21-02-2018 23:30 - Il est temps de prendre le Taureau par les cornes et laisser à l’Autruche sa politique

Il est temps de prendre le Taureau par les cornes et laisser à l’Autruche sa politique

Essirage - A l’aube des élections, il est important de rappeler certaines remarques. Si nous considérons que l’an 2018 est une année décisive pour la Mauritanie. En faisant la comparaison entre le pouvoir actuel et les pouvoirs précédents on constate une nette différence dans plusieurs domaines.

Sous l’impulsion du président de la république, qui s’est attelé à construire ce pays notamment a mis en œuvre plusieurs réalisations et reformes dont la pertinence n’est plus à démontrer.

Cependant l’existence de l’injustice, des frustrations, des mécontentements, et des manifestations sont dus en partie à la non application de certaines reformes d’une part, et d’autres part à des décisions qui sont prises par certains hauts responsables sans faire participer les véritables acteurs concernés.

En effet pour susciter l’engouement du personnel, et permettre une gestion saine de l’administration, Il serait souhaitable que les dirigeants associent les employés concernés par rapport à la prise de décisions dans l’exécution des programmes, et qu’ils mettent à profit l’ensemble des compétences présentes au sein de l’institution en question.

Ce consensus entre dirigeants et personnel évoqué plus haut, pourrait créer une dynamique qui permettra sans doute un changement profond dans la manière de travailler.

Par ailleurs les bas salaires, l’absence de formations des fonctionnaires et des contractuels de l’état provoquent souvent le manque de motivation, la léthargie et l’absentéisme, bref un rendement médiocre.

Concernant l’emploi des jeunes, nous assistons à un véritable problème de chômage, l’état ne pouvant plus être le principal employeur. Pour résoudre ce problème le patronat qui vient d’être élu doit agir et jouer sa partition en créant des opportunités d’emploi, par la mise en place des industries de transformations, par la création des sociétés et d’usines capables de recruter des milliers de jeunes, par le financement des microprojets ayant un impact sur les populations.

Sous prétexte de ne pas avoir reçu d’instructions de leurs supérieurs hiérarchiques, et ce malgré les prérogatives dévolues par les textes ; certains hauts fonctionnaires évitant de traiter les dossiers sensibles relatifs aux problèmes quotidiens des citoyens, essaient de fuir leurs responsabilités soit par manque de volonté et de courage, soit par incompétence.

A l’approche des consultations électorales, on peut comprendre les ambitions des uns et des autres et c’est de bonne guerre de chercher à bien se positionner, mais l’essentiel pour la majorité présidentielle c’est de conserver et de pérenniser les acquis, de s’unir comme une seule force afin de soutenir le président dans l’exécution de son programme.

Etant donné que nous sommes un pays musulman, l’islam nous recommande la piété, et des principes qui manquent tant aux gestionnaires des deniers publics, et aux leaders politiques surtout lors des échéances électorales.

L’opposition doit se réorganiser et s’armer de courage tout en évitant le boycott des scrutins qui ne paye jamais.

Ce qui importe le plus aux mauritaniens c’est l’amélioration de l’état de droit, l’acquisition d’institutions fortes, une justice forte et équitable, des managers capables de mener des projets à bon port, une meilleure cohabitation, l’autosuffisance alimentaire, et l’égalité des chances entre les citoyens.

La Mauritanie a besoin de tous ses fils et le Président de la république a un rôle important à jouer malgré les réalisations qu’il a effectuées, il doit encore redoubler d’efforts pour rassembler davantage toutes les composantes pour un développement durable, une stabilité économique, un avenir meilleur , et permettre une bonne transition.

Je ne saurais terminer sans recommander l’importance de mettre l’Homme qu’il faut à la place qu’il faut surtout au niveau des postes qui demandent certaines compétences.

Alassane SY

Cadre à la CDD

sy.alassane21@gmail.com



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1334

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 22/02/2018 08:47 X

    Pour commencer d’abord, je salus et félicite notre frère Alassane Sy, de la pertinence de cette article rédigée ; mais aussi d’être une voix comme porte-parole d’un bon citoyen, en particulier de la masse de la jeunesse mauritanienne, pour nous donner des idées positives sur les perspectives de développement d’une nation, en particulier qui est la nôtre. Ainsi, voilà un bon rôle d’un(e) citoyen(ne), qui aspire au développement de son pays, en particulier de cette Mauritanie, qui est hélas dans le ralenti. Cependant, comme l’a relaté, ce frère Sy, il faut une union d’un et d’un seul peuple, une forte solidarité, pour une bonne coopération. Mais aussi, notre président de la république, doit redoubler beaucoup d’effort comme il l’a dit, en mettant des compétents leaders et responsables dans la place qu’il faut, selon leur génie du savoir-faire. Ces situations politiques et économiques et sociales surtout, doivent changer, c’est vrai que durant chaque règne d’un dirigeant, les méthodes politiques changent, ainsi, l’ère du pouvoir de notre président actuel est différent de ses prédécesseurs, bien vrai qu’il est élevé dans ces régimes passés. Non, la jeunesse aspire à du nouveau, il faut surtout, comme l’a dit, Sy, des créations d’emplois, afin de réduire le chômage, la pauvreté, qui elle, ce fléau social de mauvaise condition de vie, a malheureusement affecté moralement certaines consciences de familles démunis, qui au final, sont devenues aigries, frustrées, conséquences, chaque jour qui passe, on entend des faits divers, relatifs à des vols, meurtres odieux , viols et autres vices nocifs d’une société. Sans parler, de la non scolarisation des enfants de familles démunies, il faut régler le cas des états civils qui sont des enjeux pour l’avenir de tout citoyen, notamment ces enfants, qui seront eux, ces futurs espoirs d’une nation, alors il y’a des cas en urgences fondamentales à régler. Mais pour cela, il faut le redire comme l’a dit, l’auteur de cet article, la coopération d’une bonne solidarité entre un peuple fraternel, sans discrimination, ségrégation etc… dont souffre notre nation malheureusement ! et cela ne devrait pas l’être, car nous vivons dans un pays dit « RIM », donc on doit l’incarner cette islamité, d’abord, pour que le reste puisse aller dans le bon sens. Si ces situations continuent ainsi, le pays n’ira pas de l’avant, et ce sera les futures générations qui seront condamnées en payant le prix !.