22-12-2017 06:45 - Droits de l'homme : la Mauritanie dans la ligne de mire des députés de l'assemblée ACP-UE

Droits de l'homme : la Mauritanie dans la ligne de mire des députés de l'assemblée ACP-UE

Le Point - La création du Conseil supérieur de la fatwa et la peine de mort prévue pour cause de blasphème et apostasie ont convaincu les parlementaires de prévoir une mission d'information en Mauritanie.

Des députés du groupe Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) et de l'Union européenne (UE) vont mener – d'ici juin 2018 – une mission d'information en Mauritanie. Leur préoccupation ? La situation des droits humains dans le pays. La résolution a été adoptée mercredi par l'assemblée ACP-UE.

La peine de mort pour le blasphème

Réunie à Port-au-Prince depuis lundi, l'assemblée parlementaire ACP-UE, composée d'élus de 72 pays, a décidé d'organiser cette mission à la suite d'un référendum en août « qui a abouti à la dissolution du Sénat (mauritanien), à la création d'un conseil supérieur de la fatwa », souligne le texte, approuvé mercredi à l'unanimité moins l'abstention d'un député espagnol.

L'opposition mauritanienne, qui avait appelé au boycott de la consultation populaire, a largement contesté les résultats du référendum constitutionnel approuvé par 85 % des votants.

Insistant, le gouvernement mauritanien a adopté mi-novembre un projet de loi durcissant la législation contre les auteurs de blasphème et d'apostasie. Ces actes seront désormais passibles de la peine de mort. De quoi inquiéter l'assemblée des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l'Union européenne qui ont noté qu'en Mauritanie « des défenseurs des droits de l'homme et des opposants au gouvernement feraient l'objet de poursuites politiquement motivées... » alors que, parallèlement, « les droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifiques sont restreints ».

Pour rappel, ce constat fait écho aux plaidoyers d'ONG internationales de défense des droits de l'homme inquiets de l'évolution de ce pays.

Le Point Afrique (avec AFP)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2610

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • zelimkhan2 (H) 22/12/2017 09:33 X

    Le député espagnol s’est abstenu ! Certains élus ne représentent pas leur peuple et ils sont légion en Mauritanie comme sous d'autres cieux et géographiquement l'Espagne n'est pas très loin de nous. La concussion ne peut être mieux prouvée que par cette abstention.