09-12-2017 06:00 - Charlatan sous les verrous

Charlatan sous les verrous

L'Authentique - Sidiki Baba, originaire du Mali a été déferré mercredi dernier, au Parquet de la République pour escroquerie et abus de confiance. Accusé aussi de charlatanisme, il ferrait les Simples d’esprit en leur faisant croire qu’il peut les rendre riches par la multiplication de l’argent.

C’est d’une femme, propriétaire, vendeuse de voiles à Riyadh, que tout est venu. Selon cette dernière, tout a commencé le 22 juillet dernier, quand elle apprit, par le biais d’une amie, que l’homme était capable de merveilles.

Non seulement, il avait le don d’offrir à ses clients, « la Bayra » - cette attraction exercée sur les clients qui les dirige vers un commerce donné-, mais plus, il savait multiplier les billets de banque. Convaincue, la femme lui a apporté 10.000 UM, et en attendait le double.

Selon les aveux de la femme, Sidiki, pour mieux la ferrer, lui avait fait une petite démonstration. Il lui avait demandé de regarder dans une calebasse vide qu’il avait posée devant elle et se mit à prononcer des incantations.

Puis, il couvrit la calebasse d’une étoffe. En un claquement de doigt, il ôta l’étoffe et la femme découvrit deux liasses de 10.000 UM ! Éblouie, la femme promit de revenir. Avant de la laisser partir, Sidiki lui soutira 2222 UM, prétextant qu’avec cette somme, il allait payer les sacrifices nécessaires qui ont permis l’opération : la cola, du gingembre et du sucre.

Dix jours plus tard, la femme revint à la charge, cette fois, avec 20.000 UM. Mêmes incantations, même calebasse et même étoffe. Et vlan ! Voilà, deux liasses de 20.000 UM !

Comme lors de l’opération précédente, il en préleva une partie, destinée aux sacrifices. Cette fois, ce fut 5555 UM ! Persuadé d’avoir convaincu sa cliente, il l’avait assuré que toute somme supérieure ou égale à 500.000 UM, pouvait être quadruplée.

Le jeudi 27 juillet 2017, la femme revint solliciter son « bienfaiteur ». Elle disposait de 650.000 UM recueillis, -selon ses dires- auprès de ses enfants et de ses proches après que ceux-ci eurent perçu leurs salaires. « C’est pour un jour » leur avait-elle lancé.

Pour ce montant, Sidiki demanda un peu plus de temps et donna rendez-vous pour le lendemain. Et le lendemain, quand la femme vint au rendez-vous, pas l’ombre de Sidiki.

Affolée, elle se mit à défoncer la porte, attirant ainsi l’attention des voisins qui lui apprirent que l’homme avait déménagé la veille. Sachant qu’elle venait de se faire plumer, elle alla porter plainte auprès de la police, tout en se préparant à dire à ses créanciers, ce qui lui était arrivé.

Vendredi 10 novembre, alors qu’elle se trouvait au marché de la capitale, la dame vit une silhouette bien assise devant un vendeur de foie grillé. Quand elle s’approcha de l’homme, ce dernier fit volte face, régla sa facture et s’apprêta à s’en aller.

Mais c’était sans compter avec la dame qui le rattrapa et se mit à le dévisager ! Devant elle, Sidiki Baba en personne ! Pris, l’homme tenta de se défaire de l’emprise de la femme qui criait déjà « au voleur ».

Il s’engagea de régler l’affaire au plus tôt, priant la femme de baisser la voix ou de se taire. En vain ! A l’attention de la foule qui commençait à se former tout autour, elle racontait ses aventures, exigeant d’être remboursée sur le champ.

Une patrouille de la garde nationale chargée du déguerpissement des étaliers du marché, s’invita et plaça les deux protagonistes dans une voiture puis les mena au commissariat de police.

Sur place, l’homme reconnut les faits portés contre lui, soulignant par ailleurs que s’il n’avait pas remis les fonds à sa cliente, c’est parce qu’il avait été contraint de déménager en urgence de sa chambre de Ryadh. Lundi 13 novembre, Sidiki Baba est remis au Parquet. Aux dernières, nouvelles, il a été placé en prison.

Ahmed. B



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2496

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ElArbi3 (H) 09/12/2017 16:11 X

    Yallali yallali Comme disent les gens. Combien de charlatans impunis nous en avons en Mauritanie? Ils utilisent les mêmes moyens que ce malien