07-12-2017 09:00 - Droit de réponse au magazine « Jeune Afrique » Biram Dah Abeid

Droit de réponse au magazine « Jeune Afrique » Biram Dah Abeid

IRA-Mauritanie - Le 2 décembre, devant la presse, dans la ville de Tichit aux confins du désert, le Président mauritanien s’en prenait aux activistes de la lutte contre l’esclavage et ses séquelles, non sans désigner ma modeste personne ; d’après lui, nous serions des affabulateurs, en mal de salaire, donc mus par la seule motivation du ventre.

Plutôt que de prolonger une vieille polémique avec les pouvoirs mauritaniens et leur inclination au déni, je préfère retenir, du propos de Mohamed Ould Abdel Aziz, une phrase révélatrice de la fidélité de l’homme aux intérêts historiques de son groupe, le monde des maîtres: « Nous agissons avec l’esclavage comme pour le vol ou le terrorisme : nous avons des textes pour combattre ces délits et ces crimes, mais ils continuent à être commis et nous améliorons nos lois en conséquence chaque fois que nous le pouvons ».

Faut-il rappeler, à l’auteur, qu’en vertu de la législation de notre pays, l’esclavage relève d’une catégorie imprescriptible, le « crime contre l’humanité ». Ainsi, cette tentative de relativisation comparée, marque-t-elle le désir de banaliser l’héritage de siècles d’oppression par une ethnie, sous couvert de religion.

Au demeurant, sur la récente vente de personnes dans une pétaudière du Maghreb, Ould Abdel Aziz, recourt, à l’inversion habituelle de la culpabilité : « Il n’y a plus d’État en Libye et c’est la faute de l’Occident, qui a bombardé le pays et contribué à l’assassinat de son président».

Bon, admettons un instant d’accorder crédit aux raccourcis commodes, à quel bouc-émissaire devrait-on imputer la persistance de l’esclavage chez nous ? Au complot sioniste ? A la Colonisation française ? Aux Francs-maçons, aux illuminati, à l’éternel impérialisme ?

Non, hélas, les noirs mauritaniens, depuis des temps immémoriaux, naissaient et mourraient, sans rien connaitre de la vie, que la condition de serviteur docile, vendable, légué et corvéable à merci. Au moins, le Président mauritanien ne congédie cet aspect incontesté de notre mémoire et je lui en reconnais le mérite.

Au détour d’une autre citation, le Chef de l’Etat mauritanien, identifie le sort des descendants d’esclaves, à celui des Afro-américains, non sans les qualifier de « minorité ». Le choix du terme justifie le reste du propos.

Là, encore, Mohamed Ould Abdel Aziz lance un message aux siens, la communauté arabo-berbère où grandissent, pourtant, des attitudes de solidarité admirable avec les victimes du racialiste et de l’exclusion: il leur adresse un avertissement, autant qu’il les incite à l’esprit de corps, autour de lui.

La légèreté de l’assertion trouve, dans l’animation de nos rues, un démenti sans appel. L’observateur, même distrait, sait combien la démographie de la Mauritanie consacre une majorité - exponentielle - de Noirs dont leur concours à l’exercice du pouvoir, de l’économie globale, de la banque, de la fonction publique, du commandement des forces armées et de sécurité et du magistère religieux n’atteint 5%.

Peu importe le refus, par les juges, de traiter les dizaines de cas en instance d’instruction ou d’anéantir les plaintes d’un revers de non-lieu, les fils et petits –fils d’esclaves endurent des discriminations et une inégalité que seule leur naissance explique. Cette différence de destin justifie notre acharnement à la lutte.

Au lieu de s’emmurer dans le repli défensif, devant une cause fatalement désignée à la victoire, Mohamed Ould Abdel Aziz devrait nous tendre la main, pour reconstruire, ensemble, la Mauritanie trait d’union des deux Afriques, sur une base saine.

L’extrémisme religieux, favorisé par ses propres atermoiements et son laxisme, menace de transformer le pays en base arrière du Jihad sahélo-saharien.

Bientôt au terme de deux mandats d’une gouvernance de l’imprudence et du risque, notre Président, fourbu a besoin de consensus, point de rallonger la liste déjà profuse de ses ennemis.

Paris le 05/12/2017

Biram Dah Abeid

Président de l’Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA – Mauritanie)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : IRA-Mauritanie
Commentaires : 5
Lus : 1431

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • jakuza (H) 07/12/2017 21:55 X

    A la place de Biram je jouerai franc jeu et tendrai moi même ma main à Aziz qui fera le choix de la prendre en ne prenant en compte que l'urgence de rassembler large pour construire ce pays!

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 07/12/2017 15:57 X

    Un activiste est quelqu'un qui passe la plupart de son temps à se battre pour ses idées, ce qui est totalement différent de Biram qui passe sans cesse son temps à mentir pour arriver à ses fins. Sûrement, il a réussi à se convaincre que la meilleure chose à faire est de mentir pour atteindre ses objectifs de richesse. Mais il le regrettera amèrement quand la vérité le rattrapera. Mais, comme le dit un proverbe africain, « La vérité est lente mais elle finit toujours par rattraper le mensonge ». VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 07/12/2017 14:26 X

    Quand je vois le visage de BIRAM , je vois le mot menteur écrit dans chaque ligne de son visage.

  • Bertrand (H) 07/12/2017 09:50 X

    Pauvre bi-rames. Imprescriptibles pour l'avenir. Au moment ou l'esclavage existait il n'était pas un crime ni un delit setait une pratique légale. A Rome le créancier pouvait enchaîner le débiteur pendant deux semaines et le vendre ensuite. Mais les délits actuels comme l'usage de faux l'escroquerie ( la perception de trois salaire) ne se prescrivent que 3 a 5 abs après leur découverte. Biram n'a toujours pas nié qu'il percevait trois salaire au temps de Taya sur le dos de ceux qu'il prétend défendre. Comme il n'a pas expliqué les raisons de ce traitement (hors la loi) de faveur.

  • Pr ELY Mustapha (H) 07/12/2017 09:42 X

    " Mohamed Ould Abdel Aziz devrait nous tendre la main"(dixit Biram). Ou l'IRA s'est ramollie et ce n'est pas une bonne stratégie ou Aziz a gagné la partie sur la résistance de l'IRA. Biram a, en tout cas, mis beaucoup d'eau dans son Zrig, depuis quelques mois. Va-t-il faire tomber son mouvement dans la culture rampante de l'opposition sur place ? L'avenir nous le dira.