30-12-2017 17:11 - Un ex-ministre mauritanien à Salmane : «Nous ne sommes pas vos bonniches !»

Un ex-ministre mauritanien à Salmane : «Nous ne sommes pas vos bonniches !»

Algérie Patriotique - L’ancien ministre mauritanien de l’Enseignement supérieur, le docteur Bakay Ould Abdel Malik, a demandé l’annulation d’une convention bilatérale signée entre la Mauritanie et l’Arabie Saoudite le 15 juillet 2017 à Djeddah, consistant à organiser l’exportation vers le royaume d’une main-d’œuvre féminine destinée à servir de domestiques, autrement dit pour des emplois de «bonnes» chez les riches Saoudiens.

Il rappelle que la Mauritanie a été un pays qui a fourni nombre d’oulémas (savants musulmans) issus de ses universités islamiques réputées dans le monde arabe et musulman.

En rejetant l’accord sur l’exportation de «bonnes» vers l’Arabie Saoudite, l’ex-ministre énumère ce que son pays attend du royaume saoudien : des investissements dans l’enseignement supérieur et la recherche pour atteindre un haut niveau de qualité similaire au niveau de l’université Roi-Abdelaziz ; le financement d’un programme complet pour la réforme de l’enseignement primaire et secondaire afin de résoudre le problème de la déperdition scolaire dans les banlieues et les bidonvilles qui se trouvent à la périphérie des grandes villes.

Le docteur Bakay évoque les pertes financières de son pays à la suite de la rupture des relations avec le Qatar décidée par suivisme aveugle et irréfléchi pour plaire à l’Arabie Saoudite, en contrepartie de quelques millions de dollars promis par les Saoudiens au gouvernement mauritanien, mais qui sont sans rapport avec ce que rapportaient non seulement les investissements du Qatar en Mauritanie, mais aussi les centaines de fonctionnaires mauritaniens, magistrats, imams et enseignants qui travaillaient au Qatar.

L’annulation de la convention que l’ex-ministre revendique est, officiellement, motivée par le souci de protéger les Mauritaniennes contre les abus dont elles étaient victimes et contre les atteintes à leur dignité. Le texte définit les travaux domestiques concernés et offre des garanties pour les femmes qui désirent profiter des opportunités d’emploi en Arabie Saoudite.

En réalité, c’est une forme d’hypocrisie dont le but est de tromper l’opinion publique en Mauritanie où les organisations de défense des droits des femmes ne cessent de protester contre le véritable esclavagisme auquel les Mauritaniennes sont soumises en Arabie Saoudite. Il y a deux ans, l’Association de femmes chefs de famille de Mauritanie avait révélé un scandale de traite massive de femmes impliquant l’Arabie Saoudite où des centaines de Mauritaniennes se sont retrouvées «séquestrées dans des cours de maison, victimes de toutes les formes de maltraitances physiques, psychologiques et sexuelles».

L’ONG dénonçait alors «une forme aberrante d’esclavage contemporain et une traite sexuelle». Ce trafic était facilité par les administrations mauritaniennes pour la délivrance de passeports et par les autorités saoudiennes pour ce qui est de l’octroi des visas.

Cette pratique d’un autre âge est aggravée par le fait qu’elle concerne les «harratine», qui font partie de la catégorie – 40% de la population, dit-on – d’esclaves ou descendants d’esclaves de Mauritanie. Ce sont ces femmes mauritaniennes qui sont exportées vers l’Arabie Saoudite comme «bonnes».

H. A.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 4504

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • haballah (H) 02/01/2018 12:21 X

    Algerie quelque chose d abord votre titre est archi faux ce soi disant ministre n a jamais dit et ne peut pas dire ce que vous lui attribuer au roi salman ensuite c est une excellente opportunité de travaille pour bon nombre de Mauritaniens homme et femme. mais dans tous les pays du monde et c est la nature humaine il y a de bons et mauvais patrons et l a dit un autre intervenant ce monsieur a tous fait pour être renommé ministre et comme ça n a pas marché il utilise une autre surenchère pensant qu elle va marcher mais il se trompe lourdement

  • amadou moussa (H) 02/01/2018 12:03 X

    un ex-faux ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche clientéliste à la solde de Riyad.il mérite un mandat d'arrêt international pour haute trahison.

  • wakhty (H) 31/12/2017 14:02 X

    Le comble du mepris ; un pays demande à un autre de lui livrer des bonnes , quant on sait qui doivent etres retenus en Mauritanie pour ce service !!!!!! (***) ici meme les Noires sont reduit à cetimage d'esclave . EHHHHHHHHHHHHH allah , Ehhhhhhhhhhhhhhhh l'Islam , ehhhhh les musulmans !!!!!

  • synthetiseur (H) 31/12/2017 13:07 X

    Pour un jeune cadre comme lui qui cherche des promotions et cest normal cest un acte courageux que de sexprimer librement selon sa conscience. Je crois qu'il faut l'en féliciter. Il voit l’intérêt de son pays au dessus de son propre interet.

  • moulaye sidine (H) 31/12/2017 10:32 X

    Ould Abdel Maleck est le plus médiocre des ministres de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Après le soutien du Président Aziz et l'engagement politique au sein de la majorité,il se permet de critiquer une convention bilatérale de travail. Monsieur l'Ex- ministre, je vous propose de relir le contenu et les engagements réciproques de cette convention avant de tenir des propos obsolètes.Votre promotionnaire et cousin El Kounty serait d'une grande utilité pour vous dans ce débat.........

  • Le politicien (H) 30/12/2017 20:37 X

    Ce ministre a épuisé le style laudatif en faveur du président Aziz, avant de ... changer son fusils d'épaule, à la faveur de son éviction du gouvernement, et de se lancer dans le style critique acerbe, vis-à-vis du même président. Comme l'a soutenu un internaute, ce monsieur a été coopté au plus haut niveau, mais n'a pas fait ses preuves... Plus rien ne trouve grâce à ses yeux, même pas les intérêts vitaux de la Mauritanie à l'étranger!

  • jakuza (H) 30/12/2017 17:37 X

    Vrai que cette "traite des bonnes" est choquante! D'accord pour solliciter des financements conséquents mais sans que cela soit pour l'éducation où il n'est pas souhaitable que quiconque y "mette son nez"! En effet, il est établi que celui qui finance l'éducation voudra en dicter les programmes, ce qui est inadmissible..