05-01-2018 21:30 - La Mauritanie réprime l’IRA: L’anti-esclavagisme ne fait pas recette à Nouakchott

La Mauritanie réprime l’IRA: L’anti-esclavagisme ne fait pas recette à Nouakchott

Perspectives Med - En Mauritanie, l’ONG anti-esclavagisme Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) dénonce la répression d’une de ses manifestations mardi à Nouakchott.

Des militants de cette ONG, qui s’étaient rassemblés pour dénoncer la détention de plusieurs de leurs membres, ont été arrêtés. Finalement, leur marche pacifique en direction du siège des Nations unies a été perturbée par l’intervention musclée des forces de sécurité.

« La police était venue en surnombre. Elle a bouclé toutes les issues. Ceux qui ne voulaient pas quitter les lieux ont été carrément battus avec des matraques, ont été traînés et les plus récalcitrants ont été arrêtés », explique Balla Touré, le secrétaire général aux relations extérieures de l’IRA.

Neuf militants de l’ONG antiesclavagisme ont été interpellés. Parmi eux, plusieurs femmes. Tous ont été relâchés le soir même. L’IRA dénonce un durcissement du régime contre ses militants et plus largement, contre les défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie.

Le porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh, justifie ces interpellations en soulignant que « l’IRA n’avait pas d’autorisation. La police doit veiller sur les manifestations et les sécuriser.

Il est donc évident d’arrêter les manifestations qui ne sont pas autorisées. En Mauritanie, il n’y a plus d’esclavage, il y a la pauvreté, le chômage et l’ignorance. C’est le fonds de commerce de l’IRA».


La lutte contre l’esclavage n’était pas l’objet de cette manifestation, mais elle se trouve au cœur de l’action de l’IRA. En juin dernier, l’ONG a déposé plainte auprès des Nations unies et de l’Union africaine pour dénoncer la persistance de l’esclavage dans le pays. Une pratique pourtant érigée en crime contre l’humanité en 2015.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1508

Commentaires (1)

  • Le politicien (H) 06/01/2018 11:19 X

    L'IRA utilise les séquelles de l'esclavage en Mauritanie, comme moyen de glaner du "pognon" auprès des ONG islamophobes en Occident; l'IRA véhicule un message de haine raciale nuisible à l'unité du peuple mauritanien. L'IRA déforme les réalités sociologiques mauritaniennes pour qu'elles épousent, au mieux, les clichés et stéréotypes propres à ses bienfaiteurs en Occident. L'IRA réduit les séquelles de l'esclavage à une seule communauté mauritanienne, alors qu'elle sait que cette tare sociale existe au sein de chacune des quatre communautés nationales, et qu'elle est prégnante au sein des communautés de la sous-région du Sahel et au-delà. Le président de l'IRA a commis l'unique autodafé de l'histoire connu de la Mauritanie, sous les ordres de ses mentors étrangers. L'IRA est illégale et sert de caisse de résonance à tout ce qui est antimauritanien, qu'il provienne d'un pays voisin ou d'une partie lointaine. L'IRA adopte la provocation et la diffamation gratuite comme arguments de combat politique dont l'objectif ultime est l'instauration d'un chaos institutionnel à la libyenne, dans le pays. Presque tous les compagnons historiques (Brahim Bilal, Saad Louleid, ...etc) de Birame l'ont quitté et ne se privent pas d'expliquer pourquoi. Tous les démocrates Mauritaniens doivent dénoncer les deformations, les raccourcis et les objectifs de l'IRA, car nuisibles à l'unité du peuple mauritanien et à la stabilité du pays.