le président Mohamed Ould Abdel Aziz, selon qui le Sénat mauritanien était « inutile et coûteux », où le « oui » a remporté 85% des suffrages exprimés.

Il s’agit donc d’un véritable plébiscite pour le potentat local, arrivé au pouvoir en 2008 à la faveur d’un énième coup d’Etat – la Mauritanie n’a jamais connu de transition politique pacifique depuis son indépendance, en 1960. Et ce même si à peine un peu plus de la moitié des électeurs (54%) se sont rendus aux urnes.

L’opposition dénonce la répression

L’opposition à Mohamed Ould Abdel Aziz, qui avait appelé au boycott du referendum, a une toute autre lecture du scrutin d’août dernier. La victoire du président va renforcer ses pouvoirs, la suppression du Sénat n’étant compensée que par une meilleure prise en compte théorique des conseils régionaux et religieux, dans un pays dont la population est presque exclusivement de confession musulmane. Elle ouvre surtout la voie à un maintien de Mohamed Ould Abdel Aziz au pouvoir, dénoncent les militants locaux en faveur des droits de l’homme. La Constitution mauritanienne interdit en effet à un président de se présenter trois fois devant les électeurs. Or Abdel Aziz a déjà été réélu en 2014.

Autant de critiques que balaie le régime. Durant le scrutin, déjà, les rues de Nouakchott, la capitale, étaient quadrillées par les forces de l’ordre. Une manière pour le pouvoir de se rappeler aux bons souvenirs de l’opposition. Mais le succès du referendum ne semble pas avoir calmé les ardeurs répressives de Mohamed Ould Abdel Aziz. Le 5 octobre dernier, alors que de nombreux anciens membres du Sénat dissout manifestaient dans les rues de la capitale, la police a fait usage de la force, dispersant dans la violence les protestataires.

Quatorze partis de l’opposition ont dénoncé cette répression. Critiquant les « politiques catastrophiques » menées par le régime, le Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU), qui les fédère, avait appelé à une mobilisation « pour la restauration du processus démocratique (..) et l’imposition d’un changement démocratique et pacifique dans le pays ». En vain, semble-t-il. « La répression des sénateurs, (...) des journalistes et hommes d’affaires, leur emprisonnement (...), la répression des activités menées par les partis politiques, l’interdiction des manifestations de la jeunesse (témoignent) de l’approche dangereuse du régime visant à prendre en otage le pays », a déclaré le FNDU dans un communiqué.

Le changement de drapeau, nouvelle pantalonnade du régime

Les électeurs mauritaniens étaient également appelés, lors du referendum, à se prononcer sur l’adoption d’un nouveau drapeau national. Une lubie présidentielle, Mohamed Ould Abdel Aziz souhaitant ajouter deux bandes rouges à l’étendard vert arborant l’étoile et le croissant islamiques. La raison invoquée ? Symboliser le sang, « les efforts et le sacrifice » des patriotes tombés lors du processus d’indépendance du pays, autrefois colonie française.

Problème, ce processus s’est déroulé sans que la moindre goutte de sang ne soit versée. Il s’agit donc d’une erreur historique, voire d’une instrumentalisation des luttes décoloniales à des fins politiciennes. « Nous devons éviter ces débats ridicules et vains », a ainsi jugé l’ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ahmedou Ould Abdallah. D’autant plus qu’un tel changement entraîne mécaniquement de nombreuses dépenses inutiles (remplacement des drapeaux sur les bâtiments officiels, les frontières, les uniformes, les formulaires administratifs ou encore les pièces d’identité et passeports), dans un pays qui reste l’un des plus pauvres au monde : en Mauritanie, le revenu moyen est de 850 euros par an...

Les fixettes d’Abdel Aziz n’ont pourtant pas de quoi faire sourire. Dans le passé, le président mauritanien a déjà démontré le peu de cas qu’il faisait de la démocratie. Sa réélection, en 2014, a ainsi été marquée par de nombreuses irrégularités, le dictateur s’arrogeant le score improbable de 82% des voix exprimées. Un « bon » électoral de presque 30% en quelques années, le président n’ayant, en 2009, reçu que 52% des suffrages. A l’image du dernier referendum, l’opposition avait boycotté ces deux scrutins.

Philippe Servoz



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 3141

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • samba el bakar (H) 09/11/2017 13:38 X

    Quelle question,le hold up constitutionnel est bien en cours et poursuit son petit bonhomme de chemin.La prochaine étape est la descente dans la rue d'une bande de "fauteurs de trouble" grassement payée par le pouvoir et ainsi sera instauré l' État d'urgence pour rétablir l'ordre. On adressera à l'opinion internationale le discours soporifique du genre "barrer la route au terrorisme régional".On suspend la constitution avec mise sous verrous des dirigeants de l'opposition radicale pour lesquels on aura trouvé au passage une liaison avec des ennemis de l'Extérieur .Et pour conclure en beauté,on désigne une commission ad hoc bien sous la botte pour rédiger une nouvelle Constitution taillée sur mesure permettant au Président des pauvres de rester au pouvoir ad vitam aeternam.Facile Watson,Maduro et sa Constituante sont distancés largement.Nous visons du Mugabe point tiret.