09-12-2017 07:29 - Mauritanie: réforme des conditions de candidature au BAC

Mauritanie: réforme des conditions de candidature au BAC

Le360 - Le gouvernement mauritanien a changé les conditions de candidature au diplôme du BAC en vue d'influer sur la spirale des échecs.

C'est un décret, pris jeudi en Conseil des ministres, qui a ouvert la voie à la nouvelle réforme. La situation difficile et les mauvaises performances du système éducatif mauritanien restent toujours au centre d’une vive préoccupation.

Ainsi, au cours de sa réunion hebdomadaire du jeudi 7 décembre, le gouvernement a examiné et adopté un projet de décret portant modification de certaines dispositions du décret 2011-034 relatif à la réorganisation du diplôme du baccalauréat national.

Une démarche inscrite «dans le cadre de l’introduction de certaines réformes portant sur les conditions de candidature à ce diplôme (le premier de l’enseignement supérieur) visant à améliorer l’organisation de l’opération, y compris les volets de préparation et de correction», selon le ministre mauritanien de l’Education nationale, Isselmou Ould Sid Moctar Lehbib.

A l’origine de la démarche gouvernementale, «le faible taux de réussite au baccalauréat et certains critères requis chez les candidats, dont les effectifs cumulés annuellement sont très importants. Ce constat et d’autres raisons justifient les modifications introduites par le gouvernement. Le nouveau décret offre à tout prétendant, même âgé de plus de 22 ans, la possibilité de se porter candidat au baccalauréat. Toutefois, dans le cas d’une performance inférieur à une moyenne de 5/20 à l’occasion d’une première candidature, le même élève ne serait plus autorisé à se représenter une seconde fois», précise le ministre.

Un rapport sur le capital humain du Forum économique mondial pour l’Afrique classait récemment le système éducatif mauritanien au bas de l’échelle continentale, malgré de multiples réformes initiées par les différents gouvernements au cours des 50 dernières années.

La vertigineuse descente aux enfers du système éducatif national qui justifie le diagnostic gouvernemental est illustrée par quelques chiffres tirés d’un document confectionné par le Syndicat national de l’enseignement secondaire (SNES), déplorant «un taux général de réussite de 8% au baccalauréat» en juillet 2017. Pire, la même déclaration signalait une plongée «à 4,4% dans les séries mathématiques».

Pour arrêter la spirale de l’échec, SH, un spécialiste de l’éducation, trace le chemin: «La véritable réforme doit porter sur le type de citoyen qu’on voudrait former. Ce qui requiert un changement au niveau du personnel d’encadrement, des enseignants, des programmes et du matériel pédagogique et didactique Le programme d’enseignement en Mauritanie ressemble actuellement à un fourre-tout, avec un mélange d’aspects empruntés à la France, à la Tunisie, au Maroc, au Sénégal…». Il faudrait alors une véritable révision de fond, estime ce professeur à la retraite.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 3
Lus : 5018

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • patientrim (H) 09/12/2017 14:11 X

    Mr Bertrand,tu as vraiment gâché ton temps car prendre 6 minutes de son précieux temps pour lire et plus grave c'est sans voir l'essentiel :priver des milliers de jeunes mauritaniens le droit de refaire le bac car la réforme interdit ceux qui ont une moyenne inférieure à 5/20 de refaire le bac. il faut juste lire les écritures sans arrière pensée.

  • duroowo (H) 09/12/2017 08:55 X

    quel decret alors notre Trump chaque jour il se reveille il a une modification qui ne dit pas sont nom. Pour quoi encore punir ces pauvres eleves ces eleves qui vivent dans des conditions tres pennible dans tout le domaine et cette reforme encore une fois ces seulement les pauvres qu'ils veullent faire barrer la route. Beaucoup de nous on passer par la et je ne sais pas si Trump a fait le lycee mais nous on connait comment ces difficile parfois 10 a 20 eleves dans une famille de quelqu'un tres pauvre ou modere et qui avait meme le probleme avec sa propre famille et donc dans ces conditions les eleves aurrons faim et ne pouvions en aucun cas avoir des bon resultat avoir un candidat libre et eliminer quelqu'un pour le laisser la chance de revenir c'est de la tolerance comme ont dit Muslim on doit se comporter comme un Muslim. pour quoi exclure un eleve d'office s'il a un moyen en dessous de 5/20 et ca ne resoudre a rien du system. Pour que sa soit bon comme avant laisser le system educatif en dehor de la politique et recruter ou former des bon esegnents professeurs et les payer bien pour qu'il part pas vers les ecoles privees. Mais non stopper l'eductaion des pauvres en premier noirs et apres les maures pauvres et opposants. Vraiment ce regime a mis Mauritanie a genoux.

  • Bertrand (H) 09/12/2017 08:12 X

    Vous n'avez rien dit. Quelle est la réforme? Qu'est ce qui changera avec le décret. Il n y avait pas de limite d'âge.il faut réfléchir avant d'écrire et ne pas écrire pour écrire. Ka lecture de votre billet m'a prise 6 minutes, parties en fumée.