25-12-2017 15:33 - Pouvoir v/s G8: La tension monte

Pouvoir v/s G8: La tension monte

Le Calame - Le G8 a marché, samedi 16 Décembre, à Nouakchott. Une occasion, pour les membres du FNDU, du RFD et d’autres partis politiques, les uns reconnus, comme Sawab, les autres non, comme IRA (RAG) ou les FPC…, de brocarder le pouvoir du président Mohamed ould Abdel Aziz.

En bref, l’opposition qualifiée de « radicale » a élevé le ton. Même si l’on pouvait déceler, en filigrane, une certaine volonté de voir le dialogue s’établir entre les deux camps, avec, en ligne de mire, les prochains échéances électorales de 2018, l’opposition semble déterminée à écarter, du processus, l’actuel locataire du Palais.

Plusieurs leaders du G8 se sont, une nouvelle fois, astreints à réclamer le départ du président de la République à la fin de son mandat. Toujours pas persuadés, donc, par les propos, réitérés à maintes reprises, d’Ould Abdel Aziz clamant qu’il ne modifierait pas la Constitution pour briguer un troisième mandat.

Les partis de l’opposition continuent donc à douter de la sincérité de la parole de l’homme du 6 Août 2008. Ils fondent leurs craintes sur l’absence de tout signe de décrispation en vue d’organiser, consensuellement, des élections inclusives et crédibles. Un objectif au demeurant souhaité, par le nouvel ambassadeur, chef de délégation de l’Union Européenne, dans une interview exclusive au Calame, la semaine dernière. Autre source de crainte de l’opposition et, probablement, des bailleurs de fonds, les inaugurations et poses de première pierre de nouveaux chantiers par le gouvernement.

L’opposition craint que ces activités ne relèvent que d’une campagne déguisée, en vue de la prochaine présidentielle, gardant ainsi, sous le boisseau, la possibilité d’une nouvelle modification de la Constitution, en vue de déverrouiller son article 26 limitant le mandat présidentiel à deux, voire, carrément, d’un changement de République. Les tripatouillages sur les symboles que sont le drapeau et l’hymne national ne seraient, aux yeux de cette méfiante opposition, que les prémices de plus profonds aménagements, voire bouleversements, de la Constitution.

Dans ces conditions comment nouer un dialogue entre le G8 et le pouvoir qui semblerait ainsi adopter une stratégie d’usure, style « Le chien aboie, la caravane passe » ? Et s’il misait, plutôt, sur les divisions au sein de l’opposition ? Il lui semble en effet acquis que plusieurs partis de cette opposition sont traversés, depuis les dernières municipales et législatives, par des dissensions entre ceux qui n’entendent plus attendre Godot et ceux qui en espèrent un tant soit peu.

Beaucoup pourraient donc emboîter le pas aux islamistes de Tawassoul et présenter des candidats aux prochaines échéances locales. Le G8 n’est pas à l’abri de tensions croissantes à l’approche des échéances électorales de 2018 et l’aubaine n’a pas échappé au pouvoir qui applaudirait de plusieurs mains à chaque déchirure.

Mais les amis d’Ould Abdel Aziz et, notamment, ceux qui le poussent à briguer un troisième mandat ne doivent pas oublier que leur mentor ne compte pas que des inconditionnels, au sein même de son hétéroclite majorité. Aussi « grandioses » soient ses réalisations, depuis son arrivée au pouvoir, le président Aziz n’a pas réussi à dissiper cette espèce de « malaise », partout perceptible dans le pays. Au point, même, que plusieurs de ses supposés inconditionnels n’hésitent pas à vous avouer, en off, que « la situation est très difficile ».

Pourquoi ? Parce que l’argent dont parle le Président dans ses discours ne se rencontre nulle part dans les paniers des ménagères, dans le marché de l’emploi, etc. Mohamed ould Abdel Aziz détient seul les clefs de la trésorerie.

Le pouvoir ne doit pas oublier la « gifle » que le peuple lui a administrée, lors du referendum. En dépit de l’investissement personnel du Président dans la campagne, les supposés supporters du pouvoir ont boudé les urnes ; le résultat est, au très bas mot, « entaché d’irrégularités ». Et l’on comprend mal pourquoi le seul parti de l’opposition, le CDN d’Ould Bettah, qui a participé à la consultation, a été empêché de battre la campagne du non.

Comme on ne comprend pas, non plus, le refus du pouvoir d’autoriser les meetings de protestation de l’opposition du G8. S’il est réellement majoritaire, comme il le clame à tout bout de champ, il ne devrait pas craindre ceux qui sont minoritaires. C’est la règle la plus banale de la démocratie, non ?

DL



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1667

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • jakuza (H) 25/12/2017 16:40 X

    DL mieux qu'AOC qui a terni l'image du Calame par ses insultes! Analyse crédible d'une situation dont l'évolution est à suivre avec objectivité! Et, surtout à relayer sans prose de laudateurs ou fiel de détracteurs qui tuent, tous deux, le débat..