17-11-2017 17:16 - Touche pas à ma nationalité solidaire avec les élèves et parents d’élèves de Sélibaby

Touche pas à ma nationalité solidaire avec les élèves et parents d’élèves de Sélibaby

TPMN - Les élèves et parents d’élèves de Sélibaby, contraints par l’autisme des autorités locales de porter dans la rue leurs revendications légitimes pour des conditions de scolarisation décentes, ont vu la marche pacifique qu’ils avaient décidé d’organiser le lundi 13 novembre violemment et brutalement réprimée.

Non contents de rester sourds aux doléances des populations de cette région laissée pour compte, les dépositaires de l’autorité étatique n’ont rien trouvé de mieux que de les humilier en brutalisant parents et enfants en même temps.

Touche pas à ma nationalité

- dénonce avec la dernière énergie le mépris des autorités pour les populations de Sélibaby et plus généralement pour les populations de la vallée et exige la libération immédiate et sans condition des parents d’élèves et élèves injustement arrêtés.

- exprime sa solidarité totale et agissante avec les populations de Sélibaby et appelle le régime raciste et esclavagiste du Président Mohamed Ould Abdel Aziz à trouver des solutions aux problèmes de notre système éducatif déliquescent plutôt qu’à faire la politique de l’autruche en s’attaquant par la répression et l’intimidation à des citoyens paisibles qui ne demandent que le respect de leurs droits les plus élémentaires.

Nouakchott le 16 novembre 2017
La Cellule de communication





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : TPMN
Commentaires : 2
Lus : 1474

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • NDIEWO (H) 17/11/2017 22:19 X

    En toute sincérité, le guidimakha est la région que toutes les gouvernants qui se sont suivis de l'indépendance jusqu'à aujourd'hui ont délaissé, heureusement qu'ils avaient les émigrés. Si vous vous êtes rendus compte que le guidimakha existe que maintenant, allez vous faire cuire un oeuf.chez les esquimaux. Les selibabiens vont se débrouiller. Nous demandons aux autorités de libérer ces pauvres parents qui n ont jamais demandé une confrontation.

  • lass77 (H) 17/11/2017 17:24 X

    Touche pas à ma nationalité doit condamner également les autres répressions effectuées ailleurs dans le pays pour les mêmes raisons , que cela soit au Nord ou au sud , le systeme éducatif mauritanien est chaotique mais il est à l'image du Pays dans tous ses maux.