15-11-2017 23:15 - Aissatou Ndiaye, jeune divorcée passera 5 ans de sa vie en prison

Aissatou Ndiaye, jeune divorcée passera 5 ans de sa vie en prison

Galsen221 - Aissatou Ndiaye, dite Coumbis, n’a pas réussi à se tirer d’affaire. Elle a été condamnée à 5 ans de travaux forcés, pour infanticide. Ses 9 mois de réclusion ont semé en elle un sentiment de regret.

Rompant avec le monde extérieur, elle a pris conscience d’avoir gravement fauté. Seule, dans sa chambre, au milieu de la nuit, Aissatou Ndiaye faisait face à un dilemme: garder sa petite fille qui venait fraîchement de naître ou se débarrasser d’elle.

Divorcée, mère d’un garçon de 15 ans, la femme de 33 ans quitte son village natal pour gagner dignement sa vie en Mauritanie, comme domestique. Elle y contractera une grossesse. De retour à Podor pour la Tabaski, Coumbis n’en informe personne. Pas même sa mère. Pensant avoir réussi à cacher sa grossesse, elle s’est lourdement trompée.

Des voisines ayant constaté la disparition subite de sa gestation, en avisent la matrone du coin dont les investigations permettront de découvrir le cadavre du nouveau-né flottant dans les eaux usées de la fosse septique. Le certificat de genre de mort conclut à une asphyxie par noyade.

Pour le substitut du procureur, avoir caché sa grossesse à son entourage traduit une résolution prise de tuer. Estimant ainsi la préméditation établie, le représentant du ministère public a requis 10 ans de travaux forcés. La défense sollicitera l’indulgence du Tribunal envers sa cliente, qui a fait preuve d’honnêteté. Reconnue coupable d’infanticide, Aissatou Ndiaye a écopé 5 ans de travaux forcés.

LERAL



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Galsen221
Commentaires : 1
Lus : 5938

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 16/11/2017 09:12 X

    Pauvre Aissatou, que Dieu la Vienne en Aide, cette jeune femme n'est pas la première à commettre l'infanticide, d'autres avant elles ont commis pire que des infanticides, des adultères répétées etc... mais le destin a voulu que cette aissata, ait son sort, passer 5 ans de prison, mais l'essentiel qu'elle a reconnut ses erreurs, et c'est l'essentiel, ses proches et voisines aurait pu la protéger en discrétion, car personne n'est parfait, combien de jeunes filles et femmes sont fautives volontairement et involontairement de ces cas ! en tout bonne chance et du courage pour cette jeune femme.