07-12-2017 21:00 - Le Sénégal se dote d'un nouvel aéroport

Le Sénégal se dote d'un nouvel aéroport

Euronews - Il aura fallu 10 ans entre la pose de la première pierre et la livraison du nouvel aéroport international de Dakar, inauguré ce jeudi et qui porte le nom de Blaise Diagne, premier député africain élu au Parlement français en 1914.

Cet équipement ultramoderne, qui a coûté près de 650 millions d'euros, est sorti de terre à 47 km au sud-est de la capitale du Sénégal. Dans un premier temps, il pourra accueillir jusqu'à trois millions de passagers par an.

Ses concepteurs espèrent en faire un hub, une plaque tournante pour tout le continent, sachant que Dakar est à égale distance de l'Europe, de l'Amérique du Nord, de l'Amérique du Sud et de l'Afrique australe.

L'aéroport Léopold-Sédar-Senghor, implanté en proche banlieue de Dakar, était devenu inadapté avec le développement urbain et la croissance du trafic, et il ne sera plus utilisé que par l'armée.

Le nouvel aéroport dispose lui d'une piste qui pourra accueillir tous les types d'avions, y compris les très gros porteurs comme l'Airbus A380.







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Euronews
Commentaires : 7
Lus : 1725

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • lass77 (H) 10/12/2017 20:20 X

    @belpohegor@@ Le notre aussi a été inauguré à la va vite. Pour les besoins de la Mauritanie, un nouvel aéroport n'avait pas d'urgence. Il faut favoriser les transports notamment les chemins de fer pourquoi pas des TGV. Tout le monde est d'accord qu'il y'a un problème de priorité en Mauritanie. C'est le même cas à ce centre:commercial dont on vient de lancer les travaux alors que des dizaines de mauritanienne meurent par des,accidents de routes à cause de l'etat des routes. Même le fils du président est tué, nos vaillants soldats, des politiciens sont morts ect...rien n'y est fait.

  • cheikh tourad (H) 08/12/2017 15:47 X

    ils lui ont donné le nom de Blaise diagne le premier député séneglais l'equivalent pour nous d'Ahmedou ould Horma et nous nous avons appelé cet importante réalisation (la mère du tunisien) OUM TOUNSY et l'histoire de la localité qui porte ce nom personne ne sait pourquoi en porte un tel nom même l'histoire orale n'en parle pas

  • duroowo (H) 08/12/2017 09:41 X

    Du courage Senegal c'est une bonne chose et maintenant on peut reellement accepter un senegal Emergent. C'est vraiment un exploi et aussi il faut s'attaquer au gabegie et osez mettre en prison les gens de bien mal acqui pour que ces voleurs laissent leur pays se developer comme le reste du monde. En Mauritanie c'est ce que les Peuls disent si le numero est mauvais ou gater le calcul ne serra jamais bon (SO GO-O BONIH LIMOORE AAWIIMA).

  • Belphegor (H) 08/12/2017 09:14 X

    @Lass77

    J'ai beau vomir le regime actuel mais je ne suis pas dans votre logique de “critiquer pour critiquer”….Avant de systématiquement applaudir tout ce qui est inaugure au Senegal pour critiquer la meme chose en Mauritanie savez vous que de de nombreuses compagnies aériennes desservant Dakar dont SN Brussels, Emirates, Delta et SAA ont provisoirement suspendu leurs vols vers Dakar depuis la fermeture de l’ancien parce qu’elles estiment qu’il a ete inaugure a la hate et n’ont pas ete consultees pour divers details techniques et logistiques ??? Selon elles il aurait du etre inaugure en Fevrier voir Mars 2018 pour permettre a toutes les compagnies internationales desservant le Senegal de se preparer en consequence.

    Meme si Oum Tounsy a encore des années avant d’approcher les chiffres de Dakar et Casblanca connaissez vous les risques securitaires d’avoir un aeroport en plein centre ville comme l’ancien au Ksar ?

    Il est toujours recommande par les plus hautes instances de l’aviation civile internationale d’avoir un airport delocalise assez loin du centre ville pour minimiser les risques humains en cas de crash et nous avons beaucoup de chance de ne jamais avoir eu de catastrophe aérienne majeure pendant tout le temps ou l’ancien était en service.

    Lisez cet extrait d’un article de Jeune Afrique qui évoque le nouvel aeroport de Dakar vous verrez qu’en matière de retard de livraisons et de dépassement sur le cout initial de la facture ils ne valent pas mieux que nous d’autant plus que le projet de cet aéroport remonte a 2007 sous le mandat de Abdoulaye Wade.

    IATA – Ministère des transports aériens by jeuneafrique on Scribd Questions de ravitaillement

    Au 28 novembre, les compagnies aériennes n’avaient toujours pas été autorisées à inspecter les installations de ravitaillement. « Nous sommes toujours dans l’expectative, on ne peut pas être rassurés, glisse une source proche du dossier. Les compagnies régionales pourront toujours faire du double emport [prendre assez de carburant pour l’aller et le retour], mais pas les long-courriers. Avant de voler, une compagnie doit faire un audit de la maîtrise des risques. Personne ne prendra une seule goutte de kérosène à Dakar si l’inspection n’a pas eu lieu au préalable. »

    « Certaines compagnies menacent de ne pas atterrir tant que cette inspection n’aura pas été effectuée », confirme un officiel sénégalais. Au sein d’Air France, des sources confirment l’état de nervosité dû au changement de société aéroportuaire, excluant cependant de ne pas atterrir le 7 décembre.

    ________________________________________

    >>> A LIRE – [DOSSIER] Sénégal 2019, c’est déjà demain…

    ________________________________________

    Des mois d’ajustement ?

    Après dix ans de travaux et moult reports et rebondissements, ce mégaprojet ne saurait se solder par un fiasco

    Si les autorités font bonne figure, il faudra à l’évidence quelques semaines d’ajustement, voire quelques mois, pour que tout soit au point. Le spécialiste du catering aérien Servair, qui ne dispose pas encore d’équipements opérationnels, continuera provisoirement de produire dans l’ancien aéroport de Dakar et fera parvenir ses plats à l’AIBD par camions réfrigérés. Et, à une semaine de l’inauguration, la nouvelle société chargée de l’assistance au sol, 2AS (Assistance Aide Services), n’avait toujours pas obtenu toutes ses certifications.

    Par ailleurs, les critiques fusent au sujet du terminal cargo – jugé trop petit –, d’autant qu’il ne sera pas achevé le 7 décembre. Et pour les passagers comme pour le personnel s’ajoutent la durée et le coût de transport engendrés par l’éloignement du nouvel aéroport, accessible via une autoroute comportant trois péages et régulièrement encombrée aux heures de pointe.

    Un mégaprojet à 575 millions de dollars

    Si l’AIBD est inauguré dans une certaine précipitation et s’il est probable qu’il connaisse quelques couacs initiaux, les autorités martèlent qu’« il sera prêt ! ». À cause d’un différend financier entre les concessionnaires et l’État, la maîtrise d’ouvrage était passée en 2016 du groupe saoudien Saudi Bin Laden au consortium turc Summa-Limak (qui en sera l’opérateur pour vingt-cinq ans). Après dix ans de travaux et moult reports et rebondissements, ce mégaprojet – dont le coût est estimé à 575 millions de dollars (484 millions d’euros), dont la capacité sera de 3 millions de passagers dès sa mise en service (contre 1,9 million de passagers à l’AILSS en 2016) – ne saurait se solder par un fiasco.

    Les négligences du ministre des Transports aériens Maimouna Ndoye Seck risquent de coûter trop cher au Sénégal. Selon des sources concordantes du site Afriquemidi.com, les compagnies internationales Corsair, Lufthansa, Air France, Emirates et autres vont suspendre jusqu’à nouvel ordre les vols cargo faute de certifications type RA3 qui est obligatoire pour le fret. Pour les vols cargo, il faut un audit approfondi avant d’avoir ces certifications.

    L’État du Sénégal va perdre alors beaucoup d’argent sur l’exportation des produits et les transitaires iront au chômage tant que ce problème fondamental n’est pas réglé. Cette suspension ne concerne pas les vols passagers qui ont besoin des certifications type Acc3.

    Menace sur le handling

    L’autre couacs et la menace sur le handling, renseigne Jeune Afrique. En effet, l’agrément de la société de handling SHS avait été renouvelé jusqu’en 2023, le Sénégal a finalement opté pour un opérateur unique, qui assumera l’assistance au sol à l’AIBD . La direction de SHS envisage de porter l’affaire devant la justice, cette situation de monopole étant critiquée par le patronat sénégalais. El Hadji Mansour Samb se réjouissait de voir se rapprocher l’échéance de la mise en service de l’AIBD. Mais le directeur général de SHS, l’une des deux sociétés de handling qui officiaient jusque-là à l’AILSS, est aujourd’hui amer, écrit toujours JA.

    Avec un chiffre d’affaires de 10 milliards de F CFA (15,2 millions d’euros) en 2017 et 800 employés, SHS, lancée en 2003, assumait jusque-là 70 % de l’assistance au sol de l’aéroport de Dakar, face à sa concurrente AHS. En 2013, son agrément a été renouvelé jusqu’en 2023, prévoyant que la société pourrait poursuivre son activité dès l’ouverture de l’AIBD – en échange d’une contribution substantielle au fonds d’indemnisation des anciens salariés d’Air Afrique.

    Mais, à quatre mois de l’inauguration, le ministère des Transports aériens opte pour un scénario en vertu duquel un unique opérateur assumera l’assistance au sol à l’AIBD : la société 2AS, tout juste créée, dont les principaux actionnaires sont les entreprises turques Summa et Limak, qui ont déjà obtenu l’exploitation de l’aéroport, et l’État du Sénégal. Entre-temps, à la suite de la condamnation de Karim Wade pour enrichissement illicite en 2015, AHS (propriété des frères Karim et Bibo Aboukhalil, considérés comme des prête-noms) avait été réquisitionnée par l’État.

    La ministre Maïmouna Ndoye Seck alertée

    Poussé vers la sortie, au mépris des engagements souscrits par le gouvernement, le DG de SHS, qui compte porter le contentieux devant la justice, n’est pas le seul protagoniste à critiquer cette nouvelle donne. En septembre, le patronat sénégalais alertait par courrier la ministre Maïmouna Ndoye Seck : « Nul n’ignore que les situations de monopole dans le handling engendrent généralement une hausse des coûts, une baisse de la qualité des services et un risque élevé de perturbations liées à des crises sociales», des propos rapportés par Jeune Afrique.

  • mystere1 (F) 08/12/2017 09:03 X

    Machaallah ! une bonne inauguration de la nouvelle aéroport avec de bonnes infrastructures et plans d'assainissement fiables, surtout une très bonne et performante sécurité garantie contre toutes formes d'extrémismes du mal à commencer par le terrorisme ! oui l'ouverture de l'inauguration présidé par ces 5 pays d'afrique étaient excellents, je me disais dommage, que notre prési y manquait, il aurait quand même assité ses homologues, sans parler de la superficie de ce grand aéroport, bien architecturé, non vraiement macky et ses collaborateurs n'ont pas gaspillé de l'argent pour rien, car avoir 5 vols simultanéments par jours, c'est génial !

  • boubou_kibili (H) 08/12/2017 06:02 X

    Le vrai probleme pour ce pays est mal gouverné de plus par une mafia qui ne s'interesse aux affaires de sous y compris au somment de l'Eta et qui n'est qui plus est par controlé ni denoncé dans tous ce qu'il fat. Bien que le Senegal ne soit pas de tout reproche egalement, mais là il y'a des partis politique et surtout une SOC composée de personnalités bien formées qui regarde tout et denonce au grand jour au point que les Gouvernements successifs au Sengal ne peuvent pas faire tout ce qu'ils auraient faire. Ici c'est tout le contraire c'est une Mafia toute puissante civilo Militaire qui a mis la main sur le pays et ses ressources et qui ne pense qu'a se remplir les poches (suivez mon regard sur tous...). C'est en cela que je respecte les senateurs qui à la fin ont compris et continuent de subir les foudres de ce regime et son Union pour Rien (UPR) honni par le tout le peuple et les on verra en 2019 que cette Mafia pliera baggages contre vents et marees. Wasalam

  • lass77 (H) 07/12/2017 21:08 X

    Ça n'a rien à avoir avec l'aéroport de Nouakchott nouvellement inauguré qui n'est orgueil et gaspillage. Un aéroport sans voyageurs n'est qu'une coquille vide. J'espère les autorités mauritaniennes vont promouvoir l'aéroport de Nouakchott en permettant l'arrivée des A380 comme prévue mais aussi d'autres compagnies occidentales et du Proche-Orient.