07-12-2017 08:30 - Vidéo. Mauritanie: démonétisation et renforcement de la valeur de l'ouguiya

Vidéo. Mauritanie: démonétisation et renforcement de la valeur de l'ouguiya

Le360 - Engagées dans une stratégie de modernisation des systèmes de paiement, les autorités mauritaniennes ont décidé de donner une nouvelle valeur faciale à la monnaie nationale.

Le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie (BCM), Abdel Aziz Ould Dahi, et le chargé de communication de l’institution, Sid’Ahmed Ould Zakr, ont expliqué cette nouvelle option, mardi après-midi, au cours d’une conférence de presse marathon.

La finalité principale de la réforme, consignée dans une feuille de route comportant 5 mesures, vise à "rendre les transactions commerciales plus formelles et plus fluides, lutter contre le blanchiment d’argent et le faux monnayage et redonner à l’ouguiya plus de valeur".

Cette feuille de route comporte, selon la BCM:

- la démonétisation des billets et pièces en circulation pour protéger la monnaie nationale, l’ouguiya, contre la falsification et leur remplacement par des séries plus fortes, plus sûres, plus durables et plus novatrices. Tous les nouveaux billets seront en polymère.

- le renforcement de la valeur de la monnaie nationale par la réintroduction et l'encouragement de l’usage des pièces de monnaie pour simplifier les opérations commerciales, ainsi que la comptabilisation et l’expression des valeurs monétaires. Cela passe par un changement de la valeur de base de l’ouguiya qui consiste à supprimer un zéro sur chacune des dénominations (100 MRO=10 MRU et 10 MRO=1MRU).

- l'accélération de la bancarisation et de l’accès aux services financiers sur tout le territoire national grâce à cette opération.

- la vulgarisation des moyens de paiement électroniques et scripturaux comme alternative à l’usage excessive du cash.

- la mise en place d’un Conseil national de paiement (CNP) regroupant tous les acteurs concernés par ces problématiques.

Les nouveaux et les anciens billets auront cours légal jusqu’à la fin de l’année 2018.

Pas de dévaluation

Par ailleurs, interpellé sur une flexibilité de l'ouguiya recommandée par le FMI, le gouverneur de la BCM a nié tout lien entre les nouvelles mesures et une baisse éventuelle de la valeur de la monnaie nationale (dévaluation). Selon lui, cette mesure n'a rien à voir avec le FMI. Elle a été prise dans le cadre d’une stratégie nationale que la Banque centrale a pris soin de préparer pendant quatre ans.

Or, bien que les réserves de change, qui s'élèvent à 850 millions de dollars, sont relativement importantes et permettent d’assurer plus de 5 mois d’importation, elles sont en augmentation constante.

De plus, «nous n’avons pas de déficit budgétaire. Si on n’a pas dévalué en 2015, alors que le déficit du compte courant était de -29% et que les matières premières avaient chuté de manière drastique, pourquoi le ferions-nous aujourd’hui?», s'est justifié le gouverneur de la Banque centrale.

 Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya








Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 2
Lus : 2219

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • dykrim (H) 07/12/2017 10:06 X

    A écouter le gouverneur de la BCM ; Il me semble que notre militaire Général AàZ s’est bagarré avec l’actuel fabriquant de la monnaie Mauritanienne et il demande aux économistes et autres calculateurs de trouver des solutions daredare, d’où l’éradication de l’ouguiya pour un nouveau, sinon pourquoi changeons nous notre argent et son fabriquant ??? N’est se pas avions nous dit on ne change pas une équipe qui gagne, non je voudrais dire une monnaie qui triomphe ne se dévalue pas mais se revalorise.

  • Autopsie (H) 07/12/2017 09:23 X

    Décidément la banque centrale n’est pas mieux loti que les autres institutions de l’état en matière de cadre et de formation (chargé de communication de l’institution, Sid’Ahmed Ould Zakr), comment on peut avoir une Banque Centrale avec un moyen d’information aussi faible en gestion monétaire comme ce monsieur qui n’a aucune doctrine de communication, un vrai langage de la rue, dû, on m’a dit, il parait, j’ai entendu et je crois, rien qui peut nous dire que dans une cette première institution financière du pays les hommes sont capables de convaincre leur auditoire ou ceux qui les écoutes, il fallait qu’il parle en Hassahya, comme cela il ne fera pas de ragout, c’est grave et ou va ce pays avec des cadres costumés, cravatés mais aussi nul que leur fond de pied, c’est décevant certainement ce zigoto est parent à quelqu’un qui se dit important quelle gaffe.