25-12-2017 16:16 - Tawassoul : Démocratie bien ordonnée, commence par soi !

Tawassoul : Démocratie bien ordonnée, commence par soi !

Le Rénovateur Quotidien - Les rideaux sont tombés dimanche soir sur le congrès du Parti Tawassoul. Après trois jours d’ intenses travaux , les congressistes ont dit leur dernier mot : le député Mohamed Mahmoud Ould Seyyidi a été élu nouveau président du Parti en remplacement de Jemil Mansour qui a bouclé deux mandats à la tête de cette formation qu’il dirigeait depuis sa création en 2007.

Ainsi s’ouvre une nouvelle ère pour un parti qui s’est positionné en quelques années comme la première force de l’opposition en Mauritanie. En effet Tawassoul a forcé l’estime de bon nombre de mauritaniens par sa discipline ; sa force de mobilisation et son ouverture à toutes les composantes du pays.

Ce qui lui a valu 16 députés à l’assemblée nationale et plus d’une vingtaine de mairies et un nombre importants de conseillers municipaux. Le nouveau patron de ce parti n’est pas un inconnu sur la scène politique.

Député connu par ses grandes prestations à l’hémicycle, Ould Seyyidi qui a obtenu 613 voix était compté dès le départ comme le plus grand favori de cette élection devançant de loin le secrétaire aux affaires politiques du parti, Cheikhani Ould Beibe a obtenu 79 voix.

Tawassoul, un parti d’opposition d’obédience islamiste modéré en Mauritanie, compte selon les chiffres fournis plus de 100 000 adhérents.

Tawassoul donne une belle leçon de démocratie

Tawassoul entend faire de l’alternance interne un modèle de démocratie et de choix politique découlant de la volonté de ses militants. C’est en tout cas l’enseignement majeur tiré de ce congrès. Au moment où de vieux leaders politiques continuent à s’accrocher à la direction de leur parti tant qu’ils ont encore le pool qui bat, espérant par on ne sait quel miracle venir au pouvoir par les urnes, l’exemple de Tawassoul est une démonstration que démocratie bien ordonnée commence par soi.

Quand les fruits tiennent la promesse de fleurs...

A ceux qui pensaient que le populaire président Jémil Mansour allait être tenté par le désir de rester se sont vite désillusionnés. L’homme à la mine joviale pétillante encore d’ardeur sait qu’il a posé les jalons d’un parti d’avenir qui dispose aujourd’hui de ressources politiques nécessaire et d’une expérience dans l’exercice du jeu démocratique pour réaliser un jour son rêve de prendre le pouvoir par les urnes.

Cette confiance s’est vivement affirmée durant ce congrès qui a vu de grandes figures politiques du monde arabe et africain assister au congrès. Khaled Mechaal leader du Hamas était de ceux –là. A l’orée des élections législatives et de la présidentielle de 2019, le terrain semble favorable aux islamistes de Tawassoul pour réaliser le sprint final.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1420

Commentaires (2)

  • jakuza (H) 25/12/2017 16:30 X

    Par ailleurs, si Tawassoul a eu tous ces députés et ces maires c'est simplement parce que chez UFP et surtout RFD on boycotte et on insulte à tout va... Tawassoul est futé et c'est pour cela qu'il faut s'en méfier de ce parti dont les relais obscurs à l'étranger font vraiment frémir...

  • jakuza (H) 25/12/2017 16:26 X

    " ...le pool qui bat.." n'est pas celui-là mais le pouls! A part ça je reste persuadé que ce parti n'aurait jamais du être autorisé et que cette démocratie interne qui fait saliver l'auteur ne doit pas occulter la nature ultra-conservatrice d'une formation politique qui surfe sur l'attachement des mauritaniens à l'islam pour les embrigader demain!