19-11-2017 16:30 - Une manifestation demandant l’enseignement réprimée à l’intérieur du pays

Une manifestation demandant l’enseignement réprimée à l’intérieur du pays

Saharamédias - L’union des forces de progrès, parti d’opposition, a condamné ce qu’il a appelé la répression de manifestations dans certaines villes du pays contre « la crise récurrente » que vit le secteur de l’enseignement.

Cette formation politique, proche de la gauche, déclare dans un communiqué de presse que le secteur de l’enseignement en Mauritanie connait depuis quelques années une crise du fait de l’incapacité du régime et l’échec de ses politiques dans le domaine.

Cette crise, selon l’UFP s’est traduite par des protestations dans certaines villes de l’intérieur, rejetant la décadence de l’enseignement, précisant que ces protestations ont commencé à Aioun et s’amplifient encore depuis plus d’un mois.

Un mouvement consécutif à des mutations improvisées qui ont concerné plus de 140 enseignants. Selon le parti, cette crise s’est élargie à la ville de Tintane où elle a failli entraîner la démission du personnel d’encadrement pédagogique.

Selon l’UFP, des manifestations populaires se sont également déroulées à Sélibabi pour dénoncer la vétusté des classes, le déficit criant d’enseignants et de professeurs.

Des protestations, ajoute le parti, auxquelles l’administration n’a trouvé comme solutions que la répression des élèves et l’arrestation des représentants de l’association des parents d’élèves.

L’UFP a fermement condamné ce qu’il a appelé les manifestations pacifiques dans ces villes et demandé la libération immédiate des personnes détenues à Sélibabi.

Il a appelé au règlement des la crise des enseignants à Aioun, le problème des classes et le déficit d’enseignants à Sélibabi, réaffirmant son soutien à toutes les revendications légitimes ainsi que sa solidarité avec toutes les personnes affectées dans ces villes.

Il a enfin mis en garde le gouvernement contre la persistance dans sa volonté d’ignorer la crise de l’enseignement qui pèse sur tout le monde.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 897

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Bilal Muezzin (H) 19/11/2017 18:08 X

    Voilà l’opposition qui cherche à profiter de la situation difficile de l’enseignement à l’intérieur du pays pour faire des langues Nationale un cheval de bataille sur le terrain, alors que lors du Dialogue National Inclusif, ce problème a été soulevé et traiter par les participants politiques, comme le PMC Arc-en-ciel et il fait partie des points de l’accord politique qui sera régler dans le cadre d’une loi organique, pour son officialisation et son enseignement, donc, l’opposition est très mal placée pour faire de la récupération sur l’enseignement des langues un droit de revendication ou une manifestation politique.

  • Vent de Sable (H) 19/11/2017 17:46 X

    Comme à son habitude, l'UFP de ould maouloud, cherche à récupérer les mouvemements sociaux pour sa propagande marxiste-leniniste.

  • NDIEWO (H) 19/11/2017 16:41 X

    Arrêtez de détourner ces manifestations des parents d'élèves à des affaires politiques. La famille de ces hommes ont besoin d'eux; ils n'ont jamais été manipulés par qui ce soit et ils ne seront jamais, leur vie est déjà assez difficile n'aggraver pas leur situation. En plus, on constate qu'il n'y a que des parents noirs qui ont été arrêtés, alors que l opposition est composée à 99% de beidanes.