10-02-2018 01:00 - Hodh El Gharbi : Blessés et détenus à Medbuku suite à un conflit sur fonds de racisme

Hodh El Gharbi : Blessés et détenus à Medbuku suite à un conflit sur fonds de racisme

Adrar-Info - Une dispute, lors d’un mariage dans la ville de Medbuku, au Hodh Occidental, transformée en bagarre, s'est soldée par des blessures (trois blessés) et l’arrestation par les services de sécurité de onze personnes.

Le conflit a commencé lorsque l’un des animateurs de la cérémonie a rappelé le statut de certaines castes évoquant : « La part des forgerons, et la part des esclaves », dans la stratification sociale traditionnelle, ce que certains participants à la soirée ont qualifié de racisme à leur endroit.

Une altercation suivie de bagarre est déclenchée faisant des blessés et plusieurs arrestations.

Les blessés ont été transportés à l’hôpital de Koubeni dans la Wilaya du Hodh El Gharbi pour y être soignés, tandis que les détenus se trouvent au poste de la gendarmerie de Medbuku.

Source : http://alakhbar.info/?q=node/9148

Traduit par Adrar.Info



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2992

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • nemahaidara (H) 10/02/2018 18:06 X

    C'est hélas encore une conséquence du laxisme de certaines autorités face aux problèmes posés par l'esclavage . Quand aux ould qui auraient disparus , rien à voir avec ce problème, il fallait harmoniser les noms , l'état a agit comme il se doit , les ould ont disparu .Si l'état faisait la même chose pour l'esclavage , tout ne serait peut-être pas rose mais on aurait fait beaucoup de progrès vers l'équité ...

  • lass77 (H) 10/02/2018 14:45 X

    il s'agit manifestement d'un cas de féodalité en milieu probablement soninké de cette partie de la Mauritanie. Les citoyens commencent à etre violents et cette république avec ces ses autorités peinent à appliquer les lois de la république.

  • samboy (H) 10/02/2018 06:19 X

    les anciens esclaves,et les forgerons ne sont pas seuls a vouloir effacer leur histoire ou avoir honte de leur identité. on a vu que certains ont fait disparaitre "ould" de leur pièce d'identité hélas. donc les anciens esclaves et les forgerons ont le droit d'effacer leur histoire et leur identité comme les autres.