10-02-2018 21:30 - Medibougou-Mauritanie : Les esclavagistes féodaux avouent leur crime sur un vieux de 70 ans

Medibougou-Mauritanie : Les esclavagistes féodaux avouent leur crime sur un vieux de 70 ans

Mondafrique - Des images qui parlent d’elles mêmes, horreur, barbarie féodale insoutenable sur le territoire Mauritanien, l’an 2018.

Nous mettons à la disposition de l’opinion nationale et internationale la preuve l’aveu des criminels féodaux issus de familles Diawara du village Médibougou lors d’un échange familial sans complexe:

« Je réponds par Aleykoum Salam, en s’adressant à un autre Diawara depuis Angola. Tout ce qu’on vous a raconté, est ainsi, moi-même, je suis en garde à vue depuis hier à 2h avec 11 personnes. Nous avons battu, agressé, blessé de gens, ils se soignent actuellement. L’affaire est très grave oui, il y a une délégation de maures en route pour arranger les choses mais nous ne pensons pas qu’ils arriveront, car, c’est très grave. Nous avons ce problème avec des esclaves, ce n’est pas la majorité mais ceux qui font le malin, qui refusent de se soumettre…… »

Les bourreaux féodaux se réjouissent d’avoir accompli leur crime odieux sur un vieil homme de 70 ans, il rajoute dans sa conversation : « Notre groupe social n’a pas reçu un seul coup, nous sommes indemnes sans égratignure».

Le village Medibougou Mauritanie se situe vers la frontière avec le Mali, les féodaux Soninké "Diawara" ont organisé une rébellion contre l’état Mauritanien et son service sécuritaire. Des personnes d’ascendances serviles ont été lynchées cette nuit pour avoir refuser, rejeter des coutumes esclavagistes "Laadani" dans le milieu Soninké.

Parmi les victimes, il y a plusieurs blessées graves. Voilà les conséquences de cette sourde oreille que les autorités Mauritaniennes accordent à nos multiples alertes depuis plusieurs années face à la menace féodale. La presse mauritanienne censure systématiquement nos déclarations et sorties sur le sujet. La mentalité féodale est très répandue au sein de l’élite mauritanienne. Les noirs féodaux sont extrêmement dangereux, agressifs, ils sont prêts à verser du sang pour faire soumettre leurs anciens esclaves.

La situation est très grave et progresse dangereusement vers la violence gratuite faute d’une sérieuse prise en charge de cette injustice par le pouvoir public. Du Guidumakha jusqu’à Néma, tout au long de la frontière Mauritano-Malienne, les féodaux Soninké vivent dans le moyen-âge. L’état doit garantir la sécurité des citoyens victimes qui subissent ce crime odieux en plein 2018. Nous avons eu l’information que plusieurs auteurs d’agression ont été appréhendés par les gendarmes. Les auteurs doivent être sévèrement punis.

Vidéo des propos:

https://www.youtube.com/watch?v=i6Jd8udijlQ&feature=youtu.be



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Mondafrique
Commentaires : 19
Lus : 6856

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (19)

  • ikslebart (H) 12/02/2018 15:52 X

    INUTILE DE PLEURNICHER. LA LIBERTE SE MERITE. SOYEZ TOUJOURS DIGNE QUITTE A MOURIR. LAISSER L'HONNEUR DERRIERE VOUS.

  • mystere1 (F) 12/02/2018 09:40 X

    On ne sait pas qui dit vrai ou faux ! l'article relate les faits d'une part, et d'autres part, je lis le commentaire de @Observateur-Ebene, dont je crois plus logique, n'empêche qu'une bagarre, souvent y resulte des blessés, quelque soit les faits, ces injustices abominables sont à combattre, c'est clair que les images de ce âgé de 70 ans blessé gravement parlent !

  • KANTAKI (H) 12/02/2018 07:49 X

    Dommage vraiment: Nous avons toujours dit que l'esclavage est cruel dans les milieux négroafricains, notamment les soninkés et les hallpulars ! Sa conséquence va bien au delà des aspects ségrégation, elle affecte toute la Mauritanie et les pays voisins... Les esclaves noirs sont disséminés dans les nuances féodales et ces pauvres gens subissent tous les mauvais traitements!

  • Observateur-Ebene (H) 11/02/2018 18:26 X

    La bagarre de modibougou raconté par ce mr diko est encore fausse et plein de mensonge. voila ce qui c'est passé une famille notable a célébré son mariage dans le village, elle a appelé tous les ladalemu qui veulent participer aux festivités pour mettre l'ambiance, égorgé les boeufs, faire la cuisine et jouer le tam tam un groupe d'hommes est venu dans le lieu de la céremonie et ont demandé a ceux qui travaillé et jouer le tam tam d'arreter car c'est comme de l'esclavage les notables ont demandé au groupe de quitter leur lieu car c'est une provocation et une violation de domicile. il fallait dire à leur mere ou pere ou frere de ne pas partir a la ceremonie, mais une fois que les gens vient ici c'est leur droit en plus on les recompense avec de la viande et de l'argent. le groupe n'a pas voulu quitter le lieu sans les membres de famille et ces derniers disent qu'il feront le ladalemaxu et les notables ont commencer a chassé le groupe de leur maison et la éclate une bagarre. voila les vrais faits, diko hanoune continu de mentir depuis la france, mais tu ne reussira jamais ce que tu cherche. il ya eu une reunion cet après midi a nouakchott pour savoir qui sont vraiment derriere cette bagarre et faire en sorte que cela ne se reproduise plus. merci. Kante coumba

  • diko (H) 11/02/2018 08:06 X

    La loi ci-dessous est signée par Mohamed Ould Abdel Abdel Aziz, président de la république et son premier ministre actuel Yahya Ould Hadémine. Elle a été mise de côté, remise en cause directement par la tribu des Oulads Nasser dans la commune appartenant du Moughaata de Koubenni dans le Hodh El Gharbi pour libérer leurs alliés féodaux soninké. La plainte déposée par le vieux Fidi Cissokho, a été retirée sur forcing de la main par sentiment de la tribu Oulad Nasser (Nasre). Consternation générale dans tous les villages, pendant qu’un vieillard saigne du sang, les Oulads Nasser sont venus lui extorquer le retrait d’une plainte sans se préoccuper de sa santé physique et morale. L’autorité publique est la seule qui peut s’autosaisir de ce dossier pour juger les coupables du crime. Voila pourquoi les ONG abolitionnistes demandent le droit de poursuite des bourreaux sans attendre ni passer par les victimes inconscientes à cause de la peur du puissant maitre esclavagiste. Pire, ces féodaux noirs passent leur temps à insulter les Maures et Haratine, je ne comprends vraiment pas ! Enfin, ce qui est sûr, ils sont d’accord sur le principe qu’un esclave doit rester esclave, voila la conclusion. L’esclavage arrange politiquement les féodaux noirs et maures. Article 11: Quiconque porte atteinte à l’intégrité corporelle d’une personne, en considérant qu’elle est esclave, est puni d’une réclusion de cinq (5) à sept (7) ans et d’une amende de deux cent cinquante mille (250.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas. Article 18 : Tout wali, hakem, chef d’arrondissement, officier ou agent de police judiciaire qui ne donne pas suite aux dénonciations de pratiques esclavagistes qui sont portées à sa connaissance est puni d’un emprisonnement de deux à cinq ans et d’une amende de cinq cent milles(500.000) à un million (1.000.000) d’ouguiyas. Article 19 : Quiconque profère en public des propos injurieux envers une personne considérant qu’elle est esclave est puni d’un emprisonnement de deux (2) à six (6) mois et d’une amende de dix milles (10.000) à deux cent milles(200.000) ouguiyas. La loi : https://haratine.com/Site/?p=2260

  • lass77 (H) 11/02/2018 07:43 X

    @Moukhabarat@ Il faut avoir un esprit républicain,juste en tant que croyante et musulmane comme tu l'es. L'heure est grave en Mauritanie en voyant de telles images. Beydans ou negromauritaniens appellons ensemble à la justice et aux bonnes actions c'est ce que recommande l'islam.

  • lass77 (H) 11/02/2018 07:39 X

    Il me semble qu'il y'a une autorité dans cette partie de la Mauritanie. Soninke ou pas , Maure ou pas les lois doivent s'appliquer. Et ces violences physiques doivent etre punies par la Justice autrement c'est la loi du Talion pour bientot. J'appelle aussi à civiliser certains Mauritaniens qui vivent encore au moyen age. Certains sont vraiment des sauvages car vouloir user de la force pour des futilités passionnelles et surtout hypocrites ne donneront rien.

  • lass77 (H) 11/02/2018 07:39 X

    Il me semble qu'il y'a une autorité dans cette partie de la Mauritanie. Soninke ou pas , Maure ou pas les lois doivent s'appliquer. Et ces violences physiques doivent etre punies par la Justice autrement c'est la loi du Talion pour bientot. J'appelle aussi à civiliser certains Mauritaniens qui vivent encore au moyen age. Certains sont vraiment des sauvages car vouloir user de la force pour des futilités passionnelles et surtout hypocrites ne donneront rien.

  • samboy (H) 11/02/2018 05:04 X

    un petit incident entre voisins rien d'alarmant et tout de suite des commentaires haineux.il n y a pas d'esclaves en Mauritanie, il n y a pas des esclavagistes en Mauritanie.Arrêtez de raconter n'importe quoi.

  • abdoul4645 (H) 11/02/2018 02:27 X

    cette affaire doit être réglée par l'état. et personne d'autre. la loi doit s'appliquer. nul n'est au dessus de la loi.soninke ne peut rien réglé. ils sont fautif.la justice doit se prononcer. point bar

  • abdoul4645 (H) 11/02/2018 02:05 X

    l'état doit prendre ses responsabilités. ce qui s'est passé a modibougou est révoltant

  • abdoul4645 (H) 11/02/2018 02:01 X

    quel honte frapper un vieux.en république islamique.c très grave.c contre nos moeurs notre religion nos coutumes.qu'allah nous protège

  • abdoul4645 (H) 11/02/2018 01:56 X

    c vraiment inadmissible. un vieux de 70 ans.battu pour avoir refuser d'être sous les ordres dun esclavagiste.et les esclavagiste.modibougou senglorifie. quel honte.et ou est l'état

  • abdoul4645 (H) 11/02/2018 01:51 X

    fait vite.cette affaire est gravissime.les Ingrediens d'une guerre civile entre soninke est bien.des pratiques du moyen age6ne sont pa acceptable

  • Kemet-Seth88 (H) 10/02/2018 23:57 X

    @STYLO123 prenez bien garde de parler des soninkés, ce qui se passe dans notre comunauté y sera regler par nous et sachez que ni l'IRA ni aucune association natioonale ou internationale ne dictera ces lois aux soninkés. l'eslavage chez nous n'existe que de nom et non de pratique

  • mauritanievive (H) 10/02/2018 23:40 X

    c'est grave ,nous vivons encore a cet age ou des hommes se croient tout permis ;ou est la morale ,ou est notre sainte religion ,c'est la malediction qui va s'abattre si nous continuons a laisser passer ces injustices.honte a nous.

  • Face-Mauritanie (H) 10/02/2018 22:48 X

    Les autorités doivent sévir dans des circonstances pareilles, les événements démentent les actions du gouvernement dans sa volonté de lutte contre l’esclavage et les séquelles de l’esclavage en Mauritanie. Le cas du Guidmakha n’est pas encore finit qu’un autre cas d’esclavage pointe à l’horizon et à l’opposition, dans deux régions réputées esclavagistes par les défenseurs des droits de l’homme, donc l’état doit rester fort et faire appliquer les lois de la république et les conventions signées, si les autorités ne prennent pas les dispositions pénales et réglementaires envers les esclavagistes cette situation va s’empirer de jours en jours, les hommes se réveillent et deviennent conscient à cause des medias et de la liberté de la presse, il faut que les autorités anticipes à moins qu’ils veulent protéger les esclavagistes notoires et au sommet de l’état. Des images de cette sorte n’honore pas le pays ni son gouvernement, le Président Aziz est responsable devant l’histoire, ceux qui l’entourent le trompe et trahissent sa confiance.

  • STYLO123 (H) 10/02/2018 22:48 X

    Alors,où sont les activistes d’IRA pour s’oppo à ces nobles Soninke qui préservent leurs coutumes ancestrales?. Ce ne sont pas des arabes qui pratiquent l’esclavage et Birama s’i est réellement un homme il doit aller au Guidimagha et il sera lynché par ces nobles Soninkes

  • moukhabarat (F) 10/02/2018 22:01 X

    Fonadh cette officine (***) haineuse et raciste ne parle jamais de l'esclavage en milieu négroafricain.