22-12-2017 15:33 - Le président malien, président en exercice du G5 Sahel réaffirme la volonté de l'organisation de faire face à l'insécurité

Le président malien, président en exercice du G5 Sahel réaffirme la volonté de l'organisation de faire face à l'insécurité

InfosPlus Gabon - Le président malien, Ibrahim Boubacar Kéita, président en exercice du G5 Sahel, a réaffirmé dans un message adressé mardi aux communautés des pays membres, la volonté de l’organisation sous-régionale de faire face à l’insécurité et au sous-développement dans ce vaste espace désertique.

Le chef de l'Etat malien s’exprimait à l’occasion du troisième anniversaire de la création du G5 Sahel, consacrant ainsi la première édition de la "Journée du Sahel", célébrée selon lui pour réaffirmer le refus de la fatalité des Sahéliens et des Sahéliennes, et magnifier "notre dédicace profonde pour un Sahel de paix avec lui-même et facteur de paix et de stabilité pour son voisinage et pour le monde".

Le président en exercice du G5 Sahel a indiqué que les menaces contre la paix et la sécurité, les phénomènes émergents comme le terrorisme, sont venus s’agréger aux vulnérabilités climatiques et environnementales qui, avec la désertification, les sécheresses cycliques et la famine, ont accru et renforcé la fragilité des pays du Sahel.

Aussi, a-t-il poursuivi, le G5 Sahel a formulé une stratégie pour le développement et la sécurité, déclinée en plans d’action pluriannuels et s’est également doté d’un Programme d’investissements prioritaires (PIP) avec des projets intégrés et structurants dans les domaines de la sécurité, de la gouvernance, des infrastructures et de la résilience.

Le président malien a rappelé la décision en février 2017 de l’organisation du déploiement d’une force conjointe du G5 Sahel. "En accord avec le soutien politique de l’Union africaine, de l’Union européenne et de l’Organisation des Nations unies, il sera organisé dans les semaines à venir à Bruxelles, une conférence internationale pour la sécurité et le développement au Sahel, en vue de mobiliser et d’accroître le soutien nécessaire à la montée en puissance de la force conjointe G5 Sahel et à sa pleine capacité opérationnelle d’ici au premier semestre 2018".

Ibrahim Boubacar Keita a salué le lancement de l’Alliance avec le Sahel, une initiative bénéficiant du soutien de plusieurs pays européens et destinée à améliorer la mobilisation et la coordination de l’aide internationale en faveur des pays du Sahel.

Par ailleurs, le président en exercice du G5 Sahel a révélé que l’organisation a initié un projet de création d’une compagnie aérienne pour lutter contre l’enclavement dont les effets sont négatifs sur la mobilité et réduit significativement les échanges humains et économiques intra et inter-régionaux.

Selon lui, le G5 Sahel a également décidé de faire de la libre circulation des personnes, des biens et des services une réalité à travers la suppression avec effet immédiat du visa pour tous types de passeport entre les Etats membres.

Créé en février 2014 à Nouakchott, en Mauritanie, le G5 Sahel regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. La convention d’établissement de l’organisation ayant été signée en décembre 2014, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernements a décidé, à l’issue du Sommet tenu le 6 juin 2017 à Bamako, d’institutionnaliser le 19 décembre "Journée du G5 Sahel" dans tous les Etats membres.

Le G5 Sahel a pour objectifs de lutter contre le terrorisme de toutes sortes dans la bande sahélo-saharienne et de promouvoir le développement dans cette partie du continent africain.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 945

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • abouth (H) 22/12/2017 19:02 X

    Pour avancer sur le chemin de la synergie en matières de sécurité et de développement durable, le G5-Sahel doit "se ressourcer" à Nouakchott où il a vu le jour en 2014 et où se trouve son secrétariat permanent. C'est une brillante idée du président Aziz qui cheminait sans encombre, avant qu'un nombre croissant d'acteurs régionaux et internationaux n'en deviennent des "parrains" autoproclamés et que d'autres se pressent pour en faire partie... Pour la question vitale de la lutte contre le terrorisme au Sahel, les manœuvres politiciennes futiles auraient pu être épargnées aux cinq pays les plus concernés. Le modèle mauritanien en matière de sécurité au Sahel, est incontournable dès lors qu'il s'agit d'infliger des défaites significatives au terrorisme et aux trafics illicites, loin du verbiage creux, facile et irresponsable. En somme, il s'agit de "rendre à César ce qui est à César", pour une meilleure efficacité sur le terrain, au bénéfice de tout un chacun.