25-02-2018 14:30 - Audit ● CSA, AMI, CNAM...dans le collimateur de l'Inspection Générale d’Etat (IGE)

Audit ● CSA, AMI, CNAM...dans le collimateur de l'Inspection Générale d’Etat (IGE)

Atlanticmedia – L’Inspection Générale de l’Etat a décidé d’envoyer ses limiers vers des établissements publics, révèlent des sources, qui citent parmi les institutions visées :

- CSA : Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire ploie sous la mainmise d’ex-grands gabegistes, dont certains avaient été sommés de rembourser les fonds détournés et qui ont pu refaire surface, mettant à profit la faiblesse et l’inexpérience du commandement du CSA, pour sévir.

- CNAM : malgré les importantes ponctions faites sur les salaires des fonctionnaires et agents publics, cet organisme souffre de contreperformances, en raison de la négligence et du laisser-aller.

- AMI : C’est l’agence dont l’ex-Directeur Général a été limogé sans avis préalable, d’où les mille et une questions sur sa gestion

- Programme d’urgence : c’est l’une des forteresses de la corruption, en raison de son exécution faite régulièrement de manière « précipitée », d’où l’opportunité accordée à ses responsables pour bruler les étapes et donc fausser son fonctionnement,

- ENAJM : C’est l’établissement inspecté depuis un certain temps et dont le patron, avait remboursé 40 millions Um, pendant son exercice à l’ENS

Les contrôles d’inspection visent, selon des sources, la gestion des ressources de ces établissements au cours des derniers mois, avant d’engager les budgets qui leur sont accordés au titre de la loi de finances 2018.

Traduit de l’Arabe par Cridem



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 3202

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Selmedine (H) 28/02/2018 00:12 X

    Le cnam est devenu un établissement spécialisé dans l'arnaque des pauvres agents de l'État.Les radios ,scanner,analysés et consultation en dehors des établissements publics ne sont pas remboursés.Il Est évident que la santé publique n' existe pas , les laboratoires manquent de tous les outils nécessaires. Les médicaments sont remboursés à 25% du prix d'achat après des retards xe paiement de huit mois .Le pauvre "assurer" effectué plusieurs navettes pour un remboursement qui ne s'effectue pas à temps .Le cnam est devenu une bourse de travail pour recruter parent et connaissance d'ou pléthore d'employés ne faîsant rien.

  • Yahyaoui (H) 25/02/2018 15:27 X

    C’est ce que l’on appelle un sous poudrage et de la poudre aux yeux, l’IGE ne fait plus peur et d’ailleurs n’a plus sa raison d’être comme outil de contrôle des biens de l’état, l’IGE demande aux détourneurs de rembourser ce qu’ils ont volés, au lieu de les débarqués et les mettre en prison, le dernier qui a sauvé sa tête est le directeur de la Radio Ould Hormoutollah, l’IGE permet à ceux qui ont volés de rester à leur poste et de rembourser en continuant de voler pour rembourser la même dette, voilà le paradoxe. Des centaines de millions de l’assainissement ont été détournés, l’IGE demande un remboursement et la continuité de leur travail sans gêne. Donc que cela soit ; CNAM, AMI et tout ce que vous voulez, a corruption est endémique dans ce pays, rien n’à faire, avec de remboursement Aziz encourage la corruption et le remboursement sans peine.