14-11-2017 19:30 - Club PPP Mauritanie: sur la rampe de lancement

Club PPP Mauritanie: sur la rampe de lancement

Le Rénovateur Quotidien - Le siège central de la BNM a accueilli lundi 13 novembre 2017 sous la supervision de Mohamed Ould Noueygued, PDG de cette banque une grande rencontre organisée par le Club Partenariat Public Privé (PPP) Mauritanie, six mois après sa mise en place au mois de février dernier.

Fait marquant de ce grand rendez-vous de Nouakchott, la présence de Michel Sapin, ancien ministre Français des finances investi du titre de président d’honneur du Club Mauritanie et dont le rôle et l’expérience apporteront de la valeur ajoutée au succès escompté des PPP.

C’est dans une ambiance conviviale marquée par des échanges de haut niveau que les participants à cette rencontre ont discuté de tout l’intérêt que représente aujourd’hui la mutualisation des énergies des secteurs public et privé en tant que levier de croissance économique et ce, dans un contexte où l’évolution démographique et les insuffisances des ressources exigent la conjugaison des efforts de tous les acteurs économiques politiques et sociaux à tous les niveaux de décision.

Plusieurs interventions ont animé les débats autour d’un Panel de haut niveau rehaussé par l’échange d’idées d’éminents experts nationaux et étrangers invités à ce forum axé sur la thématique : l’eau et l’énergie : enjeux et perspectives.

Une problématique dont le choix et la pertinence n’ont pas manqué de nourrir les interventions et de dégager des propositions et des pistes de réflexion utiles contribuant sans doute à inspirer les pouvoirs publics qui pourraient les intégrer dans leurs stratégies de développent.

Ainsi des axes importants sur cette question vitale qu’est le binôme eau et énergie ont été présentés par les intervenants qui ont souligné avec précision et pertinence les enjeux de cette thématique sans manquer de faire un état des lieux de ces deux ressources capitales, relevant les progrès accomplis mais aussi les insuffisances et défis à relever.

Les PPP sont devenus des outils d’accompagnement des politiques de développement. La Mauritanie vient d’ailleurs, il y a quelques semaines, de rendre publics les textes d’application de la loi sur les PPP votée il y a une année par le parlement. Une telle décision consacre l’intérêt qu’accorde le gouvernement à ce type de partenariat gagnant-gagnant ; ce dont se sont réjouis les participants à ce forum de réflexion sur les PPP.

Les axes du nouvel arsenal juridique ont été déclinés par un cadre du ministère des l’économie et des finances mauritanien. Les avis autour ce panel ont convergé sur la complémentarité des actions entre les secteurs public et privé qui se doivent de se donner la main pour booster la croissance.

Mais, le nœud du problème est dans la mobilisation des fonds et la mise en place de mécanismes de financements crédibles pour permettre le lancement de projets bancables au profit des populations. Car ce sont les citoyens, les collectivités locales qui seront les bénéficiaires de ces projets.

Les intervenants ont aussi beaucoup insisté sur la volonté que les pouvoirs publics doivent accorder à ce type de partenariat qui, au-delà des lois doivent traduire dans les faits leurs engagements et s’inscrire dans la durabilité. Autant d’idées et de recommandations qui ont été évoquées au cours de cette journée.

Ce nouveau joyau qui compte parmi les quelques clubs déjà existant en Afrique a élaboré sa stratégie par un cabinet d’expertise anglais et qui maintenant entamera son envol grâce aux nombreuses compétences qu’il compte déjà … (Nous y reviendrons…)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 972

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Bertrand (H) 14/11/2017 22:06 X

    Cest gens ne donnent rien. Ils peuvent te donner une arme et armer ton frère pour que vous tiriez simultanément l'un sur l'autre. Seule les niais y croient encore (prière lire la déclaration d'IBK à Dakar. Dans 5 ou 10 ans vous lirez que le club ppp s'est réuni que cetait convivial que les gens ont parlé et bu des boissons gazeuses.

  • cccom (H) 14/11/2017 21:44 X

    Vives félicitatioons. Je propose pour compenser le déficit pluviométrique des Wilayas du Nord, au PPP à valoriser les énergies éoliennes de Boulenouar pour le dessalement des eaux de l’Océan par l’implantation de 2 usines à NDB et Chami dans l’objectif de pomper leurs eaux vers l’Adrar et Zouérate en passant par Amessagua pour exploiter 20.000 ha (devenus récemment aptes à la phoeniciculture du fait du réchauffement de la terre) créateurs à court terme d’un revenu de 4000 milliards d’UM et de 400.000 emplois par la valorisation des 4 cieux ( fruitiers, céréales légumes et élévages) des palmeraies modernes télé irrigables à distance par énergie solaire. Notre Bureau d’Etudes BEERAM 32 ans d’expériences) offrira en cas d’acceptation du projet sa participation bénévole à l’étude de faisabilité . cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • bleil (H) 14/11/2017 21:43 X

    La corruption insidieuse a trouvé un subterfuge pour canaliser l'argent public ... Après avoir bouffé avec Ould Taya, les mêmes troubadours n'hésitent pas à utiliser toutes les formules possibles et imaginables (***) affamer nos paisibles populations ... mais la pitance de MOAZ c'est vraiment maigre par rapport aux gros arrosages de Taya !

  • medabdul (H) 14/11/2017 19:44 X

    pays de paradoxe et de perfidie; pendant que certains insultent l'occident et surtout la France, d'autres embrassent des EUROS goulument en partenariat avec les Français, les allemands et les juifs aussi!!!!!.