31-12-2017 09:54 - La Mauritanie envoie une délégation assister à l’exercice militaire du Polisario

La Mauritanie envoie une délégation assister à l’exercice militaire du Polisario

Yabiladi - Le président mauritanien souffle à nouveau le chaud et le froid sur la normalisation des relations maroco-mauritaniennes. La décision de Mohamed Ould Abdel Aziz d’envoyer une délégation assister à l’exercice militaire effectué par le Polisario, le lundi 25 décembre, devrait crisper le timide rapprochement de ces derniers mois.

Le président a en effet dépêché dans la zone tampon d’Agounit, le chef de la deuxième région militaire de Tiriss Ezzemmour, Hammadi Ould Aly Mouloud. Des députés mauritaniens ont également fait le déplacement.

Ce retour à la case départ surprend alors que les observateurs pariaient sur une relance des relations entre Rabat et Nouakchott, notamment après la nomination d’un nouvel ambassadeur mauritanien à Rabat.

Pour rappel, la Mauritanie reconnait la «RASD» depuis les accords d’Alger d’août 1979. Il ne manque à cette reconnaissance que l’installation d’une «ambassade» de la «république auto-proclamée» en 1976. Un pas que l’homme fort du voisin du sud hésite encore à franchir.

Jeudi 28 décembre, le ministre marocain des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khaldfi a déclaré que les manœuvres du Polisario «reflètent son désarroi et la dislocation de ses rangs à la suite des victoires successives accumulées par le Maroc dans la défense de son intégrité territoriale».



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2567

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • habouss (H) 31/12/2017 17:16 X

    Têtes de noeuds ! Quand est ce que vous comprendrez que la Mauritanie est un pays neutre dans cette sale affaire fratricide du Sahara,depuis qu'elle a perdu la plus belle solution faute de puissance, à savoir le rattachement de cette province à la mère partie qu'est la République Islamique de Mauritanie.

  • jakuza (H) 31/12/2017 14:05 X

    Pourquoi ne pas illustrer cet article avec une photo de l'évènement en question? Sinon rien à dire sauf que si le Maroc nous invite on viendra là aussi et c'est cela la neutralité...

  • morehob (H) 31/12/2017 12:09 X

    Nos frères marocains n'arrivent pas à comprendre que notre pays ne veut plus entrer dans un conflit dans nous n'aurions du nous engager dés le départ. Donc il est parfaitement normal que nos forces militaires et de sécurité, ne serait ce que pour leur information,entretiennent des relations et des contacts réguliers avec tous leurs homologues et voisins immédiats qu'ils soient sénégalais, maliens, algériens et sahraouis et même marocains bien qu'il n y ait aucune frontière officielle reconnue internationallement entre nous.