20-11-2017 19:16 - Nouadhibou : sur la voie de désalinisation de l’eau de mer

Nouadhibou : sur la voie de désalinisation de l’eau de mer

Les Mauritanies - L’autorité de la zone franche de Nouadhibou avait mis en place en 2015 un projet de construction et d’exploitation d’une infrastructure de dessalement de l’eau de mer.

Il s’agit en effet, d’une usine de dessalement qui sera opérationnelle dans quelques jours, dont le rôle est de renforcer l’approvisionnement de la ville de Nouadhibou en eau potable afin de limiter des pénuries d’eau que la ville fait souvent état.

L’objectif est en outre d’améliorer les conditions de vie des populations et encourager un dynamisme économique lié à l’alimentation en eau à la demande des industries en développement sur la ZFN, en particulier l’industrie halieutique.

Cependant, selon des sources concordantes, le président Ould Abdel Aziz procédera dans sa prochaine visite dans la capitale économique nationale, l’inauguration de cette usine de désalinisation qui doit répondre aux besoins en eau potable de la ville de Nouadhibou à l’horizon 2035.

Selon la même source, le président inaugurera par la même occasion la centrale électrique de Boulenouar, commune rurale située à 90km de la capitale économique du pays.

Diary N’diaye



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1923

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • moukhabarat (F) 21/11/2017 11:53 X

    Si c'est l'Etat qui a investi son argent dans ce projet ce serait une hérésie impardonnable! En Algérie ou au Maroc ce sont des privés (PPP) qui investissent avec un prix de revient du m3 très concurrentiel!

  • cccom (H) 21/11/2017 07:33 X

    Appel aux élus et administrateurs de développement des Wilayas du Nord en accueil au Président Aziz aujourd’hui à NDB

    Son excellence le Président de la République Aziz est aujourd’hui à Nouadhibou pour inaugurer la Centrale d’énergie renouvelable et une Usine de desalement d’eau de mer pour la zone franche..

    Etant donné que le Maroc vient de signer avec l’entreprise espagnole Abengoa un contrat de construction d’une usine de dessalement d’eau de mer à Agadir d’un débit de 275 000 mètres cube d’eau par jour ayant une capacité d’irrigation selon la même source de 30.000 ha de palmiers (4fois le nombre de palmiers de l’ADRAR) sot un pouvoir d’emploi de 150.000 jeunes ( soit 30 fois le nombre d’employés de la SNIM ayant un revenu annuel minimum 10 fois supérieur au SMIG national, Il me revient de vous lancer cet appel pour demander à son excellence seule homme d’Etat à pouvoir engager cet projet sans consulter nos planificateurs et spécialistes nationaux de ‘intensification de notre sous développement et désordre) de faire étudier et faire financer (par une ristourne à prélever sur les recettes de nos mines or, fer, cuivre…et poissons qui s’épuisent à grande vitesse pour enrichir les pays riches) deux usines analogues à celle du Maroc (pouvant créer 2 forêts de 60.000 ha de palmiers l’une au niveau de Chami l’autre au niveau de Nouadhibou dotés de 2 réseaux d’irrigation par téléphone ( le logiciel du téléphone coûte 80.000 UM importé d’Allemagne) en direction d’Amessagua, l’autre en direction de Zouérate.

    L’étude et l’exécution de ces deux projets d’une simplicité inimaginable créeront pour la Mauritanie : 1- Un potentiel d’emplois faciles de 240.000 jeunes ( soient-ils à distance à partir des universités intensives et gratuites.) 2- un potentiel de revenus ( sur la base de calcul qu’un ha de palmeraies modernes cultivé dans ses 3 étages ( fruitiers, céréales , légumes, aliments de bétail…) apporte un revenu minimum de 10 millions d’UM) de 10.000.000 UM X 60.000 (ha) = 600 milliards d’UM/an.

    Chers collégues élus et administrateurs à Nouadhibou à l’accueil du Président, ayez le courage de communiquer mon appel au Président de la République pour sauver la Mauritanie des vagues du terrorisme violent naissant financé de l’extérieur.

    Cheikhany Ould Sidina

    Maire de Maaden E Ervane

    Expert en développement

    Nouveau téléphone occasionnel 33330189

  • cccom (H) 20/11/2017 22:34 X

    C'est bien , mais étant donné que le Maroc vient de signer avec l’entreprise espagnole Abengoa un contrat de construction d’une usine de dessalement d’eau de mer à Agadir ayant une capacité d’irrigation de 30.000 ha de palmers (4fois le nombre de palmiers de l’ADRAR) sot un pouvoir d’emploi de 150.000 jeunes ( soit 30 fois le nombre d’employés de la SNIM ayant un revenu annuel minimum 10 fois supérieur au SMIG national, n’est-il pas intéressant pour l‘Etat de réaliser une usine analogue au niveau de Chami dont le coût sera 45% moins cher grâce l’exploitation possible de la Station éolienne de Boulenouar ?cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr