01-12-2017 07:45 - Mauritanie: arrestation de 5 proches de militaires exécutés (ONG)

Mauritanie: arrestation de 5 proches de militaires exécutés (ONG)

L'Express - Cinq membres d'organisation de veuves et d'orphelins de militaires négro-mauritaniens de Mauritanie objet d'exécution extra-judiciaires en 1990 ont été interpellés mardi lors de la fête nationale et étaient toujours en détention jeudi, a indiqué une ONG de défense des droits de l'homme.

«Nous les avons trouvés dans un commissariat de police, assis, privés de leur libérté de mouvement et sans inculpation précise», a déclaré à l'AFP Lalla Aicha Sy, une des responsables du Forum national des droits de l'Homme (FONDH) de Mauritanie.

«Les cinq - trois femmes veuves et deux orphelins - ont fait l'objet d'un interrogatoire sur leur intention, leur signifiant que leur mouvement n'était pas autorisé», a-t-elle ajouté.

Selon Amnesty International, qui a réclamé leur libération dans un communiqué, ces cinq militants ont «brandi des banderoles et distribué des tracts» lors du passage du cortège du président Mohamed Ould Abdel Aziz à Kaédi (sud), capitale de la région du Gorgol, sur le fleuve Sénégal, où était célébrée cette année la fête nationale.

Depuis le 28 novembre, ils sont détenus, sans accès à un avocat, dans les locaux du commissariat de Kaédi, selon Amnesty.

Ces militants appellent à «l'ouverture d'enquêtes et de poursuites pénales à l'encontre de personnes qu’ils accusent d’être responsables des exécutions extrajudiciaires commises entre 1989 et 1991», précise l'organisation de défense des droits de l'Homme.

En vertu d'une loi d’amnistie de 1993, les responsables des ces exécutions n'ont pas été jugés.

Accusés de tentative de coup d'Etat sous le président Maaouiya Ould Taya (1984-2005), 28 militaires négro-africains avaient été exécutés par pendaison le 28 novembre 1990, jour du trentième anniversaire de l'indépendance, lors d'une période de fortes violences communautaires.

En 2015, le président Aziz avait rappelé avoir organisé en 2009 «une prière à Kaédi à la mémoire des victimes» et indiqué que des «réparations matérielles avaient été accordées à leurs ayants droit, suivant leurs propres propositions».

Il avait accusé les organisations de défense des droits de l'Homme de semer «la haine et la division» entre les communautés arabes et négro-africaines de Mauritanie en évoquant cette question.

«Eux estiment qu'il y a plus important que l'argent: c'est la réparation morale qu'ils continuent d’exiger», a expliqué jeudi Lalla Aicha Sy, en évoquant leurs demandes pour un procès.

AFP



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1245

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Nemeeur-nemeeur (H) 01/12/2017 11:07 X

    Messieurs les justiciers tant que les hommes qui sont coupables sont vivants et circulent tranquillement, les veuves et orphelins continueront à réclamer justice, l’argent et les honneurs ne serviront à rien et les intermédiaires ne feront qu’allonger le temps, il faut savoir prendre ses responsabilités et dire arrêter les criminelles, cette façade de la Mauritanie à ternis notre religion, notre image et notre identité, Ould Taya et ses acolytes doivent faire de sorte à répondre à leur crime devant les populations touchées par ses actes ignobles, cette page doit être tourner à jamais et oublier, que la justice fasse son travail.

  • abarry45 (H) 01/12/2017 09:53 X

    Bonjour Ce problème doit être trait5f une manière calme et responsable Je me rappelle de ce que disait maitre Diallo" dans un procès on peut prévoir l issue et un procès n a jamais rapproché des parties,seul le dialogue entre parties serait efficace" Vous savez le pire ennemi de la vérité c est la conviction et 6l appartenance idéologique On ne doit pas se détester se haïr en permanence On doit se méfier de tomber dans le gouffre de la haine de la violence et de la virilité des réseaux sociaux et de leur immédiateté Sinon c est avec qui on débat c est avec qui on fait la paix c est avec qui on fait la démocratie? C est avec les gens avec lesquels on a des divergences on n est pas d accord Il faut sortir de cette meute faire une pause arrêter de se détester de se jeter les uns contre les autres Mettons nous autour d une table avec des facilitateurs pour résoudre ce problème Au Maroc Au Rwanda En Afrique du Sud ils ont pu passer à autre chose alors pensons à notre pays à ceux qui ne sont plus là pour avancer

  • ahmed12b (H) 01/12/2017 08:14 X

    La preuve que l'apurement consensuel de ce dossier a bien eu lieu notamment aprés la prière de Kaedi et les réparations conséquentes c'est qu'on parle de 500 exécutions extrajudiciaires et il n y a maintenant que 20 manifestants seulement :10 à Kaedi et 10 à Nouakchott. Ce n'est pas sérieux de signer un accord de règlement avec les autorités , d'encaisser des réparations et de continuer à manifester Sauf si l'on utilise ce dossier tragique comme moyen de chantage comme le fait IRA avec l'esclavage et le soit disant manque de représentation des haratines qui en fait ont tout envahi dans ce bled.Nous les africains on a du retard comme le disait Macron