22-12-2017 08:29 - Journée de travail pour Biram Dah Abeid et IRA-Pays-Bas [PhotoReportage]

Journée de travail pour Biram Dah Abeid et IRA-Pays-Bas [PhotoReportage]

IRA-Mauritanie - Le 20 décembre 2017, le président des réseaux IRA, Biram Dah Abeid, accompagné du président de IRA-Mauritanie-Pays-Bas, l'avocat au barreau d'Amsterdam Harouna Sy, ainsi que trois membres de son bureau (Leida Florijn, Mamadou Kelly et Bocar Kante), ont rencontré dans une séance de travail le directeur de Amnesty-Pays-Bas et ancien député hollandais Efuard Nazarski et le chercheur Melhem Mansour, membre du bureau Amnesty-Pays-Bas.

Les discussions étaient centrées sur la coopération entre les deux organisations de défense des droits humains et sur l'expulsion de Melhem Mansour par les autorités mauritaniennes lorsqu'il était venu en Mauritanie pour dispenser une formation de Amnesty aux activistes Mauritaniens de la société civile.

En suite, dans la même journée et la même ville, Biram Dah Abeid et l'équipe dirigeante de IRA-Mauritanie-Pays-Bas, ont rencontré la présidente de la fondation des journalistes ZAM madame Conny Braam, fondatrice et animatrice du mouvement hollandais de soutien à la lutte anti-apartheid; madame Braam était en compagnie des journalistes Barth Luierink et Mr Gilbert.

Les discussions des deux parties s'étaient axées sur la contribution éventuelle de la plateforme et la fondation à la lutte contre l'esclavage et le racisme, que mène IRA en République Islamique de Mauritanie.

Dans la troisième rencontre qui s'est déroulée à Den Haag (La Haye) Biram Dah Abeid et l’équipe de IRA-Pays-Bas étaient reçus au parlement hollandais par l'honorable députée madame Sadet Karabulit présidente de la commission des affaires étrangères du parlement du Royaume de Hollande. Et au cours de cette rencontre, la discussion entre les deux parties a traité la question de la persistance de l'esclavage en Mauritanie, les passifs et actifs lourds de l'État Mauritanien en ce qui concerne la discrimination raciale, les déportations, les assassinats collectifs, les confiscations des libertés démocratiques, les détentions arbitraires et instrumentalisation de la justice, le viol des règles constitutionnelles..ect

Enfin les échanges ont été conclus par la situation grave et insupportable des détenus de IRA – Mauritanie à Birmogrein, Abdallahi Matalla Saleck et Moussa Bilal Biram, celle du sénateur Mohamed Ould Ghada et son codétenu le sergent Mohamed Ould Mohamd Mbareck, les détenus du 16 décembre 2017 et la disparition de Mohamed Cheikh ould Mkhaitir après la sentence rendu à sont sujet par la cours d'appel de Nouadhibou en novembre 2017.

Nouakchott, le 21/12/2017

La commission de communication

-------


Avec Cridem, comme si vous y étiez...




























Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : IRA Mauritanie
Commentaires : 4
Lus : 1550

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 22/12/2017 21:43 X

    ha ha ha , biram l'esclavage existe surtout en Europe. une étude révèle que la hollande , la Roumanie, la Grèce, l'Italie, Chypre et la Bulgarie sont les pays de l'Union Européenne où le risque d'esclavage est le plus important. Mais le vrai problème de la Mauritanie ,la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion, Mayotte, La Nouvelle-Calédonie, La Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, les Terres Australes et Antarctiques Françaises et les îles de Wallis-et-Futuna ce sont les séquelles de l'esclavage. ha ha ha pauvre biram

  • Indésirables (H) 22/12/2017 13:58 X

    Hhh vraiment vs n'avaient ps hontes entraîne de circuler au monde sous le prétexte de l'esclavagisme. Mais un jrs vont vs refoulée et savoir la vérité qu'il ya ds gens qui profite de ce sujets!inexistants.

  • ELVALLI (H) 22/12/2017 12:09 X

    Mon ami Le Mahatma Gandhi a compris que pour porter l’étendard des grandes causes, il faut être à demi nu, avoir un bâton à la main, se méfier des blondes, de l’alcool, des chancelleries, et des ONG des droits de l’homme qui veulent qu’il épouse un autre homme. Les dictateurs militaires en Afrique sont intouchables parce qu’ils défendent les intérêts de quelques puissants capitalistes qui dirigent l’Occident impérialiste…

  • Kouleyb (H) 22/12/2017 11:21 X

    M. Biram, dans sa quête de soutien, à ses deux causes favorites, l’abolition l’esclavage et l’accès à la présidence de la république, ne connait pas de frontières. Cette fois, le Vent du Nord, longtemps chanté par Jacques Brèle, le traine jusque dans la patrie de Van Gogh, où l’amour de l’aventure et de la nature (pas tout à fait morte) ont eut leur part (accidentelle ?) de pratique de l’esclavage, ou tout au moins de l’occupation des territoires bien loin des leurs. Les belles images de ce séjour de « travail » que nous offre CRIDEM, semblent mettre en valeur deux « produits » bien Hollandais : les femmes et les biscuits, ces derniers, bien mis en évidence, devant notre future Présidents, semblent lui rappeler que son peuple a surtout…faim. Bon vent à Biram et merci à CRIDEM