15-02-2018 06:00 - Gaz Sénégal-Mauritanie : une affaire plus grosse que les deux pays

Gaz Sénégal-Mauritanie : une affaire plus grosse que les deux pays

L'Authentique - Les experts soutiennent que le Sénégal et la Mauritanie s’apprêtent à exploiter l’une des plus importantes réserves de gaz au monde. Certains estiment qu’elle dépasse les réserves du Qatar et de la Russie réunie.

Du coup, elle intéresserait les Etats-Unis et l’Europe qui pourraient avoir accès par pipe-line à une source d’énergie proche et plus accessible. A partir d’un branchement à partir de l’Espagne par exemple, l’Europe pourrait ainsi s’extraire des caprices de l’Ukraine.

Aussi, les injonctions de Macron à Macky Sall et à Mohamed Abdel Aziz, traduits en des termes moins diplomatiques, selon des sources confidentielles, seraient sans appel : « Entendez-vous sur le partage de vos quote-part, mais le premier qui essayera de créer des problèmes autour de l’exploitation du gaz sautera ».

Le président du Sénégal, Macky Sall, vient d’achever une visite de deux jours dans la capitale mauritanienne, Nouakchott, les 8 et 9 février 2018, à la tête d’une importante délégation de ministres et de techniciens de haut niveau.

A l’issue de cette tournée, un seul accord a été signé par les deux délégations, celui relatif à l’exploitation du gaz que Kosmos Energy devra sortir des eaux maritimes des deux pays.

Le dossier de la Pêche, qui constitue pourtant le nœud gordien des relations entre la Mauritanie et le Sénégal, devra attendre. Pourtant, après la mort tragique d’un jeune pêcheur sous les balle des garde-côtes mauritaniens, la population de Guet Ndar fondait beaucoup d’espoir sur cette rencontre.

Le problème de la transhumance du bétail mauritanien au Sénégal, ainsi que celui de la libre-circulation des biens et des personnes entre les deux pays, non moins récurrent, n’a pas non plus été abordé. Ces dossiers ont été renvoyés à l’étude des ministères concernés, pour au moins trois mois.

L’urgence semble donc avoir été accordée au gaz. Cette énergie que la France de Macron place à la tête de ses priorités, et dont il se porte garant. Ainsi, lors de la rencontre entre les trois parties à Paris, en marge du Sommet sur le G5 Sahel en décembre 2017, le président français aurait été plus que clair, selon certaines confidences.

Le Sénégal de Macky Sall et la Mauritanie de Mohamed Abdel Aziz peuvent avoir toutes les divergences qu’ils voudront, mais pas sur l’exploitation du gaz. Le premier qui tenterait de créer des troubles sur l’exploitation de cette source d’énergie sur laquelle la France, mais aussi l’Europe, fondent beaucoup d’espoir, pourrait ainsi perdre le soutien de Paris.

Des propos pleins de sous-entendus. La construction du port militaire de NDiago, que la Mauritanie s’apprête à entamer à quelques jetées de Saint-Louis, pourrait par être exemple être gelé ou ses missions rendues moins belliqueuses.

Pour optimiser l’exploitation du gaz découvert aux larges de leurs côtes et rendre son exploitation efficiente avec toutes les garanties de transparence, le Sénégal et la Mauritanie ont confié toutes les études relatives à l’exploitation commune du champ gazier à des Britanniques, à Londres, connus pour leur expertise dans le domaine des hydrocarbures.

Ainsi, l’accord qui vient d’être paraphé sur le gaz à Nouakchott devrait s’achever à Paris, qui s’en porte garant. Le Sénégal a déjà empoché 8 milliards de dollars U.S d’avance et la Mauritanie, 4 milliards de dollars.

Ceux-ci ont été distribués par la Directrice BP en Mauritanie et au Sénégal, Emma Delany, dont l’entreprise est liée depuis décembre 2016 à Kosmos Energy par un accord de partenariat pour la gestion du champ gazier entre les deux pays.

Quid des 4 milliards de dollars empochés par Aziz ?

En empochant les 4 milliards de dollars d’avance sur le gaz avant même d’en sentir la première odeur, dès le mois de juin 2017, Mohamed Abdel Aziz aurait envisagé un certain nombre d’actions qui aurait pu changer la situation des Mauritaniens.

Le président Aziz aurait d’abord envisagé de payer les dettes internes de l’Etat mauritanien. Imaginez cette manne qui aurait permis à des dizaines, voire à des centaines d’entreprises nationales de ressusciter.

Les fournisseurs et les entreprises de l’audiovisuel, notamment, plongés dans une faillite provoquées par les impayés des dernières années vis-à-vis de l’administration publique, en auraient réellement profité.

Deuxième action, doubler les salaires dans le public et le privé. Troisième action, doubler la pension des retraités. Enfin, quatrième action, alimenter le circuit financier par du liquide frais, ce qui aurait profité à l’économie nationale.

Seulement, certains de ses conseillers, dont le ministre des Finances Ould Diay, l’en auraient dissuadé. Pour eux, rien ne sert de donner un bonus à l’avance au peuple : il fallait d’abord attendre le référendum constitutionnel du 6 août 2017.

Il fallait attendre de voir la réforme envisagée par Mohamed Abdel Aziz reçevoir le plébiscite attendu – le succès lui en était garanti par ses proches. Ensuite, il aurait pu procéder avec sérénité aux actions envisagées et viser le troisième mandat.

C’est ce scénario qui aurait emporté l’enthousiasme de Mohamed Abdel Aziz, conforté sur cette voie par le succès des méga-meeting populaires organisés dans l’ensemble du pays, avec l’apothéose du meeting de Nouakchott.

Mais il a vite déchanté. Lors du dîner électoral organisé au soir du référendum, au Palais présidentiel, il a quitté la soirée après le résultat des trois premiers bureaux. Déçu et furieux, Mohamed Abdel Aziz s’est rendu compte de deux choses.

Non seulement il avait une opposition, alors qu’on la lui décrivait comme inexistante, mais il en avait une autre, plus sournoise, au sein de son propre système.

Ce constat est d’autant plus amer que Mohamed Abdel Aziz s’est retrouvé piégé dans un système mafieux qu’il a personnellement nourri et qui maintenant lui échappe. Il en est arrivé au stade où il se sent incapable de changer le gouvernement, de peur de nommer une personne dont il ne peut garantir la fidélité. Et les 4 milliards de dollars sont ainsi restés prisonniers de sa propre phobie.

Cheikh Aïdara



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 4028

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • moukhabarat (F) 15/02/2018 15:16 X

    Le Sénégal 8 milliards de dollars U.S La Mauritanie 4 milliards de dollars Cridémiens! où est l'erreur?

  • lass77 (H) 15/02/2018 12:26 X

    Meme sans le Gaz les Mauritaniens sont censés avoir un niveau de vie élevé comme les Qataris etc... Je crois qu'il faut remettre à long terme l'exploitation du Gaz jusqu'à que ce pays ait des bons dirigeants qui craignent Allah pour faire beneficier cette manne aux populations de droit, pour l'instant rien ne dit qu'Aziz ou autre ont la volonté de respecter et promettre cette richesse aux mauritaniens.

  • Observateur Nat. (H) 15/02/2018 08:42 X

    Le changement du gouvernement est un casse-tête pour le président Aziz qui ne sait plus qui faire confiance, Aziz se retrouve dans une Mafia politico-tribale et ethno-régionale qui le rend fou, tous les hommes qui l’entoure lui mentent sans arrêt sur la situation de l’opposition et des autres partis, Aziz considère que cette opposition est inexistante, alors que c’est le peuple même qui est devenu une autre opposition silencieuse plus dangereuse que l’opposition radicale, le peuple est en colère contre Aziz et son gouvernement.

  • Observateur Nat. (H) 15/02/2018 08:42 X

    En ce qui concerne le président Aziz avec son parti UPR l’Union Pour Rien, tout le monde a constaté que ce dernier a lâché les leaders de ce parti depuis juste après le referendum constitutionnel et que d’ailleurs ses mêmes hommes de sa sérail continue dans les salons à savonner le premier ministre et le président Aziz, la Mauritanie n’a jamais dans sa vie passé trouver des hommes aussi impopulaire que le premier ministre et le ministre des finances que l’on taxe d’ailleurs d’avoir mis le pays économiquement dessous dessus avec des méthodes peu orthodoxes. Aziz commence à se méfier de lui surtout en ce qui concerne la démonétisation de l’ouguiya qui souffre encore de beaucoup d’incompréhension chez les économistes qui juge cette méthode inutile dans la mesure où l’ouguiya garde les mêmes valeurs.

  • Observateur Nat. (H) 15/02/2018 08:40 X

    Ah, Chérif cheikh Aïdara, merci de nous éclairer sur la situation de notre richesse, mais cela sera comme l’or qui sort chaque nuit par conteneurs du pays à travers le port sans que l’on ne voit les résultats et les retombés sur les populations, je crains que le gaz ne fasse le même chemin, comme le fer, le pétrole et autres richesses, seulement si la France s’en mêle pour troubler l’alternance politique en Mauritanie, cela devra être revue avec force.