03-02-2018 20:45 - Mauritanie : MEN : Assainissement à la DRH

Mauritanie : MEN : Assainissement à la DRH

Tawary - Le ministère mauritanien de l’éducation nationale a rendu public, ce mercredi 31 janvier, une note de service affectant dans les wilayas de Nouakchott (Ouest-Nord et Sud) et à l’intérieur du pays plus de cent fonctionnaires (instituteurs et professeurs) qui étaient depuis des années à la direction des ressources humaines (DRH) et à la cellule de communication dudit département.

Sur la note de service portant le numéro 31 en date du 30 janvier signée par la secrétaire générale, figure 74 professeurs et à peu près 164 instituteurs dont certains n’ont pas enseigné depuis plus d’une décennie.

Selon une source bien informée, les enseignants affectés seront obligés d’aller dans les classes sinon, ils seront exposés à des sanctions.

En début de cette année scolaire, un cadre du département de l’éducation avait proposé de déployer sur le terrain ce personnel d’abord et ensuite s’il y a un manque de recourir aux contractuels, nous informe une source.

Mais la grande question est qu’est-ce qu’ils peuvent apporter maintenant aux apprenants du fait que la majorité n’a pas connu les derniers programmes et l’approche pédagogique (APC).

Et surtout parmi eux, il y a qui sont formés professeurs des matières scientifiques en langue arabe (Physique-chimie, Mathématiques et sciences naturelles).

Alors que ces disciplines sont dispensées depuis l’avènement de la réforme de 1999 en langue française ce qui a été à l’origine d’une série de sessions de formation en langue pour ceux qui étaient dans les classes. A en croire que des centaines de millions d’um ont été dépensés pour ces formations de 2002 à 2012.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2733

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Marouane (H) 04/02/2018 14:44 X

    Encore une sortie très théâtrale à l'image de l'année 2015 où la chasse aux sorcières a été déclaré aux détachés. Ce n'est pas en brisant la carrière de quelques fonctionnaires au seuil de la retraite que les problèmes de l'éducation nationale vont être réglés.

  • Ya-Biladi (H) 04/02/2018 01:03 X

    Ils vont enseignés quoi depuis tout ce temps, ils feront quoi de leurs occupations ailleurs, préférons t’ils le retour ou le départ définitive. Cette décision doit concerner les autres qui reçoivent des salaires sans se présenter dans les lieux de travail et ils ne savent même pas ils dépendent de quel département, donc pas de ségrégation.