25-02-2018 12:39 - Mauritanie : La ville de Sélibabi a soif

Mauritanie : La ville de Sélibabi a soif

Tawary - Après la journée du jeudi 22 février, sans eau, les populations de la ville de Sélibabi, la capitale du Guidimakha, l’une des plus grandes villes du pays, s’indignent et dénoncent « la désinvolture de la direction locale de la SNDE » face à la récurrente pénurie d’eau qui avait touché aussi les quartiers avoisinants, dit-on.

Le quartier de Nezaha, manque cruellement d’eau et, face à ce calvaire, les populations recourent aux puits abandonnés depuis longtemps,explique une source. Toujours selon la source précitée affirme que la ville n'est pas suffisamment en eau pour la troisième journée consécutive.

Assoiffées et remontées contre les responsables de ladite société,qui, au moment,où, les populations s'attendaient à des explications sur les mobiles de cette coupure, elle diffuse un communiqué qui dit que les guichets de l’agence sont ouverts tous les jours devant ceux qui doivent payer les factures du mois.

Certains habitants crient leur colère. « Depuis hier (vendredi), pas une seule goutte du liquide précieux ne s’est exfiltrée des robinets », dixit A.D. Un autre, habitant du centre ville, dénonce l’inutilité du château implanté dans leur quartier. « Le château d’eau implanté dans la ville est presque inutile pour les populations qui l’assimilent à un meuble ou une décoration », dénonce-t-il.

Dès les premières heures de ce samedi, l'eau a commencé à couler petit à petit du château d'eau et seules les familles qui se trouvent sur une élévation ont vu leurs robinets coulaient , témoigne une habitante de ce quartier.

Dans la foulée, Oumou, déclare que cette coupure imprévue cause des soucis et surtout pour les personnes âgées et les enfants. Non loin d’elle, Aicha, dit qu' elle ne peut ni boire ni faire la cuisine, rapporte une source.

Mais jusque là, aucune information relative à cette pénurie n'a été donnée aux habitants de la ville.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1022

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • hayerim (H) 26/02/2018 08:01 X

    A nouadhibou aussi, l'IMROP et l'Académie Navale ont soif...mais pas parce que l'eau manque dans cette ville! C'est honteux quand même pour des institutions de cette ampleur!

  • Dembunajo (H) 25/02/2018 17:31 X

    La ville de Selibaby n'a jamais cessé avec ces coupures qui ne cessent d'inquiéter les populations locales. Des solutions doivent être prises pour juguler cessé actes, car la saison sèche commence à taper aux portes de la région.