04-02-2018 22:15 - Lettre ouverte au ministre de l'intérieur : Halte à la dictature féodale à DAFORT dans le Guidimagha

Lettre ouverte au ministre de l'intérieur : Halte à la dictature féodale à DAFORT dans le Guidimagha

GANBANAAXU DAFORT - Monsieur le ministre, nous allons vous soumettre par ce cri d'alerte, le cas symbolique de la dictature féodale qui sévit dans nos localités rurales du Guidimagha.

En effet, nous sommes une composante sociale d'extraction sociale dite « esclave » selon le régime coutumier soninké, et nous subissons un certain ostracisme très sévère dans notre village alors que nous ne voulons VIVRE qu'en CITOYENS DIGNES. Vous savez que les séquelles esclavagistes dans les milieux soninkés du Guidimagha sont vivaces et foncièrement agressives.

Aujourd'hui en citoyens avertis, nous avons décidé de sortir des vieux schémas sociétaux rétrogrades qui nous humilient depuis plusieurs générations. Cet activisme pacifique s'est inscrit dans la légalité en respectant les règles admises en la matière dans notre chère MAURITANIE.

Il y'a quelques mois, l'association AMEES a ouvert une section à travers laquelle nous menons notre mission de sensibilisation et conscientisation de nos masses populaires. Lors de l'ouverture de cette instance locale, nos membres fondateurs ont été voir le maire pour l'en avertir. Il n'avait trouvé aucun inconvénient et il lui avait été précisé que l'association est ouverte à tous nos concitoyens. Dès lors, nous croyons être dans nos Droits légitimes garantis par la constitution.

C'était sans imaginer les différents types de chantages manœuvrés par certains détracteurs de notre engagement pour VIVRE en citoyens à égale DIGNITÉ sans les pesanteurs sociétales. En effet, les membres de notre communauté sont harcelés, provoqués et salis dans le village par des éléments réactionnaires issus de la féodalité villageoise. C'est ainsi que le 13 août 2017, des gendarmes mobiles dans la commune avaient convoqué l'un des nos responsables en lui disant qu'ils veulent savoir sur la nature des réunions qu’on organise chez lui.

Ce jour, les gendarmes ont notifié que nos parents avaient le plein droit de se réunir en toute liberté chez ce responsable de section AMEES après une explication donnée sur nos activités de sensibilisation. Le 5 septembre 2017, dans les jours de la fête de Tabaski, d'autres gendarmes mobiles se sont présentés chez le responsable section AMEES DAFORT en lui demandant d'arrêter les travaux d’un modeste hangar prévu pour abriter nos rencontres dans sa maison. Les gendarmes avaient dit que nous aurons des plaintes en notre encontre à propos de ce hangar et que nous devrons nous rendre à Ould Yengé le chef-lieu de notre département auprès de la brigade.

Et c’est au cours de cette procédure de clarification auprès des autorités départementales, la nuit du 30 septembre 2017 s'éclatent de graves incidents entre la jeunesse villageoise dans son ensemble et l'ordre des anciens à propos de la tenue des festivités nocturnes. Ces incidents d'une certaine violence avaient été condamnés par le monde villageois dans son intégralité.

Pourtant comme par hasard dans une atmosphère de délation, 2 adultes parmi nos membres engagés contre l'ancien système féodal, sont arrêtés avec les jeunes émeutiers. L'un de ces 2 militants arrêtés a été le responsable section AMEES DAFORT, et leur arrestation sans motif avéré avait duré plus de 50 jours INJUSTEMENT. Après cet épisode flou et mystérieux, nous avons repris nos démarches citoyennes auprès des administrations départementales et régionales pour savoir davantage sur le cas de notre hangar suspendu depuis le 5 septembre 2017.

Ainsi ces derniers jours, nous avons pris contact avec le préfet à Ould Yengé, qui dit qu'il ne comprend aucun motif sur cette suspension et nous a invités d'aller chez le gouverneur de Selibaby. Arrivés chez le gouverneur il y'a quelques jours, il nous a expliqué que les ordres qu'il a reçus venaient du ministère de l’intérieur. Il a clarifié que quelques cadres issus de DAFORT se sont plaints auprès du ministère concernant notre hangar qui serait financé par des bandits étrangers.

À partir de ce constat, nous estimons nécessaire de s'adresser directement à vous monsieur le ministre, en guise de réactualisation de notre courrier d’il y'a quelques temps. En vous adressant cette alerte citoyenne et témoin à l'attention de la communauté nationale voire internationale.

Nous suspectons encore une énième fois les manœuvres délatrices et lâches des milieux féodaux hostiles à notre campagne de sensibilisation et de conscientisation sur le régime féodal soninké qui bafoue nos droits de citoyens et veut sauvegarder des privilèges partisans dans nos communautés.

Monsieur le ministre, nous vous assurons que certains milieux soninkés influents à Nouakchott sont dans une campagne diffamatoire et calomnieuse à notre endroit depuis l'élan de conscientisation initiée et amplifiée par la journée du 6 mars 2017 à Selibaby à l'occasion de la journée nationale contre l'esclavage et ses séquelles. Ce jour pour la première fois la loi 2015-031 relative aux pratiques esclavagistes et ses séquelles a été expliquée et diffusée au sein des masses soninkés dans nos contrées villageoises. Aujourd’hui, AMEES dispose de plusieurs sections dans différentes localités villageoises du Guidimagha, et tout se passe sans encombres pour leurs adhérents, le cas DAFORT ne devrait pas être une exception.

Monsieur le ministre, nous voulons exercer paisiblement notre qualité de CITOYENS ACCOMPLIS dans nos localités rurales du Guidimagha mais l'ordre féodal s'active pour s'y opposer et ses représentants déterminés sont probablement bien introduits au sein du pouvoir à Nouakchott.

Monsieur le ministre, nous vous assurons qu'aucun financement suspect et des relations extérieures douteuses n'existent dans notre engagement citoyen et pacifique. Comme toute communauté de vie et d'appartenance militante, nous avons la culture de l'entraide entre nos membres de l'intérieur et de l'extérieur en toute transparence.

Monsieur le ministre, sous le vocable GANBANAAXU* communauté de DAFORT, nous voulons nous libérer du joug féodal dans le milieu soninké en refusant les mentalités esclavagistes.

Monsieur le ministre, nous comptons sur vos services de protecteur et de garant de l'ordre public et des libertés individuelles et collectives pour prendre en compte le cas de notre hangar suspendu depuis plusieurs mois dans des circonstances qui troublent plus d'un.

NB : une copie de cette lettre a été déchargée auprès du service courrier du ministère de l'intérieur à la date du 8 janvier 2018 avec reçu de dépôt.

*Mouvement citoyen et pacifique pour l’égalité en DROITS et en DIGNITÉ dans la société soninkée.

DAFORT, 4 février 2018

La communauté GANBANAAXU DAFORT



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 4092

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • lagoonga (H) 05/02/2018 17:41 X

    huhhuhh,hé vous êtes esclaves seulement dans vos têtes, si vous voulez luttez, alors luttez dans vos têtes.

  • lass77 (H) 05/02/2018 15:42 X

    Il s’agit de dénoncer ici une autre forme de séquelles de l’esclavage en Mauritanie. Personne ne parle d’esclavage mais plutot de féodalité à laquelle certains Négromauritaniens sont attachés que cela soit le Guidimakha, le Gorgol , pour les Soninkés mais aussi chez les pulaars du pays. Ce concept social inédit basé sur les patronymes au guidimakha est un alibi de rejeter , de pointer, d’empecher un groupe social , une partie des citoyens qui porteraient des patronymes assimilés comme étant des soumis à cette hierarchisation sociale du fait de leurs patronymes au tour d’un lobby Soninké à l’image de L’AIPAC aux USA . Ce lobby basé et representé par des hommes ayant des patronymes de féodalité au Guidimakha et meme au Gorgol met la pression sur les pouvoirs publics de ne pas tenir compte aux aspiration et ascension sociales d’une catégorie de citoyens encore du fait de leurs patronymes. C’est dans ce contexte qu’il n’existe plus de ministre Soninké du Guidimakha issus de ce supposé cercle patronymique considéré comme des soumis aux Féodaux et curieusement dans une république islamique , cela est entretenu , voire exploité à des fins de gestion sociale et d’injustice et autres pratiques contraires à l’esprit d’égalité , d’équité entre citoyens. Il y’a des partisans de la féodalité en Mauritanie , ce qui n’est pas conforme à la constitution Mauritanienne mais les autorités doivent cesser de fermer les yeux face aux injustices. Attention aux amalgames si le cas de l’esclavage est une réalité chez les Maures, chez les Négromauritaniens , il s’agit aussi d’une forme de séquelles de cette féodalité qui avait existé qui n’a plus raison d’etre pour la simple , elle contrevient aux regles de l’islam pour des gens qui se disent musulmans, la question se pose surtout chez les soninkés ou pulaars. Beaucoup des soninkés ont un probleme de foi en islam compte tenu du kouffarisme qu’on attend dans les villages à savoir l’aveuglement des imams , la sorcellerie, les pratiques occultes et sataniques qui se font au tour de cette question , il est claire qu’il y’a un grand probleme de foi. Le dernier exemple d’aprés les infos qui circulent , l’acte qui s’était passé dans une mosquée à Coumbadao relève bien du kouffarisme pour celui qui l’a fait. À Savoir le dépôt d’un gris-gris dans une mosquée. Ship dans une république islamique….

  • ikslebart (H) 05/02/2018 14:43 X

    Incroyables c'est gens. Après vous allez demandez égalité avec les autres. Rien ne sert de se palaindre. Il faut agir c'est le seul moyen de se faire serpecter. Est esclave qui se comporte comme tel/ Agissez , arrachez vos droits et le reste viendra. Les memes qui sont considérés esclaves , griot et forgerons au mali sont considérés nobles en RIM. soyez sérieux arretez de vous plaindre.

  • Belphegor (H) 05/02/2018 14:08 X

    Hummm pas de reactions des indignés sélectifs du site si prompts a cracher le feu et la braise pour des articles parlant du meme sujet en milieu maure ? C'est le contraire qui aurait été étonnant.

  • nemahaidara (H) 05/02/2018 05:41 X

    Victime d’un chien ,un agneau se confie à l’hyene !!!

  • samboy (H) 05/02/2018 05:32 X

    le linge entaché du sang se lave en général dans la salle de bain a l'abri des regards pas en public. arrêtez de raconter n'importe quoi il n y a aucun esclave en Mauritanie, vous mentez.arrêtez de salure le pays et vos communauté parce que vous voulez être des opportunistes et ingrat. si vous êtes encore esclave vous le resterez toute votre vie alors bande de ce que je pense.....