25-12-2017 13:39 - Mauritanie : un "homme de consensus" porté à la tête du parti islamiste Tawassoul [PhotoReportage]

Mauritanie : un

Pour les cinq prochaines années à venir, Mohamed Mahmoud Ould Seyidi va diriger le parti islamiste mauritanien, Tawassoul.

Il a été élu dans la nuit du dimanche à lundi, à l’issue d’un congrès ouvert vendredi qui a réuni près d’un millier de congressistes venus des quatre coins du pays. Le nouveau président de Tawassoul Ould Sidi a obtenu la majorité absolue, avec 79,8% des voix des membres du collège électoral dont le total est de 935 congressistes.

M. Ould Seyidi a devancé trois autres candidats dont un vice-président de l’Assemblée nationale, Mohamed Ghoulam Ould Elhadj Cheikh (10,3%), et le chef de file de l’Opposition démocratique, El Hacen Ould Mohamed (1,8%).

"Il est très dynamique dans le milieu islamiste du pays. C’est un fédérateur, un progressiste. Autour de lui, c’est toujours le consensus. Il n’est pas radical. Il est simple et ouvert", confie un militant du parti Tawassoul.

Professeur à l’université de Nouakchott, le nouveau président du parti Tawassoul est originaire de Boumdeid, près de Kiffa, dans l’Assaba. Éphémère ministre de l’enseignement supérieur sous Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah, en raison du coup d’Etat de Mohamed Ould Abdel Aziz, Mohamed Mahmoud Ould Seyidi a déjà occupé le poste de président du Conseil national de Tawassoul.

Polyglotte, actuellement député à l’Assemblée nationale, M. Ould Seyidi est né le 2 mai à 1965, à Kiffa.

Pour rappel, il forme avec le journaliste Wodiaa et Jémil Mansour le trio qui s’était exilé en Belgique pour fuir la répression du régime de Mâouiya Ould Sid’Ahmed Taya sur les islamistes.

Texte & Photos | Par Babacar Baye NDIAYE

©Cridem 2017

------

Avec Cridem, comme si vous y étiez...





































































































Commentaires : 1
Lus : 3002

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • abouth (H) 28/12/2017 11:19 X

    Des images trompeuses, une foi démocratique douteuse, un affichage paisible en contradiction avec le passif du Printemps arabe, bref que des "fake news"! La succursale mauritanienne des "Frères musulmans" utilise à merveille le maquillage politico-médiatique pour apparaître sous les traits rassurants d'un mouvement pluriel et moderne, il n'en est rien. Ces Islamistes "post-printaniers" constituent le pire danger pour la modernité, les droits de l'homme et le progrès. Ils ont détruit plus d'un pays dans le monde arabo-musulman, en raison de leurs certitudes archaïques, leur naïveté politique et leur appétit immodéré du pouvoir...