25-11-2017 11:54 - Les dunes obstruent la route Atar-Tidjikja (Vidéo)

Les dunes obstruent la route Atar-Tidjikja (Vidéo)

Adrar-Info - Les dunes de sable ont enterré une grande partie du troisième tronçon en sa partie Ain Savra - Rachid, de la route goudronnée Atar- Tidjikja et les efforts fournis de temps à autre par la société ATTM de les enlever ne semblent pas venir à leur bout, selon les habitants des localités avoisinantes.

Ces dunes menacent le bon déroulement du trafic routier en cette partie de la voie. Les habitants et en particulier le maire de Ain-Savra, M. Idoumou Ould El Alem, demande à l’Etat de superviser un projet de plantation d’arbres des deux côtés de la route dans les endroits menacés par les dunes manifestant sa volonté et celle des habitants locaux de contribuer à ce projet.

Cette route a permis de désenclaver des dizaines de localités et villages en Adrar et au Tagant, mais le mouvement des dunes en certains endroits menace cette importante réalisation qui a couté à l’état des financements énormes.

Il convient d’assurer son entretien disent les habitants locaux qui sont prêts à y participer.

Source : http://mourassiloun.com/node/2322

Traduit par Adrar.Info







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 984

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Socrateplaton (H) 25/11/2017 15:18 X

    Un exemple de la gabegie Azizeenne . Au moment où les axes Nktt-Nema et Nkt-Rosso empruntés par des milliers de véhicules sont laissés à l'abandon, on jette des milliards dans le désert pour une route que les chacals et qui finit par être complètement ensevelie par les sables . Et ce n'est pas l'Ener dont la faillite vient d'être maquillée en fusion avec ATTM qui va l'entretenir. On endette le pays uniquement pour avoir des commissions sur des marchés en pure perte pour le pays . Il y des crimes économiques qui ne peuvent pas rester impunis.

  • kadimapur (H) 25/11/2017 14:51 X

    le choix de cette route de luxe durant la période de Taya est fortement teinté de régionalisme et d'égoisme des élites influentes de cette époque au détriment de routes plus prioritaires et plus rentables économiquement que celles reliant le guidimaga et le Tiris Zemmour à titre d'exemple...Et voilà le résultat, très peu d'échanges commerciaux et meme de transport sur cette route qui a couté des milliards remboursables sur le dos des genérations futures et des difficulté incommensurables pour assurer son entretien et sa maintenance