05-01-2018 06:45 - Des médecins en chômage en sit-in en Mauritanie

Des médecins en chômage en sit-in en Mauritanie

Infos plus Gabon - Plusieurs dizaines de médecins en chômage ont organisé ce jeudi un sit-in devant les locaux du ministère de la Santé, situé dans le quartier administratif de Nouakchott, la capitale mauritanienne, pour réclamer leur recrutement par l’Etat.

Ces médecins au chômage sortent de plusieurs universités de la sous-région, Mauritanie, Sénégal, Maroc et Tunisie. Pendant la manifestation, les participants tenaient une large banderole sur laquelle, on pouvait lire "nous demandons le recrutement de tous les médecins suivant les instructions de son excellence le président de la République".

Dans une déclaration, le coordinateur du mouvement, Ahmed Ould Boussery, a indiqué qu'ils sont 70 médecins généralistes et 15 spécialistes sortis de très bonnes universités et sans emploi depuis plus d’une année.

Selon les explications de M. Ould Boussery, l'Etat avait proposé le recrutement, à la date du 31 décembre dernier, de 40 généralistes et 10 spécialistes, à l'issue d'un concours, ce que les médecins en chômage ont rejeté, arguant qu'ils ignorent les motivations et les raisons de cette restriction.

"La Mauritanie fait face à un manque cruel de médecins, avec un ratio d'un médecin pour 6000 habitants, en dessous des normes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Nous avons été formés pour servir le pays et apporter notre contribution à l’offre de santé. Mais le constat est qu’aujourd’hui, de simples infirmiers et même un personnel moyen qualifié, est chargé d’exécuter notre tâche dans les structures sanitaires nationales, avec de graves risques et conséquences pour la population", a déploré Ahmed Ould Boussery.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1875

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • thialido (H) 05/01/2018 10:07 X

    Monsieur ahmed o/boussery qu'est ce que les infirmiers vous on fait pour les prendre du bout des doigts?....."de simples infirmiers" et qui pourtant contribuent largement au complement de votre formation une fois affectés dans vos postes de travail a leurs cotes.Ne soyons pas complexés luttez votre lutte et laissez nous autres completement en dehors de tout ca.Plutot jalouser vos collegues etrangers qui sont recrutés a votre place et a des salaires beaucoup plus importants que les votres.

  • graindesel (H) 05/01/2018 08:27 X

    Au chômage? surement pas, je suis prêt à parier qu'ils sont tous dans des cliniques privés à coup sur! ce qu'ils veulent c'est émarger à la fonction publique et faire comme beaucoup d'autres, cumuler public et privé pour se faire plus d'argent! Au détriment du public.

  • wakhty (H) 05/01/2018 07:12 X

    Quel paradoxe dans ce pays on ne trouve des medecins q'à Nouakchott , aucune autre commune à part les chef lieu , ne possede un medecin , seulleement chaque ville à un petit medecin et lui ne s'occupe pas generalement des soints dela population , mais des affaire ou de la politique