22-12-2017 14:30 - Attention! Monsieur le président par Mohamed Hanefi

Attention! Monsieur le président par Mohamed Hanefi

Mohamed Hanefi - "Attention" est , dans l'espoir d'attirer votre attention, monsieur le président. Je viens de lire, sur le Site Cridem un article, du manifeste harratine, sur le drame de Diawlé. Un court paragraphe d'une longue histoire que je récite par cœur.

Beaucoup d'amis, acteurs internationaux d'aide et de droit de l'Homme, pourront vous témoigner de ce que je vais vous dire. D'ailleurs, je n'aborderai que le sujet actuel. Je me présente: Mohamed Hanefi, fils des deux ailes de la Mauritanie, la noire et la blanche.

En 1984, j'avais visité feu ma mère aux abords de la Chamama. Et avec l'aide de quelques amis, j'avais entrepris, devant la misère absolue des villageois, une aide modeste pour ces localités. Dans l'une des partie, les plus démunies et les plus marginalisées de ce pays.

Les habitants de Diawlé, à 22 kilomètres de Bezoul 1, où je résidais, venaient à pieds ou à dos d'ânes, pour quelques menues aides que nous octroyons aux villageois : La fête annuelle de la circoncision collective des enfants en bas âge, quelques moustiquaires, quelques dons alimentaires, très négligeables, mais qui soulageaient.

La récitation du coran dans une mahadra, que nous avions installée dans une mosquée, que nous avions difficilement construite. Les services d'un infirmier d'état : Bouna Gueye, que j'avais pris pour un semblant de dispensaire de deux pièces que j'avais construit et qui ne fut jamais reconnu par les autorités de la santé. Bien que les premières personnes invitées étaient le chef d'arrondissement de Lexeiba 2 et son maire.

Je n'oublierai jamais monsieur le président les femmes qui venaient de si loin, sur des charrettes, tirée par un âne, pour accoucher. Vous avez été père, Dieu protège vos enfants et vous comprenez. Tout allait assez bien, dans le contentement et la satisfaction de la prescription de Dieu.

Quand cette course vers l'acquisition de "légalisation" des terres de pauvres a commencé. Un jour, que ma voiture 4x4, voulant braver la grande dune de "Elb-EJbey", qui surplombe Diawlé, a coulé ses bielles. Je fus contrains de rester quelques jour dans cette localité. Le temps de réparations.

C'est ainsi que j'ai connu le sieur Wahaja, qui se présentait comme étant "parent", blanc de ces âmes noircies par le dur labeur d'une terre chiche, et qui l'adoraient ou presque. Je connus aussi la nature d'un environnement ingrat, qui ne donnait ses fruits que par le bras de femmes, décharnées, demusclées, dénervées par des efforts, qui s'apparentent aux travaux forcés et qui sont très au dessus du labeur, qu'une femme pouvait accomplir.

Les jeunes étant partis à Nouakchott, Nouadhibou ou Zouerate, pour pouvoir envoyer les quelques kilos de poisson séché "Guedj", les quelques kilos de haricots, ou quelques habits pendant les fêtes, seuls quelque hommes agés etaient sur place.

Je me rappelle d'un homme du village, Ahmed Ramdane, qui m'avait presque obligé de céder ma pelle américaine pliable, et que j'avais rapportée du Koweït au frère du "parent" précieux. Une pelle que je chérissais. Ahmed Ramdane est mort et le "parent" a extorqué sa reconnaissance enfouie dans les tréfonds du cœur.

Jamais l'esprit d'une âme noble, n'aurait pensé à dépouiller cette misérable population. Les années suivantes, monsieur le président, j'ai assisté à ce qui ressemble au cauchemar: le sieur Wajaha, qui revendique la terre de ses "parents", et qui cherche par tous les appuis, de les en déposséder.

Cette fièvre, d'ailleurs était devenue collective. Beaucoup de "parents", usaient et abusaient de l'autorité tribale, locale et nationale, pour sortir des pauvres ( dont vous avez clamé être le président), du seul morceau de terre, qu'ils grattent depuis des centenaires, non seulement pour survivre, mais en plus, pour faire vivre, ces "parents", dont la présence s'est fait de plus en plus sentir, au point de menacer des centaines de foyers et alimenter le foyer de la division, qui lui-même, est saturé à outrance.

Monsieur le président. On ne commence pas l'édification d'un immeuble, commençant par les soixante douzième étages. Les harratins, ainsi que les negro-mauritaniens de Nouakchott, de la transaction politique, de la "diaspora" des votes sonores, des "soutiens" inconditionnels, des tajines à 10 heures, ne sont pas l'émancipation que vous croyez. Vous perdez le temps précieux, qui vous imparti, pour vous acquittez de votre devoir envers Celui qui vous a placé là.

Vous ne savez même pas en quel jour en quelle heure, ou en quel jour, Il va vous rappeler, pour rendre compte. Indépendamment du facteur économique, vous avez le pouvoir de régler ces griefs en un tournemain.

Je ne suis pas de ceux qui ne voient en vous que le mal. Mais si j'étais à votre place (et avec tout le respect que je vous dois, je ne le souhaite jamais), j'aurais réglé tous les conflits ethniques, féodaux, de l'injustice, de la tyrannie charlatanesque, de l'oppression de l'arrogance, en un jour.

Je le sais : Vous avez la force armée, la police, la politique, le renseignement et même la religion, et d'autres moyens encore que Dieu vous a confiés pour un temps et que vous pouviez utiliser pour qu'un mauritanien ou une mauritanienne, même faible ou méprisé, ne verse pas de larmes au milieu de la nuit, sous votre responsabilité.

D'après mes constats, très approximatifs, ces gens là semblent, ni sentir, ni profiter de vos efforts (certes louables). Ils ne sont même pas protégés, par l'autorité, que vous gaspillez à poursuivre les manifestants désœuvrés de Nouakchott.

Vous semblez tourné vers un progrès, certes nécessaire en son temps, mais qui représente une dose supérieure à la réalité du peuple, que vous voulez émanciper, monsieur le président. L'histoire vous le dira.

Ces pauvres ont Dieu. Il est là. Et j'ai personnellement plus peur, pour ceux qui Le défient avec une telle effronterie, que ceux qui en subissent les sévices. Désolé de vous le rappeler, encore une fois, tant que vous occupez le fauteuil présidentiel, vous êtes le premier responsable de toute exaction, toute injustice et tout tort, commis sur ce territoire. Vous avez décidé, œuvré et accepté cette responsabilité. Et vous en répondrez devant Allah.

Les habitants de Diawlé, peuvent être dépossédés de leurs terres. Ils viendront errer aux abords de grandes villes, ou grossir le cortège des mendiants de Nouakchott. La Mauritanie, par toute sa grandeur, la lourdeur de son arsenal étatique, tribal, féodal, aura écrasé, ceux qui étaient déjà écrasés par l'injustice de la vie. Elle n'aura écrasé que de la farine. Et là s'arrête le pronostic en notre portée. La frontière de notre calcul.

Puis s'ouvriront les rideaux de Dieu. De quel coté?, sur quelle scène?, par quel force?, avec quels soldats?

Lui, Seul le sait.

Car si l'attention du président des pauvres, peut se distraire par les fastes de la vie, L'œil du Tout puissant ne dort jamais. Je vous souhaite bonne année, bonne santé et beaucoup de fermeté dans la justice et la lumière de la sagesse.

Mohamed Hanefi. Koweït.



"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Source : Mohamed Hanefi
Commentaires : 9
Lus : 2739

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • SAF-B.F.L. (F) 23/12/2017 21:51 X

    HÉÉ! BONNET YOO! Aprè les claques reçues de la part de ton ami Krombele-coulibaly-baly et qui t'a bien gratté le dos avec un râteau tu nous bassines ce texte pour nous attendrir et avoir les lecteurs de Cridem et du coup pour que le président des pauvres à qui tu fais un clin d’œil pour qu'il te nomme à l'ISESCO L'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture (Le pendant de l'UNESCO DU MONDE DIT "ARABE"! La situation de Diawlé que tu décris ne date pas d'aujourd'hui et toutes les villes. villages et autres hameaux du sud du pays vivent ce calvaires depuis des décennies. Donc il n'y a rien d'émouvant dans ce que tu racontes puisque nous les gens du sud nous le vivons chaque jour qu'ALLAH FAIT! Nous attendions à ce que tu relèves le défi qui t'était lancé par ton parent Krombelé mais non tu as rasé les murs pendant quelques jours et tu fais semblant de rebondir. Attention! Attention! la PLUME DU BERGER ALLEMAND N'EST PAS CASSÉE.Montre-lui toi aussi que tu porte un pantalon, une culotte et une petite culotte comme tout homme virile et digne! ATTENTION! HÉÉ! BONNET! YOO!

  • jakuza (H) 23/12/2017 05:58 X

    Article qui fend le cœur du simple croyant que je suis. Vivement que, si ces faits sont avérés, les responsables soient châtiés, wajaha le bien nommé en premier. On gouverne par l'exemple...

  • habouss (H) 22/12/2017 18:26 X

    Malheureusement tu seras tout juste assimilé à un Biramiste c'est à dire quelqu'un de l'IRA. Ce pays a oublié hélas la réalité de la Religion pour n'en retenir que quelques avantages croient ils. Je connais ces populations de cette bande des bejul, sur la rive droite du fleuve. Ces populations tirent le meilleur de la récolte de ces maigres lopins de terres qui ne les a jamais appartenus. Pour Aziz vous perdez votre temps, apparemment c'est un pauvre meuble déposé pour recevoir les doléances de nouveaux riches sans vergogne ni morale. Pour moi il est aussi victime que ces pauvres gueux de la chemama !

  • foutatoro (H) 22/12/2017 17:31 X

    Cri du coeur certain. Tous le sud de l'erreur coloniale connaît des drames décuplés et ce, depuis.... 1989. Presque depuis 30 ans.

  • machaallah03 (H) 22/12/2017 17:08 X

    j en ai les larmes aux yeux , allahou akbar

  • doudou19 (H) 22/12/2017 16:52 X

    Triste, émouvant et plein de vérité mais Cher Frère Hanevi ce Azzzzzizzzz ne connais que le langage des sous, du tort et du plus fort. Il s’est fait élire par un slogan (président des pauvres) pour tuer les plus fragiles parmi nous dans l’immédiat et appauvrir les autres pour asseoir son règne. Règne que le mauritanien averti n’oubliera jamais.

  • duroowo (H) 22/12/2017 16:10 X

    Merci hanafi pour ces conseils reel et honete. Mais le probleme est que ce general ne croit qu'a rien. tout les pauvres seront deposseder de leur terres et ca c'est une provocation que le regime toujours fait. Qu'Allah aide les pauvres discrimines Amine

  • medabdul (H) 22/12/2017 16:03 X

    Bon, c'est pathétique, émouvant et très bien dit, mais apparemment HANEHI,tu es en retard d'une guerre, le président des pauvres, certes Aziz l'avait bien montre et sincèrement il veut du bien pour ces pauvres, mais ses intentions je crois sont très mal traduites dans les faits; à voir le problème des veuves et orphelins tout près,15 millions pour un officier mort, et a l'arrivée 1,5 million, la différence empochée par des loubards, et ainsi de suite......,je connais très bien Bejoul et Diawle habites par des gens simples, naturels, humains, mais y'a t'il de l'humanisme dans ce pays?

  • Thiey-Nktt (F) 22/12/2017 16:02 X

    Mon cher Hanefi, votre lettre est émouvante et très triste pour les populations de Diawlé, mais malheureusement cette alerte sera lue de travers et même vous serez certainement accuser par les services du général de faire un travail pour le réseau IRA et son président. Aziz est là pour l’éternel, il ne pense pas un seul moment qu’il aura affaire à Dieu et qu’i devra rendre compte, Aziz ne reconnait en dieu que l’argent et le tort sur les populations. Aziz est le président des pauvres, ce mot n’est pas mal choisit par lui, ce slogan politico-criminel et destructrice du tissu social, les mauritaniens ne l’oublieront jamais, surtout les pauvres qui ont été exterminé par les différentes autorités qu’Aziz a installé dans les zones citées. Cette lettre donne de l’insomnie à tout bon musulman qui sent le problème des autres au lieu d’en créer contre eux. Ma question est de savoir est ce que Aziz contrôle la situation du pays et est ce qu’il sent quelque chose en lui.