28-12-2017 07:00 - Mauritanie: la perspective du lancement du nouvel ouguiya fait flamber les prix

Mauritanie: la perspective du lancement du nouvel ouguiya fait flamber les prix

Le360 - A quelques jours du changement d'étalon de l'ouguiya, les prix flambent. La Banque centrale de Mauritanie (BCM) essaye de conjurer cette situation en lançant une campagne nationale de sensibilisation.

A partir du 1er janvier 2018, l'ouguiya sera démonétisé et changera de valeur faciale. La valeur de l'ancienne ouguiya sera divisée par 10. Ainsi, 100 ouguiyas actuels ne vaudront plus que 10 ouguiyas de la nouvelle monnaie avec, théoriquement, le même pouvoir d'achat.

Et par rapport aux devises étrangères, un euro qui s'échange actuellement contre 450 ouguiyas, ne vaudra que 45 ouguiyas à partir du 1er janvier.

Ainsi, la valeur de la monnaie ne changeant pas, les prix ne devraient pas évoluer à la hausse non plus. A titre d'exemple, la baguette de pain qui coûte actuellement 100 ouguiyas ne vaudra ainsi que 10 ouguiyas avec la nouvelle monnaie, à partir du 1er janvier 2018.

Mais entre la théorie et la pratique, il y a un grand pas. Et à ce titre, la crainte inflationniste se confirme. Les prix de certaines denrées de base ont connu une hausse vertigineuse au cours des derniers jours. Cela concerne notamment le riz, les pâtes, les médicaments, la farine ou le ciment. A titre d'exemple, le prix du sac de riz de 25 kilogrammes aurait doublé alors que le sac de ciment a augmenté de 20% pour s'échanger à 60.000 ouguiyas chez certains commerçants.

Certains produits n'ont pas connu de hausse des prix, mais une baisse de leur poids. C'est le cas du pain qui conserve son prix unitaire de 100 ouguiyas mais dont le poids a été réduit par les boulangers, une manière de répercuter la hausse du prix de la farine.

Pourtant, ces hausses sont injustifiées dans la mesure où la valeur de l'ouguiya n'a pas changé. «Ce phénomène est imputable à une spéculation pure et simple de la part des commerçants», avance un analyste. En clair, ces derniers sont déterminés à tirer le maximum de profit de la nouvelle situation, surtout en l'absence de contrôle des prix. Pourtant, l'Etat devrait anticiper sur cette situation, connaissant la mentalité des commerçants mauritaniens à vouloir gagner de l'argent dans des conditions pareilles.

Partant, et face à l'approche de l'échéance, les agents de la Banque centrale de Mauritanie sont en mission à l'intérieur du pays pour expliquer le changement de l'étalon de l'ouguiya, les véritables enjeux de cette réforme et le fait que la démonétisation et le changement de la valeur faciale n'entrainent pas une variation des prix.

Reste que dans un pays de 1,03 million de kilomètres carrés comprenant une importante frange de la population non alphabétisée, une semaine suffira-t-elle à la Banque centrale pour sensibiliser sur une réforme aux enjeux aussi importants?

Pour cette campagne de sensibilisation, plusieurs directeurs de la BCM sillonnent depuis mardi les capitales de régions, villes et départements, insistant sur «le devoir patriotique et citoyen d’accompagner cette opération pour assurer sa réussite».

Les missions menées par les directeurs de la BCM en collaboration avec l’administration territoriale, notamment les gouverneurs et les préfets, ciblent les responsables des services civils régionaux de l’Etat, les forces armées et de sécurité, les responsables des institutions financières privées au niveau des régions, les collectivités locales, les opérateurs économiques et le grand public.

Ce beau monde doit comprendre et pouvoir expliquer le sens et la véritable dimension du changement de la valeur faciale de l’ouguiya.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 1
Lus : 2752

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 28/12/2017 12:26 X

    Franchement ce n'est pas sérieux ! qu'est ce qui se passera avec la masse des pauvres, du coté des commercants, normal qu'ils taxent fort, mais l'etat en personne devrait revoir cela avec son ministre du commerce Naha, sinon on ne peut que se résigner, et bien sur Dieu Est là pour tous ! à chaque matin, une bouche ouverte, aura de quoi se nourir et c'est l'essentiel, n'empeche que c'est injuste mon Dieu !