04-02-2018 07:29 - Autour d'un thé: Ecoles

Autour d'un thé: Ecoles

Le Calame - Sur certaines choses, tout le monde est d’accord. Sur très peu, c’est vrai, mais, tout de même, il y en a. Par exemple qu’ici, nous sommes bien en Mauritanie, que c’est bien une république islamique, que tout le monde s’y réclame de l’islam. Mange et boit.

Comme commenta cet ancien cuisinier, à sa patronne, une pédiatre autrichienne expatriée chez nous, qu’il venait de servir à boire : « Eywa, madame, tu abois ? » Ou cet ami, jouant sur les mots de mon affirmation comme quoi untel responsable était un « mangeur » de biens publics : « Ah non ! », me répondit-il promptement, « Celui-là ne mange pas, il boit ».

De fait, l’islam interdit, formellement, de mentir, voler, tricher et autres vilenies. Sur cela au moins, tout le monde est d’accord. Tiens, à propos, tricher, ça rappelle l’école. Monsieur, madame, il « trouche » sur moi ! (belle syncope au demeurant, entre tricher et loucher…) Monsieur, madame, j’ai un besoin !

Monsieur, madame, je vais uriner. Monsieur, madame, il a cassé mon stylo…Qui a le symbole ? Où est la cravache ? Rangez les livres et prenez les ardoises ! Tricher, c’était – c’est toujours… – le propre des élèves.

Des mauvais, s’entend. Juste pour ne pas « fausser une opération » (autre savoureuse tournure scolaire), un accord, une conjugaison ou une analyse, logique ou grammaticale.

La triche, c’était à l’école. Des enfants en quête d’épanouissement à manœuvrer en tous sens pour éviter la raclée de quelque maître consciencieux. Mais les écoles, les programmes, les horaires, les curricula, les encadreurs, les missions, tout était clair. Sans équivoque.

Sans faux maitre, ni faux directeur, ni faux surveillant, ni faux calcul, ni faux inspecteur, ni faux ministre, ni faux diplôme, ni fausse note, ni fausse prétention, ni fausse alerte.

Pas plus de bonne que de mauvaise école, pas comme maintenant, avec les écoles d’« excellence », les écoles expérimentales, les écoles militaires, les écoles privées, les écoles de fils de patron, comme un remake des écoles des fils de chefs. Avec donc, en vis-à-vis, les écoles de fils de gardiens, les écoles Nessiba, écoles Bilal, écoles Halima. Des écoles de fils de pauvres…

Et nouveau grand classique, des écoles arabes, à distance, pas vraiment respectueuse, des écoles africaines. Comme ça, les nostalgiques des écoles 7, Marché et Justice n’auront plus que leurs yeux pour pleurer, sur les cendres pas encore refroidies de ces temples, ridiculisés en boutiques de viande sèche, sel, cordes, jouets, légumes, poisson, cigarettes, riz, huile, chocolat, pain de singe, gomme, thé vert, carreaux, plâtre, pièces détachées, salons de coiffure, hammam pour hommes et femmes, salles de spectacles pour enfants, énergumènes et clowns de tout acabit.

L’excellence ne se décrète pas : elle se met en œuvre. Par un personnel performant et motivé. Par des infrastructures adéquates, en environnement pédagogique et didactique.

L’excellence a un prix. Elle ne se confine pas dans les têtes de ceux qui la conçoivent et ne vit, surtout, que par la volonté de ceux qui y croient. Les uniformes confectionnés à la hâte ne suffisent pas, les mêmes causes produiront, infernalement, les mêmes effets.

Il ne suffit pas de décréter une école, comme ça, au hasard, comme au loto, établissement d’excellence ou expérimental, malgré ses murs dépeints, ses tableaux noirs complètement creux, ses enseignants aux abois, ses livres et registres jaunis, son cruel manque de matériel didactique et expérimental, son environnement délétère et son personnel manutentionnaire fictif.

Sans école, rien ne va. La preuve : si notre école marchait, il n’y aurait jamais eu de faux diplômes. Pas de caisse noire au ministère des Finances. Pas de vente d’écoles ni de dispensaires, ni de rien.

Les militaires seraient restés dans leurs casernes. Les députés dans leur honorabilité. Les médecins n’auraient pas fait se retourner Hippocrate dans sa tombe ni les enseignants Jules Ferry. On n’aurait pas plus eu de ministres bouffons que de magistrats poltrons ou de journalistes peshmergas. Salut.

Sneiba El Kory



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1463

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 04/02/2018 12:38 X

    Sneiba El Kory, êtes-vous fatigué? Je vous conseille d’arrêter d’écrire des stupidités car vos articles n'ont aucune cohérence surtout quand vous dites (Les militaires seraient restés dans leurs casernes). Je vous rappelle que le général de Gaulle est le Président qui a le plus changé la France, il a redonné à la France son rang de grande puissance, ce grand militaire est aussi le fondateur de la Ve République. Sneiba El Kory , Il faut être un aveugle pour ne pas voir les travaux réalisés par l’armée mauritanienne pour faire justement de la Mauritanie un pays développé dans la paix et dans la sécurité. Les militaires mauritaniens sont très compétents, très instruits, très performants, mais surtout plus justes et plus humains que nos politiques et nos politicards . Sneiba El Kory , Je vous rappelle que le plus beau métier du monde, c'est d'être militaire , c’est défendre la patrie et les intérêts supérieurs de la Nation. Le Président de la République, Mohamed Ould abdel aziz qui est aujourd’hui l’artisan principal de la belle image qu’affiche la Mauritanie au reste du monde est avant tout un militaire. Aujourd’hui, les Mauritaniens peuvent être fiers de leur pays courtisé de part et d’autres, tant sur le plan diplomatique, d’investissement, de coopération bilatérale que multilatérale...Il faut féliciter ce grand Militaire, qu’est Mohamed Ould abdel aziz . VIVE AZIZ, VIVE L’armée Mauritanienne et VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE