11-11-2017 13:12 - VIDEO. Mauritanie : un blogueur grâcié, les fidèles protestent

VIDEO. Mauritanie : un blogueur grâcié, les fidèles protestent

TV5 MONDE - En 2014, le blogueur Chek Ould M'keithir est condamné à la peine de mort pour un article jugé blasphématoire. Hier, sa peine était réduite à deux ans de prison en appel.

Aujourd'hui, les fidèles protestent et le parquet mauritanien se pourvoit en cassation. Suite - et fin ? - d'un long feuilleton judiciaire qui a exposé Nouakchott à de fortes pressions internationales.

Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir - également identifié comme Mohamed Cheikh Ould Mohamed - a quitté ce 10 novembre la ville de Nouadhibou, dans le nord-ouest de la Mauritanie, où il a passé près de quatre ans en détention préventive. Au terme de son procès en appel, il aurait regagné la capitale Nouakchott, où il se trouverait dans un bâtiment de la gendarmerie, qui assure sa protection, avant un possible départ à l'étranger.

L'accusation ne lâche rien

Car à la suite de la décision du tribunal de ce 8 novembre, le parquet général du tribunal de Nouadhibou a immédiatement déposé un recours en cassation devant la Cour suprême. Un pourvoi qui vise à imposer les réquisitions du procureur qui avait demandé la confirmation de la peine capitale, selon le texte.

L'accusé est un musulman âgé d'une trentaine d'années, en détention depuis janvier 2014 pour un article sur internet taxé de blasphème envers le prophète de l'islam. Le parquet général souligne que "le pouvoir judiciaire est la seule autorité compétente pour trancher juridiquement les affaires portées devant la justice", même si l'annonce du verdict jeudi a été couverte par le brouhaha de partisans d'une nouvelle condamnation à mort.

Les fidèles pour la peine de mort

Répondant à des appels sur les réseaux sociaux pour faire de vendredi un jour "de la colère", des fidèles ont tenté de se rassembler dans plusieurs endroits de la capitale, notamment à proximité la mosquée centrale, où la prière du vendredi s'est déroulée sous haute surveillance policière. Les manifestants portaient des pancartes "Au secours de notre prophète", "Condamnez le criminel à mort", "La potence, pas la liberté" en criant des slogans appelant à la "reprise du procès du blasphémateur" et à sa condamnation à mort.

Ils ont tenté de marcher sur le siège de la présidence de la République, mais en ont été empêchés sans ménagement par les forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et de matraques, et procédé à des interpellations. Deux heures après le début des manifestations, des escarmouches avaient toujours lieu entre manifestants et policiers dans le centre de la ville.

Inquiétudes pour les droits de l'homme

Le jeune homme avait été reconnu coupable d'apostasie et condamné à mort le 24 décembre 2014 par la Cour criminelle de Nouadhibou. Le 21 avril 2016, la Cour d'appel de Nouadhibou avait confirmé la peine de mort mais en requalifiant les faits en "mécréance", une accusation moins lourde prenant en compte le repentir de l'accusé, puis renvoyé son dossier devant la Cour suprême. Celle-ci avait ordonné un nouveau procès devant une Cour d'appel autrement composée.

La peine capitale n'a plus été appliquée en Mauritanie depuis 1987. Cette affaire est le premier cas de condamnation à mort pour apostasie dans le pays. Elle a soulevé une vague d'inquiétude des organisations de défense des droits de l'Homme.

TV5MONDE Avec AFP







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : TV5 MONDE
Commentaires : 6
Lus : 2493

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • bahdah (H) 13/11/2017 11:26 X

    sans doute ould M'kheitir mérite d’être condamné à la peine capitale mais Ould Meyn insolant avocat doit lui aussi être jugé sans clémence

  • mystere1 (F) 13/11/2017 09:14 X

    exact ! bien dit @foutatoro, nous sommes bel et bien dans le pays du nifagh, il y'en a dans ce pays qui ont faits des actes pires que ce jeune homme, donc cette stupide et insensée manifestation de mécontentement est inutiles, aimer le prophète, tous musulman l'aime, le problème n'est pas cela, la question est d'appliquer réellement sa souna, chose que la plupart des musulmans du monde n'ont pas réussi, en particulier dans notre pays.

  • foutatoro (H) 11/11/2017 19:16 X

    Bande d'hypocrites !!! Le pays de l'hypocrisie (en TOUT) par excellence !

  • brabak (H) 11/11/2017 16:18 X

    Tous les pays démocratiques sont prêts à t'accueillir.Tu était devenu un vraie patate chaude entre les mains d'Aziz et sa bande.Rejoins vite tes parents et prépare toi à te présenter aux prochaines élections présidentielles.

  • Noirhartani (H) 11/11/2017 16:14 X

    Depuis le début jusqu’à présent, aucun d’entre eux n’a raté son repas pour le prophète, ils n’y à jamais eu de mort, de blesser grave ou de dégât matériel pour protéger et défendre les valeurs du prophète Mohamed (PSL), aucun n’a perdu son boulot, fermer sa boutique ou être en retard de son travail pour défendre le prophète, ils ferment les boutiques par crainte des bandits qui prennent leurs marchandises, ils ne parlent que devant les télévisions et dans les studios de radios pour dire ceux qu’ils ne maitrisent pas, ils ne croient en rien du prophète, ils ne croient qu’ a l’argent celui qui donnent mieux, ils sont pires que Mkheïttir dans leur gestes et faits de chaque jours. Donc, si l’opposition veut à travers le cas Mkheïttir se faire entendre, ils ont raté le rendez- vous de l’histoire politique. Parce que Mohamed Abdel Aziz président de la république à comprit dès le départ le son de cloche et il a pris les devants pour les neutraliser comme d’habitude.

  • Noirhartani (H) 11/11/2017 16:14 X

    Mkheïttir n’intéresse pas les mauritaniens ni les bandits barbues qui se taisent dans leur maison en poussant dehors dans la rue les enfants et les illettrés qui n’ont rien à faire devant les forces de l’ordre, l’opposition voulait juste profiter de cette situation pour semer le chaos, ils voient qu’ils n’ont plus d’issue pour se faire entendre, ils profitent du cas Mkheïttir qui n’est plus mauritanien aux yeux de certains faux barbues bandits de la place pour faire du bruit inutilement. Depuis janvier 2014, Mkheïttir est en prison sur du faux et usage de fausse interprétation sur le coran et les zestes du Prophète Mohamed (PSL). Mkheïttir, a parlé avec légèreté au prophète et a accusé ce dernier. Seulement, ceux qui font la rue aujourd’hui en Mauritanie et échange les plateaux de télévisions pour montrer leurs amours envers le prophète sont les mêmes qui font des pratiques interdites par l’islam comme par exemple, l’esclavage, le vol, le mensonge, la corruption, la concussion, le viol de leur servante en brousse et en ville, ils continuent dans les mosquées à entretenir l’esclavage et l’exclusion d’une certaine catégorie de mauritaniens, notamment harratins et négro-mauritaniens, ces mêmes sont dans les mosquées et politise leur sermon vers les fidèles pour l’éclatement du pays et la division des mauritaniens, ils cherchent tout pour eux et rien pour les autres, ils sont l’opposition radicale et attisent le feu contre le gouvernement.